GameStick : l’art de s’astiquer le manche

La Guerre des Consoles c’est le bien. Enfin, je vous parle de la version des années 90′ moi, celle où des gamins se battaient dans les cours de récréation à coups de Pogs pour savoir de qui entre Mario ou Sonic était le meilleur. Aujourd’hui, la bataille est essentiellement axée sur la com’ et le marketing, ce qui enlève toute saveur à ce genre d’évènement…Et même le monde de l’indépendant s’y met.

Évidemment, les moyens ne sont pas les mêmes comparés à ceux des grandes firmes japonaises, mais le combat a le mérite d’exister. Alors, on connaissait déjà la Ouya, la petite console open source en forme de boîte qui avait bouclé son petit bonhomme de chemin grâce à sa page KickStarter, mais maintenant il faudra également compter avec la GameStick, une autre console du genre. Tout comme son aînée avant elle, cette machine conçue par PlayJam fait ses premiers pas sur le célèbre site de crowfunding et devrait tournée sous Android.

Cependant, quelques différences existent. Tout d’abord, la console dispose d’une apparence un peu cheap, copiant celle d’une clé USB et qui se brancherait directement sur le port HDMI de votre TV pour peu que vous en disposez. Ensuite, toujours au niveau design, on ne peut que déplorer la ressemblance flagrante avec le gamepad de la Wii, lequel devrait pouvoir loger la console afin de l’amener partout (pour peu que vous n’ayez pas honte). Manque d’inspiration ? Je ne sais guère. N’empêche, j’ai bien du mal à croire que la GameStick représente une menace sérieuse pour la Ouya, la faute à un concept déjà utilisé et qui a bien du mal à convaincre de futurs acheteurs. Le faible prix de vente (79$) risque de ne rien y changer. Et puis bon, nous n’en sommes qu’au stade de la récolte des fonds, et le but est encore loin d’être atteint…Le pétard mouillé de 2013 ?

[youtube uw9YJIIw1e8 640 390]

Laisser un commentaire