DustForce

Attendu depuis peu par les amateurs de graphismes somptueux, DustForce se place finalement bien au-delà du “jeu visuellement sympathique” pour toucher la fibre nostalgique des Hardcore Gamers en mal de jeux à terminer. Vous êtes prêts pour un peu de magnifique difficulté ?

Les feuilles mortes se ramassent au combo…

HitBox nous avait présenté DustForce d’une bien simple façon : dans des niveaux de plateformes nous rappelant quelques Jump’n Run tels que Super Meat Boy ou N+, avec une simple vue plus rapprochée que dans ces exemples, vous contrôlez un héros possédant un balai ou un aspirateur prêt à tout nettoyer. Plusieurs plateformes du jeu sont en effet envahies par des feuilles mortes, de la poussière ou encore des résidus ectoplasmiques d’un laboratoire de recherche bien mal entretenu. En passant sur une plateforme, vous la nettoyez. Là où ça se complique, c’est quand les développeurs décident de poser de la saleté même sur les parois les plus improbables.

Vous voilà alors à courir sur les murs, la tête à l’envers certaines fois, pour tout nettoyer au pixel prêt. Le but premier est d’atteindre l’arrivée et d’y détruire les ennemis à coup de balai. Tout au long de votre progression, vous apercevrez des animaux, des statues, possédés par la saleté, qui doivent être nettoyés le plus vite possible avant qu’il ne vous fasse du mal. Une fois un niveau terminé, vous êtes alors noté, sur votre prestation (vos vies perdues, votre vitesse…) et sur le taux de nettoyage accompli. Deux notes allant jusqu’à l’habituel rang S sont donc proposées pour chaque niveau, parmi la quinzaine jouable dès le lancement du jeu et au fil des niveaux terminés.

Sur le chemin, avant d’entrer dans les différentes portes menant aux niveaux qui ornent cette sorte de “Quartier Général” à la Metroid, vous apercevrez énormément d’épreuves verrouillées. Pour les ouvrir, il faut donc posséder une clé et le seul moyen d’en obtenir une est de terminer un niveau… avec la note maximale. Pas de juste milieu, aucune triche possible, pas de subterfuge pour débloquer plus facilement la suite de l’aventure : DustForce propose une quinzaine de niveaux assez simples pour vous apprendre les aléas du saut sur les murs et du rebond millimétré, pour vous proposer ensuite de vous surpasser et de mériter l’ouverture de vos prochains niveaux. Des défis évidemment encore plus difficiles et qui rempliront de fierté ceux qui les termineront.

Mérite tes niveaux !

L’idée est tout bonnement géniale même si évidemment, les nouveaux joueurs vont là détester. À l’heure de la simplification du gameplay, HitBox va à l’encontre de cette tendance et rivalise d’ingéniosité. Ainsi, vous avez la possibilité d’effectuer énormément de mouvements différents : sauts sur les murs, course rapide sur une petite parcelle de plateforme et glissade sur les pentes vous serviront à prendre de la vitesse et à progresser avec style. Vous pouvez aussi frapper avec un petit et un gros coup, chacun sur un bouton différent. En frappant un objet, une boule de feuilles flottant au-dessus du vide par exemple, vous restez en l’air pendant un certain moment et gagnez le droit de ressauter une énième fois. Jusqu’à trois sauts peuvent être effectués à la suite pour ceux qui s’y prennent bien. Mieux encore : au bout d’un moment, votre personnage sera entouré d’un fort halo lumineux. Il vous sera alors possible d’appuyer simultanément sur les deux boutons d’attaque pour exploser et nettoyer toutes les saletés visibles à l’écran (mais principalement les ennemis).

En combo, cela ira même jusqu’à des records incroyables que l’on a hâte de découvrir sur Youtube ! Un compteur est affiché en bas à gauche de l’écran, vous indiquant le nombre de saletés balayées. Ce compteur ne doit absolument pas descendre et vous devez donc ne jamais cesser d’engranger des points si vous voulez terminer le niveau avec un score très élevé, la meilleure note et donc, gagner le droit d’obtenir une clé et de déverrouiller un niveau. Vous l’aurez compris : pour ceux qui accrocheront au jeu, la durée de vie est juste immense.

Ajoutez à cela du multijoueur en local jusqu’à quatre joueurs et un éditeur de niveau à venir en DLC apparemment gratuit, pour comprendre à quel point Dustforce est un bel investissement. Il ne se moque pas de joueur et propose, surtout, quelque chose de vraiment différent dans le milieu du jeu vidéo indépendant ! Il se permet de casser les règles, de demander au joueur de mériter sa durée de vie et de bien jouer pour avoir le droit à de la nouveauté. Cela ne va pas plaire à tout le monde, c’est une certitude, mais au final… Avec des graphismes pareils, une ambiance de dessin animé et ses musiques de qualité, comment ne pas craquer ? Seul bémol : au clavier, Dustforce est assez énervant et seul un bon pad Xbox 360 ou équivalent saura vous proposer un gameplay aux petits oignons. Pensez-y !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

4 pensées sur “DustForce

  • 23/01/2012 à 18:10
    Permalink

    J’ai toujours pas acheté ce jeu, est-ce qu’il est jouable à la manette ? (comme Super Meat boy)

    Répondre
    • 23/01/2012 à 22:55
      Permalink

      Oui, le jeu prend en charge les manettes sans aucun problème

      Répondre
  • 24/01/2012 à 22:12
    Permalink

    Et après quelque temps de jeu, j’approuve : au clavier c’est vraiment super dur, mais à la manette c’est un régal. Assez dificile de prise en main pour qui voudrait scorer sans attendre, mais la courbe de progression et rapide et le jeu assez prenante :
    Jme suis surpris à passer 2 h sur un niveau, juste pour essayer de battre les record mondiaux.

    Répondre
  • 25/01/2012 à 17:18
    Permalink

    Cool, c’est un des jeux que je surveillais le plus, s’il roxxe, alors je vais voter avec le portefeuille (laul).

    Répondre

Laisser un commentaire