Soul Sacrifice

Le slogan de Game Side Story c’est : « l’indépendant, mais pas que » et aujourd’hui c’est moi qui me charge du « pas que », surtout parce que je suis l’un des deux seuls de la rédac à avoir une PSV. Et c’est bien dommage car si on prend le temps de vous parler d’un « triple A » c’est qu’il en vaut la peine. Ambiance glauque, choix moraux constants, histoire prenante, loot à gogo, préparez-vous à sacrifier un bon nombre d’heures de temps libre sur ce jeu qui s’annonce comme l’un des meilleurs et indispensable de la petite mal-aimée de Sony.

Librom mon beau Librom, dis-moi qui est le plus fou.

Avalon, tel est le nom de la contrée où vous vous apprêtez à voyager. Je vous dis ça car pour le moment vous n’êtes qu’un pauvre glandu coincé dans une cage faite d’os et pleine de cadavres. En face de vous, une autre cage avec un autre prisonnier. Arrive ce qui semble être votre bourreau, tout de noir vêtu, le corps ayant quasiment muté en un amas d’yeux et de veines. Il ne vient cependant pas pour vous, mais pour votre gentil copain de la cellule d’en face. Celui-ci bien décidé à ne pas se laisser faire passe à l’attaque… Deux boules de feu plus tard celui-ci s’est bien sûr fait décimer sous vos yeux. Le sorcier, rassasié du sacrifice de votre collègue s’en va. C’est alors qu’une voix se fait entendre dans votre petite cage et vous découvrez, entre 2 cafards, un livre. Un livre qui parle même et qui pourrait très bien être le petit frère du Necronomicon d’Evil Dead.

Librom sera votre délicieux compagnon d’infortune et votre interlocuteur pour tout le reste de cette histoire. Il vous apprendra assez rapidement qu’il est le journal d’un grand sorcier et qu’il contient la clé capable de vaincre votre bourreau. Cet être maudit qui est en réalité connu sous le nom de Magusar, ancien sorcier devenu fou et immensément puissant. Notre ami le livre qui contient les aventures du partenaire de Magusar avant sa transformation nous propose à travers la lecture de celles-ci, de les revivre et d’en absorber leur savoir. Ceci afin de pouvoir peut-être un jour, vaincre le Magusar actuel. Vous êtes donc parti direction Avalon, bien avant les événements présents pour y faire des rencontres des plus inhabituelles et des combats toujours plus impressionnants.

Le monde d’Avalon

Avant de continuer, je vais vous faire un petit point sur le monde de Soul Sacrifice. Ici, chaque être vivant peut selon certaines conditions devenir un monstre, souvent en réponse à de fortes pulsions négatives. Ces monstres sont chassés par des sorciers, ceux-ci sont capable d’utiliser des offrandes magiques pour se défendre (j’y reviendrais quand on parlera du gameplay). À l’issue du combat le sorcier peut épargner le monstre et lui redonner sa forme originelle ou bien le sacrifier pour le tuer pour de bon. L’ordre est sans pitié et demande de n’épargner aucun monstre tant la contrée est devenue dangereuse. Certains sorcier cependant font infraction au code et se permettent de sauver quelques âmes, à vous de choisir votre camp.

Vous voilà maintenant au point sur ce qui se passe globalement un peu partout. Vous, par contre au milieu de tout ça, bah vous êtes en pleine mission avec votre co-équipière Sortiara. Après plusieurs missions ensemble l’écart se creuse entre vous et la confrontation devient inévitable. Sa soif de sacrifice inépuisable vous amènera à la sacrifier. Et c’est globalement là que la vraie histoire débute. La suite vous guidera jusqu’à la rencontre de Magusar quand il n’était qu’un « simple » sorcier. À partir de ce point, le scénario prend tout son sens, Magusar détient un pouvoir de prémonition et vous informe que vous êtes destiné à devenir une bête sans nom et à la soif de sang insatiable qui détruira le monde actuel. Vous partez donc faire équipe avec celui-ci en quête d’un calice capable d’exaucer un vœu, afin de vous guérir de cette malédiction.

Si vous n’êtes pas trop mauvais vous avez déjà remarqué un petit « souci » dans l’histoire, Magusar vous dit à l’époque que c’est vous qui détruirez le monde, alors que dans le temps présent, c’est celui-ci même qui règne sans merci. Et des questions du genre, vous vous en poserez plein tout au long de votre aventure, l’identité réelle de l’auteur de Librom étant cachée, oubliée, vous devrez continuer à lire, pour découvrir le fin mot de l’histoire.

