Nacon GM-350L

Pour ma première critique hardware sur GameSideStory, j’ai eu droit à une souris dont je ne connais la marque que de nom. Si j’appuie sur ce point, c’est qu’en temps que joueur pc depuis de nombreuses années maintenant, et notamment de fps, j’ai eu quantité de souris d’à peu près toutes les marques entre mes mains, même des plus obscures. Nacon est une marque assez récente qui commence à faire parler d’elle de plus en plus, principalement en s’investissant dans des événements liés à l’e-sport. Aujourd’hui, je suis là pour vous parler de la Nacon GM-350L, une souris gamer au prix ni trop élevé, ni trop bas.



Présentation

La GM-350L est trouvable à un prix légèrement inférieur à 40 euros. Je me suis donc fendu d’une petite comparaison avec la concurrence et le résultat ne s’est pas fait pas attendre. Elle semble en effet offrir sur le papier une série de prestations que beaucoup d’autres souris dans sa gamme de prix n’ont pas. Son capteur affublé du petit nom “Avago 9800” a une résolution de 250 à 8200dpi. Néanmoins, j’ai appris avec l’habitude que le nombre de dpi ne voulait absolument rien dire et relevait plus de l’argument marketing que d’un réel intérêt. Jouant personnellement avec une sensibilité réduite, un si grand nombre de dpi m’importe en général peu. Je préfère porter attention sur la qualité du capteur et plus spécialement sur sa précision et sa réactivité.

De ce côté-là, la GM-350L dispose d’un capteur laser alors que le reste de la concurrence pour moins de 40 euros, se contente en général d’un capteur optique, moins cher et surtout moins précis. Si le commun des mortels ne verra peut-être pas grande différence entre l’optique et le laser, il devrait par contre apprécier le fait que ce dernier a le mérite de fonctionner sur les surfaces réfléchissantes. Un avantage par conséquent pour la Nacon.

Dans le reste de ses prestations, elle prétend à sept boutons programmables. Ces derniers sont répartis de la sorte : les deux clics de base, la molette cliquable, le bouton situé en dessous de la dite molette servant par défaut pour changer la résolution dpi, et trois boutons sur la tranche gauche. De par sa forme et la disposition des boutons, vous aurez compris qu’elle reste exclusivement destinée aux droitiers (et ambidextres). Pour le reste, elle offre un câble tressé de 180cm, un standard de nos jours, un rétro-éclairage entièrement réglable sur lequel je reviendrai, et une base métal la faisant peser sur la balance dans les 165g, ce qui est loin d’être négligeable.



Design, confort et prise en main

Il en faut pour tous les goûts, et du côté de ses courbes, la Nacon GM-350L se défend admirablement. Elle se situe dans un entre-deux en terme de style, entre sobriété et tape à l’oeil typique des produits dits pour gamer. Ses formes me rappellent certaines souris Logitech que j’ai pu énormément apprécié. Ses lignes sont donc assez classiques. On est loin des excentricités des R.A.T.Z et autres bizarreries. Deux lignes rétro-éclairées traversent la souris de part en part, tandis que plus bas, le logo de la marque s’illumine de concert. Cachées par la coque, on retrouve une série de diodes à l’arrière jouant également le jeu du rétro-éclairage. Je trouve cependant leur incrustation un peu grossière à côté du reste de la souris qui se présente sous un jour globalement classieux. Sa base en métal de couleur claire ressort inévitablement en apportant une touche plus légère au noir dominant la coque en plastique.

Par ailleurs, à l’exception d’une ligne traversant la souris, le plastique de la partie supérieure de la souris s’affiche dans un noir mate du plus bel effet. Cela rend la souris très agréable avec un toucher doux, tout en apportant une meilleure prise en main qu’avec un plastique plus standard. Il reste seulement la question de savoir si ce plastique résistera au temps, ce type de matériau étant plus à même de souffrir de griffures et autres. Le creux situé sur le flanc gauche offre un endroit parfait pour incruster notre pouce, tandis que son embonpoint sur le flanc droit permettra au reste de notre main de s’y reposer. Si en théorie sa forme est censée permettre de l’utiliser dans plusieurs positions, j’ai trouvé que le palm grip était la plus adaptée d’entre toutes. J’ai tenté le claw grip qui s’est malheureusement révélée inconfortable pour moi et plus fatiguant à la longue. Bien évidemment, le facteur qui rentrera le plus en conflit avec la souris question confort, sera la taille de votre main. Ancien possesseur de la Steelseries Kana, je dois avouer qu’en comparaison la GM-350L apparaît bien plus grande et massive.

