Stellaris: Leviathans

Dès les premières années de son ère de conquête spatiale, la Coalition de l’Esclavage s’est très vite établie à travers la galaxie toute entière, dans le seul but d’être l’espèce dominante de celle-ci. Après plusieurs années de guerre et d’esclavagisme, la flotte de la Coalition de l’Esclavage se retrouvera décimée en quelques instants dans le système d’Egrore ; un gigantesque vaisseau spatial « Dreadnought automatisé » protégeant le système en attaquant tous ceux qui osent y mettre les réacteurs.

Quelques années plus tard, alors que la flotte de la Coalition avait bien grandi – partiellement financée par XuraCorp, une enclave marchande – un accident similaire arriva de nouveau : un dragon gigantesque annihila l’entièreté de la flotte à coups de lasers avant qu’elle ne puisse se défendre ou même s’enfuir. Après quelques années supplémentaires, un spectre se retrouva à errer à travers les frontières de l’empire, détruisant toute station spatiale sur son chemin, avant de se retrouver dans le territoire d’un empire ennemi. L’Enclave Lambda, un repère de « curateurs » gardiens des mystères de la galaxie, apprendra alors à Miss Esclavage Ivv uvi-Havfin les secrets de ces étranges et invisibles créatures. Que ce soit le dernier Dragon en vie, un vaisseau spatial surarmé à l’IA devenue folle, un spectre errant ou encore une créature gigantesque à moitié entre cette dimension et une autre, l’enclave a passé des siècles à les cataloguer afin de trouver leurs faiblesses et de vendre ces secrets aux empires las de voir leurs flottes partir en fumée en quelques instants.

Lire la suiteStellaris: Leviathans

The YAWHG

Dans six semaines, le Yawhg sera là. Dans six semaines seulement. Il amènera avec lui la fin du monde, inévitable angoisse pour qui le sait. Quatre individus qui ne se connaissent pas vont chacun vivre ce qui leur reste de temps sans savoir ce qui se dessine pour eux à l’horizon. Deux hommes et deux femmes composent le quatuor d’acteurs de cette comédie tragique. Choisissez-en deux au minimum, jusqu’à quatre au maximum. Il se joue, à la manette ou au clavier, seul ou à plusieurs, comme un visual novel, un roman audio et visuel. Personne n’est animé, il n’y a que de l’image fixe et du texte, un peu de musique et quelques choix à faire avant d’arriver au terme de ce jeu narratif.

Lire la suiteThe YAWHG

Everybody’s Gone to the Rapture : et celui-ci se trouve sur PS4

Il y a deux types de trailers que je déteste particulièrement : les trailers qui annoncent des annonces (soit les trailers annonçant qu’un autre trailer va être diffusé à telle date) et les trailers qui font figuration et ne montrent absolument rien. Pour cette news, on est dans le second cas.

Lire la suiteEverybody’s Gone to the Rapture : et celui-ci se trouve sur PS4

Shattered Haven : il y a de la (va)peur dans l’abri

Aujourd’hui, on est le 18 mars 2013 vous savez (enfin pas pour moi qui écris ça la veille, mais on va faire comme si). Donc, c’est aujourd’hui que l’on fête les 155 ans de Rudolf Diesel, l’homme ayant donné son nom au Diesel, mais on s’en fout.  C’est aussi les 33 ans de Sophia Myles, connue pour son rôle dans Underworld mais on préférera plutôt se rappeler d’elle dans Doctor Who bien que le plus intéressant soit ses anciennes relations amoureuses avec David Tennant et Damian Lewis mais en fait on s’en fout aussi.

Lire la suiteShattered Haven : il y a de la (va)peur dans l’abri

Shattered Haven : la fin du monde sera bien au rendez-vous !

S’il y a bien une chose que je déteste plus que les FPS, c’est bien les FPS avec des zombies. Ou même les jeux avec des zombies en général. C’est dommage que l’on voit pas tant de point & click avec zombies que ça, je me serais fait une joie de cracher ma haine à ce propos. Non parce que quand même, y’a limite plus de jeux avec ces morts qui bougent qu’avec des humains bien vivants.

Lire la suiteShattered Haven : la fin du monde sera bien au rendez-vous !

Everybody’s Gone to the Rapture : 1h avant la fin du monde

Les jeux-vidéo c’est bien, mais les jeux conceptuels représentant une expérience à-part entière c’est mieux. C’est en suivant ce constat que Thechineseroom avait développé Dear Esther, un OVNI qui avait sensation l’an dernier lors de sa sortie. Succès oblige, le studio se lance donc dans la production d’un autre soft du même genre.

Lire la suiteEverybody’s Gone to the Rapture : 1h avant la fin du monde