Gunnheim

Guns + Vikings = Mayhem!“. Vous êtes prévenus, on ne fait pas dans la dentelle chez le studio SIEIDI Ltd qui nous présente ici son premier jeu, Gunnheim, un shooter pur et dur qui ne s’embêtera pas à vous présenter un quelconque scénario, c’est un gros défouloir où vous serez à la tête de vikings armés jusqu’aux dents !

Se lancer seul dans l'aventure n'est pas recommandé.
Se lancer seul dans l’aventure n’est pas recommandé.

La coop avant tout

Pour commencer il faut savoir que Gunnheim est avant tout un jeu fait pour être joué à plusieurs que ce soit en coop ou en multi. Il est possible de jouer en mode solo en entrant seul dans un lobby avec l’option “create lobby” mais la difficulté sera de taille puisqu’elle reste quasiment la même que vous soyez à quatre ou seul sur le niveau. Cela est d’autant plus accentué par le fait que si vous êtes à plusieurs vous pourrez réanimer les amis tombés au combat alors qu’en solo personne ne sera là pour assurer vos arrières.

Viking berserker ou viking healer ? Faites votre choix !

Vous avez le choix entre deux personnages lorsque vous débutez l’aventure, chacun d’eux aura une arme et une capacité secondaire différentes :
Il y a d’une part Zerker avec son fusil automatique qui ne sera efficace qu’à portée faible ou moyenne. La précision de l’arme n’est pas des meilleures donc il faudra toujours se placer à moyenne distance de l’ennemi tout en esquivant ses attaques en dashant. Son attaque spéciale est un mode Berserker qui le rendra invulnérable pendant un très court laps de temps durant lequel chaque ennemi touché sera instantanément tué sauf les boss qui subiront tout de même d’importants dégâts.

D’autre part, vous pourrez opter pour Laknir qui sera munie d’un fusil à pompe ayant un champ d’action plus grand et qui occasionnera plus de dégâts à bout portant qu’à distance où la précision de l’arme sera mauvaise. Approchez-vous des ennemis mais dashez pour esquiver les coups et si vous êtes mal en point utilisez sa capacité spéciale qui droppera de la vie pour vous requinquer.

Par la suite, une fois le jeu complété selon les différents modes de difficulté (normal ou hardcore) vous débloquerez deux personnages supplémentaires. D’autres niveaux de difficulté seraient cependant nécessaires pour permettre de mieux adapter une partie au nombre de joueurs présents et à l’expérience de chacun.

Tuer ! Tuer tout ce qui bouge !

Parfois les ennemis droppent des caisses qui vous permettent d'améliorer temporairement votre arme.
Parfois les ennemis droppent des caisses qui vous permettent d’améliorer temporairement votre arme.

Une fois lancé vous vous retrouvez dans un HUB à partir duquel vous pourrez accéder aux quatre mondes du jeu. Pour le moment seule une porte vous est ouverte, en la franchissant vous accéderez à des niveaux qui surviennent aléatoirement et où vous devrez éliminer toutes les bestioles en présence pour accéder au niveau suivant. Une fois tous les niveaux d’un monde réussis vous débloquerez le monde suivant.

Votre arme par défaut ne manquera jamais de munitions mais ne sera pas aussi efficace que les armes trouvées sur le champ de bataille. Votre arme pourra donc temporairement obtenir les propriétés d’un bazooka, un lance-grenades ou encore un laser. Ces armes sont parfaites pour venir à bout de hordes d’ennemis, ennemis qui sont d’ailleurs assez variés allant de la simple créature de base aux énormes boss en passant par toutes sortes de bestioles (faunes avec sabre, pillards avec arbalète…) et leurs variantes. Une encyclopédie accessible en jeu serait d’ailleurs la bienvenue pour mieux s’adapter à chaque monstre.

Quatre mondes variés et une identité visuelle propre

Le style géométrique et les couleurs des décors donnent une identité particulièrement reconnaissable au titre.
Le style géométrique et les couleurs des décors donnent une identité particulièrement reconnaissable au titre.

Gunnheim bénéficie d’un style graphique polygonal qui lui donne immédiatement une identité propre. Vous pourrez au total visiter quatre mondes variés (paysage volcanique, monts enneigés…) qui seront tous plus dangereux les uns que les autres de par les ennemis présents mais aussi à cause de pièges disséminés sur les lieux (mines, pics, gouffres…). Tomber dans un gouffre équivaut à une mort immédiate alors reculez face aux ennemis mais pas trop ! Franchissez le vide en dashant et faites attention où vous mettez les pieds.

Les déboires d’une noob…

Le jeu étant un Twin-Stick shooter il conviendra mieux d’y jouer à la manette, un joystick vous permettant de vous déplacer et l’autre de viser. Je ne suis personnellement pas du tout familière de ce type de jeux mais j’aime m’essayer à différents genres pour me diversifier. Ici j’ai eu assez de mal à gérer les deux sticks tout en dashant et tirant (respectivement avec les touches LB/RB et RT sur la manette, il n’est pas possible de réattribuer les touches), j’aurais plutôt aimé que mon personnage vise dans la direction vers laquelle je me dirige. C’était assez déconcertant et la difficulté du titre n’aidant pas en jouant en solo je n’ai pas pu avancer très loin. Ce “problème” de gestion des deux sticks étant personnel et relevant d’un aspect inhérent au genre je n’en ai pas tenu rigueur au jeu, cela ne relève en rien d’un problème de jouabilité mais plutôt d’un problème d’habitude.

En définitive, Gunnheim mérite encore quelques ajustements au niveau de la difficulté notamment pour être plus adapté au jeu en solo. L’ajout d’une aide de jeu serait aussi une bonne chose et permettrait de mieux connaitre les attaques et failles de nos ennemis. Je n’ai eu qu’un aperçu du titre puisque je jouais seule, j’espère y jouer avec des amis à l’avenir pour profiter pleinement du titre. Malgré mes déboires de novice je sais reconnaitre un bon jeu lorsque j’en vois un et Gunnheim est définitivement une bonne pioche pour les amateurs du genre voulant dégommer des hordes de monstres entre amis !

Kitsune-Musume

Ancienne amasseuse compulsive de jeux boite, j'aime à me perdre désormais sur les terres fertiles de l'indépendant. Gameuse à tendance no-skill/casu/basheuse de la touche X, testeuse de résistance mentale aux low-framerates avec ma vieille (mais fidèle) brouette connectée, j'aime les armes lourdes et badass, les univers immersifs et les scénarios bien ficelés. A l'inverse, j'ai horreur des jumpscares (flipette de catégorie 3), je fuis les collectes poussives de piécettes et je recule devant mes devoirs de rédaction d'une biographie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.