Mighty Gunvolt

Créé pour accompagner la sortie de Azure Fighter : Gunvolt, Mighty Gunvolt est un petit bonbon sucré au goût rétro acide reprenant une partie du game design de son grand frère, mais en le simplifiant à la sauce NES.

Congatrulations you’re winner!

Passons sur le scénario volontairement obscur et volontairement mal traduit (à l’ancienne, quoi), et venons-en directement au cœur du jeu. On nous propose de choisir entre 3 personnages, chacun ayant des capacités différentes. Gunvolt est le personnage classique, il peut faire un double saut et, en concentrant son tir, peut envoyer une décharge électrique contrôlable faisant énormément de dégâts, au prix d’une immobilité handicapante.

Ensuite on a Ekoro venant du jeu Gal☆Gun (un rail shooter avec des écolières), qui peut flotter dans les airs et charger son tir pour charmer un ennemi qui passera de notre côté quelques instants. Pour finir, Beck venant de Mighty Number 9, un jeu de Keiji Inafune en cours de développement et étant un cousin très proche de Megaman. Il possède quand à lui une glissade permettant de se faufiler dans des endroits inaccessibles par les autres personnages et peut, en chargeant son tir, effectuer une charge de tout son corps. Il faut choisir en début de partie le personnage choisi et s’y tenir, puisqu’il est nécessaire d’ouvrir un nouveau fichier de sauvegarde pour en sélectionner un autre.

Mégavolt

Après avoir choisi son p’tit bonhomme, les niveaux s’offrent à nous. Des versions simplifiées des niveaux de Azure Fighter : Gunvolt, plus courts, et moins nombreux. On n’a pas le choix de l’ordre du parcours, mais suivant le personnage choisi, l’enchaînement des niveaux sera différent. Par contre, il est assez décevant de se rendre compte que les personnages ne gagnent aucune capacité supplémentaire et qu’à condition d’être un peu concentré, chaque série de niveaux se termine en moins d’une heure.

Ils sont tout de même relativement variés et d’un déroulement classique, comprenant différents décors délicieusement rétros et des boss plutôt coriaces en fin de parcours. Les boss étant des version encore une fois, simplifiés de ceux d’AS:G, les techniques acquise dans ce dernier sont totalement exploitables, puisque les paterns sont sensiblement identiques. Pour finir, les musiques des niveaux sont des versions chiptunes des musiques d’AS:G, et les remix sont somme toute assez sympathiques.

Miniman

Une pastille, voilà ce qu’est Mighty Gunvolt. Un petit retour à l’époque où les jeux étaient plus simples, plus punitifs, mais pas forcément meilleurs. Le jeu est gratuit jusqu’à un certain point avec Azure Fighter : Gunvolt, aucune raison de s’en passer si vous avez aimé ce dernier. Par contre plein pot, la pilule passe mal, justement, d’autant qu’il faut doubler son prix en adjoignant les DLC « argent facile » qui ajoutent une poignée de niveaux.

En attendant Mighty Number 9, qui devrait rassasier les fans de Megaman, on a là un bonus honnête en tant que tel, mais pas forcément indispensable autrement.

Shutan

Joueur éclectique, archéologue du jeu vidéo, rétrogamer compulsif. Dans un monde qui va trop vite, il faut parfois se poser et le regarder passer, sinon on loupe des trucs... Comme des vieux jeux...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.