Sacrifice/Rédemption

Sinon, si on repassait un ptit coup sur les sacrifices/sauvetages ? Chaque acte a bien évidement des conséquences sur le reste de votre aventure. Épargner un monstre vous donnera une essence de vie, régénérera un peu votre santé et augmentera votre « niveau de vie » (c’est un terme du jeu, je ne parle pas de votre barre de vie quand je dis ça). Plus votre « niveau de vie » est élevé plus vous aurez de défense. Epargner un archidemon (sorcier transformé en monstre, en fait tous les boss du jeu) vous accordera le soutien du sorcier sauvé pour les combats à venir, celui-ci fera parti de votre liste d’alliés. Les sacrifices quant à eux sont plus ou moins tout l’inverse. Sacrifier un être vous donnera de l’essence d’âme, augmentera votre « niveau de magie » ce qui fera grimper votre attaque. Pour les archidemons par contre, pas de « récompense » le sorcier sera simplement mort. Ah, et si épargner un monstre vous donnait de la santé, le sacrifier rechargera vos offrandes à utiliser en combat.

Votre personnage peut monter jusqu’au niveau 100, votre niveau est la somme de vos « niveaux de vie » et « niveaux de magie ». Ainsi un perso de niveau 100 peut très bien avoir 50/50 ou bien 70/30 ou encore 1/99. Le build de votre perso vous est entièrement libre, attention cependant à ne pas être trop gourmand dans une seule catégorie. Ce choix entrainera des facilités sur certains points du combat mais vous rendra plus que faible dans la catégorie opposée. Un perso à 1/99 sera très puissant mais aura tendance à mourir en 2 voir 1 coup contre les boss. À l’inverse, un perso à 99/1 aura beaucoup de défense mais son attaque sera si faible que le combat durera une éternité.

Dit comme ça, ça à l’air injuste, mais le jeu est avant tout fait pour le multi-joueurs, vous serez rarement seul face à un défi. Vos co-équipiers toujours présents à l’appel (même si un peu bête dans le mode solo) ont les mêmes capacités que vous, ainsi, si vous mourez l’un de vos alliés en jeu pourra vous épargner et vous ressusciter au prix de la moitié de sa vie actuelle, ou bien vous sacrifier, ce qui entrainera un sort très puissant frappant tous les ennemis.

La mort n’est pas la fin du combat, ni une fatalité dans Soul Sacrifice, si à vos débuts vous voudrez toujours être épargné, avec le temps vous apprendrez à vous sacrifier pour venir à bout d’un boss trop puissant. Une fois en fantôme, le jeu continue ! Vous pourrez en touchant soit les ennemis soit vos équipiers, augmenter pour une courte durée l’attaque ou diminuer la défense. (À noter que même si vous avez été sacrifié, vous gagnez quand même des récompenses à la fin du combat, parfois plus que les autres car se faire sacrifier augmente votre score).

Les offrandes

Les offrandes sont votre seul moyen d’attaque (voir de défense) dans le jeu. Vous pourrez en équiper 6, et seront accessibles par paquet de 3 in game. Une pression sur le bouton R switchera sur les 3 suivantes. Les offrandes sont découpées en éléments : glace, feu, poison, pierre, foudre. Et en catégories : armes, bras, projectiles, explosifs, boucliers, armures, soins etc. Elles sont améliorables, 2 offrandes de même niveau en forment une du niveau supérieur. Vous pouvez également les fusionner pour y rajouter des dégâts élémentaires ou créer de toutes nouvelles attaques. Chaque offrande a un nombre d’utilisations défini (nombre qui augmentera avec les améliorations). Par exemple une épée de glace pourra être utilisée 4 fois avant de se casser. Une offrande cassée devient inutilisable jusqu’à ce que vous la répariez dans le menu de personnage entre les quêtes. En revanche si vous utilisez votre épée 3 fois et sacrifiez un monstre, le sacrifice restaurera un certain nombre d’utilisations à toutes vos offrandes. Ne gaspillez pas vos sacrifices, pensez par exemple à vous soigner et à utiliser le plus possible d’offrandes avant de les restaurer.

Ceci précisé, sachez qu’activer votre épée de glace ne vous donnera pas accès à un seul coup. L’activation vous demandera d’attendre la fin d’une animation, une fois finie vous pourrez utiliser votre arme autant que vous le voulez dans la limite de temps prescrite sur la fiche de l’offrande. Le choix de vos offrandes se fera donc en fonction de son élément et de son type. Le système de combat est en temps réel mais dispose d’une vraie dimension tactique. Le fait que chaque offrande nécessite un certain temps d’activation en fait presque par moment un jeu de tour par tour. Connaitre le timing et la portée de vos attaques est indispensable pour ne pas se faire tuer, ou finir à court d’offrandes en plein combat. Certains y verront d’ailleurs un léger coté Monster Hunter dans la gestion de vos attaques et les stratégies à établir en multi.

