Rapide CRITIQUE

Paper Trail

Aldastrige
Publié le 27 juin 2024

Développeur

Newfangled Games

Éditeur

Newfangled Games

Date de Sortie

21 mai 2024

prix de lancement

19,50 €

Testé sur

PC

Parfois, un jeu nous enchante. Que ce soit par son graphisme, son histoire, ses thèmes ou ses mécaniques, il a ce petit quelque chose, ce petit rien d’attachant qui nous emporte. Vous l’aurez compris avec cette introduction, Paper Trail des anglais de Newfangled Games est de ceux-là.

Laissez parler les petits papiers

« Je m’appelle Paige, j’ai 18 ans et je suis astrophysicienne en herbe. Mes hobbies ? Tenir un journal, faire de l’origami et plier le continuum espace-temps. »

C’est par ces mots que nous faisons la connaissance de notre héroïne au prénom prédestiné, prête à fuguer de son petit village en pleine diagonale du vide pour l’Université sans le soutien de ces parents.

Prenant son courage à une main et son baluchon de l’autre, la voilà partie à travers les environnements pour rejoindre la Grande Ville. Chaque passage marquant ou rencontre avec d’autres voyageurs sera l’occasion de flashbacks présentés sous forme d’illustrations à plier et déplier, nous rendant acteur même des moments d’exposition. C’est malin et ne fait que renforcer l’immersion dans ce monde de papier.

Une certaine Origamilité

Paper Trail est doux. Paper Trail est frais. Et en plus, Paper Trail est plutôt pratique, avec une mécanique de puzzle plus qu’ingénieuse. Le principe ? Chaque écran est composé de feuilles de papier que l’on peut plier selon les huit directions (chaque côté + les quatre coins en diagonale). Très vite, on débloque la possibilité via le clic droit de voir l’envers de la feuille, afin de pouvoir élégamment planifier nos pliages pour modifier notre environnement et ainsi progresser dans le niveau.

C’est à la fois merveilleusement simple sans être simpliste, et les casse-têtes s’enchainent naturellement. Peu à peu, l’ajout de plateformes mobiles et autres mécanismes viennent corser la difficulté. Petite mention spéciale aux visuels en miroir du dernier niveau qui m’ont donné un peu de fil à retordre. Heureusement, on a accès si on le souhaite à la séquence de pliage comme indice. Cela ne nous dit pas tout, les mécanismes et mouvements de Paige n’étant pas représentés, mais c’est parfait en termes de petit coup de pouce pour se relancer.  

Pli et pli et colegram

Le tout est enveloppé dans un adorable papier-cadeau avec des visuels 2D colorés pour un rendu traditionnel façon aquarelle. Les PNJ sont animés malicieusement pour un ensemble absolument charmant. Comme l’a dit mon compagnon en passant un soir derrière mon bureau, « oh, c’est mignon tout plein ça ! ».

Enfin, Paper Trail ne serait pas ce qu’il est sans son audio, que ce soit l’excellent doublage VO de Paige que je pourrais écouter des heures ou la douce et délicate OST composé par la canadienne Claude Makula @ImageSoundMusic, dont je suivrai la carrière avec grand intérêt.

Alors oui, plus cosy, tu meurs, c’est un puzzle game et ce genre ne peut pas plaire à tout le monde. Mais Paper Trail est la quintessence du puzzle game, avec une difficulté parfaitement dosée, un enrobage adorable et une histoire simple, mais attachante. Il vous faudra 6 à 7h pour en venir à bout, et quelques heures de plus pour tous les collectibles, ce qui est tout à fait honorable (plus long aurait risqué de lasser).

Ce jeu vient directement se placer dans ma catégorie « occupation pour les soirs pluvieux avec musique lofi et tasse de chocolat chaud ». Si vous avez un minimum gardé une âme d’enfant aimant les casse-têtes, je ne peux que vous le recommander chaleureusement.

News Tower
News Tower

Tabloid ou 20 minutes, il faut choisir

Laisser un commentaire