Waves

Rappelez vous, lors de la dernière Eurogamer Expo à Londres, quelques jeux indépendants ont été sélectionnés pour l’Indie Games Arcade afin de mettre en avant quelques jeux indépendants. Waves en faisait partie. C’est aussi le premier jeu de Squid in a Box, qui pour ma part est désormais un studio à suivre attentivement.


Pew pew pew, BOOM !

Les shoots, c’est un genre de jeu qui ne se démode jamais. Ce n’est pas pour autant que tous sont de très bon jeu, mais il est possible de retrouver des pépites parmi la pléthore de titre. Waves est l’une de celles-ci, même si le jeu semble très classique au premier abord : vous contrôlez une petite boule dans un cercle et tirez sur les vilaines formes géométriques qui apparaissent. Ce que Waves a d’intéressant, c’est tout le reste. A commencer par la jouabilité très fluide même si la boule paraît parfois légèrement lente. Pour compenser ce problème, les développeurs ont eu la très bonne idée d’ajouter la possibilité de déclencher un ralentissement. Il n’est pas illimité, mais extrêmement utile dans les situations délicates où il n’est pas toujours évident de se repérer à travers tous les ennemis et les explosions à l’écran.

Cinq modes de jeux différents sont jouables et on va commencer par le Crunch Time. Vous avez tout simplement trois minutes avec des vies illimitées pour faire le plus de points possible. Le score monte en décimant les ennemis et avec des enchaînements (tuer au moins trois ennemis en une seconde) qui font également monter le multiplicateur. Lorsque celui-ci atteint une dizaine, le chiffre devient rouge et vous pouvez déclencher une bombe qui explosera tous les ennemis dans un rayon assez conséquent autour de la boule. Ces deux dernières phrases sont valables pour tous les modes de jeux suivants ou presque. Ce mode est tout simplement un très bon tutoriel et le moyen de se défouler en peu de temps.

Le très classique mode Survival est aussi de la partie : 3 vies, temps illimité et pour le reste, le principe de jeu est le même que pour Crunch Time mais ça n’en est pas moins fun. Le mode Rush est un mode au temps très limité et aux vies infinies. Le but est de tenir le plus longtemps possible, tout en ayant la possibilité de récolter quelques secondes en tuant certains ennemis. En mode Challenge, vous serez confronté à une vingtaine de petites épreuves en temps restreint, le plus dur étant de remporter les 5 étoiles dans chaque niveau. Et enfin, vous serez démuni de tir en mode Bombing Run où le principe est de récupérer des bombes puis de les faire exploser moins de dix secondes après en atteignant une cible verte, tout en slalomant entre les ennemis. La bombe des autres modes est remplacée par un bouclier très utile qui se déclenche lorsqu’un ennemi vous touche, mais qui peut également être balancé manuellement.

Surfez sur la vague !

On va vite oublier mon manque d’inspiration pour les titres et parler encore plus de Waves. En plus de ces très bons modes de jeu, les musiques bien rythmées nous mettent dans une bonne humeur pour massacrer des formes géométriques. Des voix accompagnent également le jeu pour commenter certaines actions. En cherchant bien, l’une d’elles ressemble à celle de Glados et l’autre ressemble à la voix du Doyen dans la série Community (vous voyez, je peux aussi avoir beaucoup d’imagination de temps en temps). Waves c’est aussi le plaisir de recommencer encore et encore des parties sur les différents modes de jeu, notamment pour tenter d’apparaître sur le tableau des scores où, comme dans beaucoup d’autres jeux, des gens pas normaux arrivent à effectuer des scores tout bonnement hallucinants.

Bref, tout ce joli jeu ne s’est pas fait tout seul. Enfin si, presque, puisque Squid in a Box ne compte en réalité qu’un seul développeur (si on fait exception des musiques réalisées par SMILETRONqui s’est au passage bien amusé à écrire les textes présents dans Waves, remplis de sarcasmes plutôt marrants. Tout cela est disponible à 9,99€, un prix bien raisonnable d’autant plus si l’argent remporté par le poulpe dans une boite servira à réaliser d’autres jeux tout aussi bon.

LeenUyth

LeenUyth

Gentille, douce et délicate dans une autre vie. Née avec une manette de Master System II dans les mains, j'ai aujourd'hui moins le temps de jouer et me consacre surtout aux jeux d'arcades pour péter un max de rotules rapidement. Et comme j'écris pas beaucoup et que personne d'autre ne veut le faire, je montre souvent ma sale tronche pour les interviews vidéos.
LeenUyth

Les derniers articles par LeenUyth (tout voir)

Laisser un commentaire