Mais à part ça ?

Et bien à part ça le jeu dispose d’une quantité plus qu’importante de quêtes, allant de la difficulté la plus simple pouvant être validée par n’importe qui à des missions atrocement difficiles qui raviront les amateurs de challenge. Car oui, Soul Sacrifice est un jeu à challenge et à scorring. Vos actions telles que les ripostes ou le fait d’utiliser la faiblesse d’un ennemi vous accorderont des points. Ces points sont très important car à l’issue de la mission selon votre score vous aurez plus ou moins d’offrandes en récompense. Votre temps de jeu sera partagé entre la gestion de vos offrandes, des runes qui augmentent vos stats sur votre bras, et la lecture des divers éléments du jeu.

En effet chaque monstre, lieux, personnage à une fiche descriptive de plusieurs pages très complète. Le background du titre est un de ses atouts majeurs, les inspirations sont aussi bien occidentales que japonaises, ce qui donne un mélange parfois étrange (mention spéciales aux costumes des persos pour la plupart d’inspiration ultra japonisante et super moche) mais réussi la plupart du temps.

Tout ceci est ponctué dans les quêtes de l’histoire par une narration maitrisée, tout se fait via les pages du livre, le peu d’animations et les voix (anglaises) au top rajoutent à l’ambiance bien glauque, sombre et plus mature que les jeux habituels de Mr Inafune. Rien que les rites obscurs donnent le ton, il s’agit de sacrifier une partie de votre corps pour déclencher un sort très puissant une fois par combat, en contrepartie le membre sacrifié sera perdu pour le combat, ce qui vous gratifiera d’un malus. Exemple sacrifiez votre peau, pour lancer un sort de feu dévastateur mais vous finirez le combat avec -50% de défense. J’aimerais quand même juste pour prouver l’ampleur du délire intersidéral qui a parcouru l’esprit des développeurs, parler de mon petit préféré : l’arrachage de colonne vertébrale par la bouche.

Soul Sacrifice c’est donc un petit jeu merveilleux auquel on peut reprocher pas mal de choses, comme son principe de jeu qui se veut forcement répétitif, ses monstres et boss pas si nombreux que ça finalement. Et ses textures pas toujours au top. Les sols sont incroyablement pauvres dès que la caméra s’éloigne de 2m. Ajoutez à cela une difficulté qui peut grimper en flèche si vous gérez mal votre perso, et vous avez à peu près tous les défauts du jeu.

Tout ceci est bien sûr contrebalancé par la durée de vie immense que propose le titre si vous comptez le finir entièrement, ajoutez le double histoire de tout refaire en multi-joueurs, plus encore quelques heures avec les prochains DLC gratuits à venir qui rajouteront de nouveaux boss. Et enfin vous pouvez aussi rajouter plusieurs heures juste pour la collecte/fusion/améliorations des différentes offrandes.

Pour finir…

Soul sacrifice est un titre pour tous les accros de jeu d’action très stratégique au challenge relevé, et aux amateurs de scoring. Le titre ne conviendra pas forcément à tout le monde mais reste une petite perle et nous livre une expérience encore jamais vue. Le titre s’impose pour moi comme un inconditionnel de la PSV qui jusqu’à là se faisait encore bouder par les bons jeux. Pour vous faire une idée, une démo est disponible gratuitement sur le PS Store, c’est actuellement la meilleure démo du store, la plus complète avec plus d’une dizaine de quêtes et du online disponible. Vous pourrez y passer facilement plus de deux heures si vous cherchez à améliorer votre perso. D’autant plus que votre sauvegarde de la démo peut être importée une fois le jeu final acquis.

Je ne le répéterais jamais assez, essayez la démo, elle est là pour ça et montre bien le potentiel du jeu. Seul le scénario ne transparaîtra pas dans celle-ci. Il faudra donc acheter le jeu pour avoir le plaisir de découvrir une histoire qui vous met en doute constant sur votre personnage, sa destinée, et les autres protagonistes. Jamais sûr de rien, toujours attentif aux moindres détails, à la moindre description qui pourrait aider. Voila mon état pendant mes pérégrinations en Avalon, ainsi je ne peux que vous conseiller d’y aller vous-même et de faire l’expérience d’un triple A qui change de ses homologues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.