Sonic CD

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir reçu l’édition collector de Sonic Génération sous le sapin, mais pour vous consoler un autre titre du hérisson bleu est disponible sur XBLA, PSN et smartphones. Et si cet épisode n’est pas des plus connus, il est en revanche un des plus intéressants dans l’historique de notre héros.

Retour vers le futur…

La mascotte de SEGA s’est démarquée de son concurrent en offrant un gameplay bien plus nerveux et moderne que son alter ego moustachu. Mais il faut bien l’avouer on explore à peine 20% de chaque niveau dans les épisodes sur Mégadrive, et c’est là que vient la nouveauté dans Sonic CD.

Lorsque vous débutez une partie cela ressemble très largement à un énième épisode vous demandant de courir direction la droite de l’écran et de ne vous arrêter qu’en cas de mort. Mais en courant un certain nombre de petits détails devraient vous titiller, de façon assez régulière vous activerez des panneaux marqués d’un « passé » ou d’un « futur », après moult essais en sautant dessus, roulant devant et autres manipulations inefficaces vous pourrez vous résoudre à lire la notice. Mais suis je bête les enfants, pas de notice avec un jeu dématérialisé, ni même un livret virtuel ou tout substitut, vous êtes livré au jeu seul avec votre b*** et votre manette (mesdemoiselles pensez à vous faire prêter un pénis pour l’occasion).

Allez Tonton Chezmoa est là et va vous donner la solution : sachez que chaque panneau permuté vous permettra de voyager dans le temps à condition d’atteindre une certaine vitesse et de la maintenir assez de temps, des étincelles apparaissent derrière le hérisson quand celui-ci approche de la vitesse désirée. Notez au passage le succès/trophée nommé « 88 miles » pour votre premier voyage temporel.

Une fois dans une autre époque, foncer à droite comme à l’habitude ne suffira pas. Il vous faudra explorer le nouveau niveau à la recherche de modules du passé à détruire, pour revenir le futur. Celui-ci aura changé et permettra de terminer le niveau dans un « bon » futur. La suite des niveaux dépendra de l’époque dans laquelle vous avez fini les précédents, notamment pour les levels de Boss.

Des principes de base conservés.

Si les voyages temporels apportent de la nouveauté, le jeu reste néanmoins fidèle à ses prédécesseurs avec un certain nombre de mécanismes conservés. Les niveaux bonus se présentent toujours sous la forme d’un anneau géant dans lequel il faudra sauter en fin de niveau à condition d’avoir au moins 50 exemplaires de ceux-ci à son actif. Et comme dans la plupart des épisodes le niveau bonus est une très bonne façon de faire remonter sa petite bière de l’apéro et tout le repas qui allait avec. En effet, allez savoir pourquoi, ces passages ont toujours été vomitifs. Pour obtenir une émeraude du temps (équivalent des émeraudes du Chaos des autres épisodes) il faudra nettoyer la zone des drones volants présents et ce ne sera pas mince affaire, car le pseudo mode 7 offre une visibilité assez médiocre que ce soit de vos distances de sauts ou des bonus/malus au sol. Et bien entendu obtenir la véritable fin ne sera possible qu’en possession des 7 émeraudes.

On retrouve bien entendu tous l’univers « mécanique » propre aux décors de Sonic, les différents robots ennemis construits par le docteur Robotnik (alors oui je sais, Eggman, mais pour moi ce sera toujours Robotnik…), les différents types de niveau avec toujours ces horribles passages aquatiques et les fameuses bulles d’air qui ont fait la joie des revendeurs de manettes de l’époque, etc…

La nouveauté d’hier et d’aujourd’hui.

En 1993 le support Méga-CD permettait l’apparition de la digitalisation, si aujourd’hui beaucoup de personnes trouvent cela ringard en revanche pour l’époque il s’agit d’une véritable prouesse technique. Les musiques du titre sont par conséquent blindées de voix digitalisées et si certains passages ont vraiment un ton ridicule (le YEAH !! du premier niveau) d’autres sont bien plus réussis et amusants (musique de la course contre Métal Sonic).

Cet épisode introduira Amy (n’y voyez rien de sexuel là-dedans) ainsi que Métal Sonic, que nous retrouverons dans plusieurs opus suivants. Au passage, notez que le niveau de Métal Sonic sur le tout récent Sonic Génération est un clin d’œil direct à cet épisode puisqu’il reprend le level design de la course contre celui-ci sur Méga CDDu point de vue Gameplay peu de nouveautés si ce n’est quelques plates-formes tournantes et un passage en 3D puis vu de dessus pour certaines rampes. Sonic réagit toujours aussi bien aux commandes et le jeu reste nerveux si on ne se soucis pas de l’exploration et qu’on fonce comme un bourrin comme un Sonic plus traditionnel.

Pour ce qui est des nouveautés propres à cette réédition on aura le plaisir de pouvoir jouer avec Tails, et le vrai, pas la lopette dans son avion, celui qui se démerde tout seul avec ses queues et son couteau. Le personnage, à débloquer en finissant le jeu, appuie la rejouabilité du titre en renouvelant le gameplay avec sa capacité de vol, qui devrait grandement aider à l’exploration (et par conséquent vous aider à obtenir la vraie fin). Les plus gros fans découvriront aussi la possibilité d’entendre les 2 différentes BO du jeu (japonaise et américaine).

Personne ne me traite de mauviette !

L’un des principaux avantages de cette réédition est de permettre l’accès du jeu au plus grand nombre, les enfants y trouveront leur compte grâce à un système d’autosave et de continues. Les plus gros joueurs pourront quant à eux trouver du défi en tentant de découvrir tous les modules du passé à détruire (téléporteurs bizarres et projecteurs de Métal Sonic) , et à revenir dans le futur pour finir le niveau. Car si les panneaux sont assez nombreux, les espaces où vous pourrez atteindre la vitesse désirée assez longtemps sont bien plus rares. Obtenir les 7 émeraudes ne sera pas la tâche la plus difficile, mais demandera assez de doigté et de patience pour plaire aux joueurs de niveau intermédiaire.

Concernant les succès/trophée ceux-ci sont assez bien trouvés avec de très facile comme le câlin à Amy et d’autres bien plus corsés tel que l’obtention des 7 émeraudes. Bref une fois de plus une difficulté adaptable pour convenir à un plus large public. Un jeu pour les enfants et les gamers ça n’est pas si fréquent !

Il n’y en a pas marre de Sonic ?

Entre la sortie de Sonic Génération (et son édition collector qui coûte une couille), de Sonic CD sur XBLA/PSN/iOS, sans parler de la journée promo Sonic du XBLA il y a quelque temps ou encore l’annonce de Sonic 4 : Épisode 2… Je pourrais comprendre une overdose de hérisson bleu. Mais on n’a pas 20 ans tous les jours et les éditeurs ne font pas toujours autant d’efforts (les 25 ans de Castlevania sont par exemple passés inaperçus).

Alors si vous êtes un véritable fan de la saga originelle profitez en, que se soit pour son originalité de voyage dans le temps, son coté exploration ou bien encore ses musiques digitalisées. Et puis à ce prix-là, vous n’auriez même pas de quoi payer les frais de port d’un Méga CD si vous parvenez à en trouver un à bon prix (et là, bon courage).

Chezmoa
Me suivre

Chezmoa

Tous mes articles pour GSS sont sous licence Beerware.
Chezmoa
Me suivre

Les derniers articles par Chezmoa (tout voir)

Laisser un commentaire