Nano Ninjas

Quand un étrange pouvoir pervertit le cœur d’un sage moine Shaolin considéré comme le mentor de tout un village, c’est la guerre qui éclate contre ce qui reste de soldats au crâne rasé et l’armée de robots que cette nouvelle Nemesis a mis en place. Rien de grave, tout va bien au pays de Bad Chunk… Si ce n’est la santé mentale ?

Moines Vs. Robots
Reprenant au principe de gameplay prêt le fonctionnement de Plants Vs. Zombies, Nano Ninjas propose un affrontement entre des moins shaolin (le joueur) et une armée de robots-samouraïs (l’I.A). Comme dans le jeu de PopCap, il sera nécessaire de placer des unités sur un « echiquier » de 10 cases horizontales sur cinq cases verticales. Chaque ligne voit les ennemis apparaître à droite de l’écran, alors que le joueur à la liberté de placer ses unités ou bon lui semble sur leur chemin. Il faut la jouer évidemment stratégiquement : plus les unités seront éloignées, plus elles auront le temps de lancer leurs shurikens sur les ennemis avant de se faire frapper par ceux-ci.
Il y a bien entendu plusieurs unités au rendez-vous : celles qui attaquent, mais aussi celles qui envoient des boules d’énergie sur les ennemis pour les sonner et ralentir leur progression. Des bombes fumigènes ou explosives à usage unique peuvent aussi être posées sur le champ de bataille. Tout ce beau monde coûte des points, ici désignés comme des points Zens, dont le nombre augmente au fur et à mesure du temps. Quelques originalités sont par ailleurs présentes dans ce Nano Ninjas : il y a la possibilité de faire entrer en méditation certaines unités pour qu’elles glanent quelques points Zen supplémentaires (pendant ce temps, elles n’attaquent pas !). Aussi, il est possible de les booster, un peu comme le faire un Upgrade dans un Tower Defense, là aussi moyennant des points Zen.
À l’Est, rien de nouveau…
Le gameplay est du pûr déjà vu, mais fonctionne bien. Les missions sont un peu longuettes pour ceux qui aiment les Tower Defense nerveux et que l’on peut accélérer, mais la stratégie est bien au rendez-vous. Surtout, les jeux du même style ne sont pas tous du même niveau que celui de PopCap et ce Nano Ninjas parvient tout de même à proposer un univers visuel sympathique et amusant, surtout avec ces tortues venues en renforts qui nous rappellent les joies de la 2D, du dessin animé et des gags visuels amusants. Cinq mondes aux atmosphères différentes sont au rendez-vous, pour environ une cinquantaine de niveaux, voilà qui est sympathique : mais vous en voulez davantage ?
Quelques minijeux ont été ajoutés à la progression histoire d’améliorer le gros problème de la répétitivité ambulante. Sincèrement, qu’ils nous demandent de lâcher des pastèques sur nos alliés pour qu’ils les rattrapent en un seul morceau, ou qu’il soit question de pandas gloutons qui dévorent des pousses de bambou en tapotant l’écran, ces minijeux ne franchement pas indispensables. Certes, ils cassent la progression, mais pas toujours dans le bon sens du terme. Surtout qu’ils sont eux-mêmes d’une simplicité déconcertante et donc rapidement ennuyants.
En clair, Nano Ninjas fait bien son travail d’ersatz de Tower Defense horizontal. Il n’a pas inventé l’eau chaude, il n’a pas inventé quoi que ce soit d’ailleurs, mais il propose un univers assez sympathique pour qu’on se laisse tenter par son petit prix. Une bonne durée de vie, une belle brochette d’unités, un principe de « Zenitude » intéressant, tout cela permet au jeu de Bad Chunk de ne pas passer inaperçu à nos yeux. Maintenant, il va falloir réussir à se faire une place sur l’AppStore…

Laisser un commentaire