Mais c’est surtout son poids qui vient faire la différence. La Kana pèse en effet dans les 72g alors que la Nacon fait dans les 165. Une différence notable qui commence à se faire sentir sur des sessions de jeux assez longues, surtout si le jeu en question requiert énormément de mouvements rapides, comme dans Counter Strike Global Offensive ou Overwatch. Et pourtant, à terme, j’ai fini par m’y adapter. Il était important de le souligner, surtout pour ceux ayant plus l’habitude de petites souris légères. On sent que sa base métal est celle qui tire la souris vers le bas, et certains joueurs apprécient cette lourdeur pour pouvoir faire des mouvements plus secs avec leur souris, ce qu’une  plus légère ne permet pas toujours. La préférence personnelle entre par conséquent en jeu ici, mais force est de reconnaître que la répartition de son poids est bien faite. Il suffit de la prendre dans la main pour se rendre compte que celui-ci est équilibré.



Logiciel de la souris et conditions en jeu

Le logiciel qui vient de pair avec les pilotes de la souris est assez simple d’utilisation. Il se contente en effet de deux écrans d’options, un nommé principal et l’autre avancé. Sur l’écran principal, on pourra tout simplement modifier les fonctions associées à chacun des sept boutons programmables de la souris. Il y sera également possible de modifier le taux de rafraîchissement de la souris (c’est à dire la fréquence à laquelle elle communiquera avec votre pc) jusqu’à 1000Hz. Attention, si votre processeur est vraiment trop vieux, un taux à 1000Hz pourrait éventuellement impacter les performances de ce dernier. N’hésitez pas à en baisser la valeur dans ce cas. Sur un Intel i5 2500K à 4,2GHz, je n’ai personnellement eu aucun problème de latence. Vous pourrez également régler sur cet écran la sensibilité de la souris, la vitesse de défilement et la rapidité du double-clic.

L’onglet avancé vous permettra par contre de régler la résolution de votre souris en dpi sur un total de six niveaux réglables. C’est par défaut avec le bouton situé sous la molette que vous pourrez passer d’un niveau à l’autre. Petit plus qui peut avoir son importance, les axes X et Y de chaque niveau peuvent être réglés indépendamment. Vous pourrez également désactiver les niveaux qui ne vous serviraient pas. A droite de ces réglages, vous aurez le loisir de configurer le rétro-éclairage à votre envie. Deux autres onglets sont présents mais de moindre importance : celui pour pouvoir créer vos macros (que personnellement je n’utilise jamais) et celui de l’assistance qui se résume à un lien vers le site de Nacon. Il est possible de créer jusqu’à cinq profils pour votre sours. Le logiciel qui accompagne la GM-350L est suffisamment complet à mes yeux et reste clair. Son design est à l’image de sa souris, sobre et fonctionnel, avec une petite touche de tape à l’œil.

La prise en main de la souris en condition de jeu, après plusieurs semaines, se résume assez simplement. Mon expérience fut sans problème et quasi parfaite. Pour ce prix, je ne m’attendais pas à ce niveau de prestations. Elle a su encaisser mes mouvements brusques et rapides lors de mes sessions sur Overwatch et Counter-Strike Global Offensive. Comme je l’ai précédemment souligné, il a fallu que je m’accommode à son poids plus de deux fois supérieur à celui de ma vieillissante Kana. Passé ce temps d’adaptation, j’ai trouvé en elle un capteur très capable et précis, répondant aux moindres des mes mouvements. Même en temps que souris de bureau, je l’ai trouvé très agréable. Sa taille conséquente fait qu’en palm grip, ma main était bien reposée sur toute sur sa surface. Sa molette est notamment à souligner. Elle est recouverte d’un revêtement de type caoutchouteux avec un effet cranté qui rend son utilisation très agréable sur la durée. J’ai trouvé en toute objectivité en la GM-350L une souris très capable à tous les niveaux. Pour son prix, elle a tout d’une grande et c’est pour cette raison que je l’utilise désormais constamment.


La Nacon GM-350L est une réelle bonne surprise. En terme de style, elle est sobre soulignée par un rétro-éclairage qui nous crie son appartenance au monde des périphériques gamer. Pour moins de quarante euros, elle offre un capteur laser et non optique contrairement à la majeure partie de la concurrence dans cette gamme de prix. Et force est de constater que ce capteur a le mérite d’être réactif et plutôt précis dans le genre. Le logiciel fait le boulot en étant suffisamment complet pour pouvoir la personnaliser dans les moindres détails, rétro-éclairage comme sensibilité. En bref, pour ce prix, c’est une souris plus qu’équilibrée en terme de prestations, c’est pour cela que je vous la recommande chaudement.

Vasquaal

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.
Vasquaal

Laisser un commentaire