Sela The Space Pirate

Déjà responsables de l’excellent Flying Hamster, l’éditeur/développeur Game Atelier revient sur le devant de la scène avec un nouveau titre flibustier et spatial. Sorte d’Albator au féminin, puisant son gameplay dans bien des shoot’em ups sortis à ce jour…

Sela ouate qu’elle préfère !
Imaginez un shoot’emp up de trois ou quatre zones, découpé en une trentaine de petits niveaux pour permettre à ceux-ci d’être joués rapidement dans une salle d’attente ou dans le bus : c’est exactement ce que vous propose Sela The Space Pirate.
Au menu donc, un shoot’em up vertical ou vous contrôlez votre vaisseau du bout du doigt sur l’écran tactile, pendant que les tirs se font automatiques. Vous pouvez les changer : un tir brut et droit en boule de feu, un autre en triangle plus faible, mais avec davantage de portée et enfin, un coup d’éclair brutal qui explose tout sur son passage.
Ces trois tirs seront vos seuls moyens d’attaque tout au long de la trentaine de missions proposés, qui se suivent et avouons-le, se ressemblent. Vous y contrôles donc Sela, folle à liée, complètement frappée et prête à tout pour réduire en cendre le moindre ennemi. Ceux-ci sont plutôt bien imaginés : des fleurs qui explosent des boules d’énergie, d’énormes insectes cracheurs, d’autres cloportes qui viennent semer un peu de brouillard nocif sur leur passage… L’imaginaire des développeurs est très sympathique à découvrir. Dommage que ces ennemis soient peu nombreux au final et donc, pas du tout assez variés pour tenir sur trente niveaux.
Quelquefois, vous avez des boss, qui reviennent eux aussi parfois en terme de recyclage. Je force le trait sur ce gros défaut du jeu car à partir de maintenant, je vais être excessivement gentil tant j’ai pris mon pied sur ce titre. Oui, j’en perds même mon bon français pour craquer un peu sur ma façon d’écrire.
Amusement garanti
1,79 €, c’est le prix de ce jeu au demeurant plus que sympathique malgré la grande répétitivité du tout. Mais c’est aussi ça, la force d’un level-design inventif (les codes changent quelquefois avec des arbres ou des champignons géants vous bloquant le passage) et d’un univers visuel travaillé et franchement complet. On a qu’une seule envie, passés les trente niveaux et les dialogues fous de Sela et son comparse en début et fin de partie : les retrouver dans une autre jeu plus massif, un plateformer peut-être ? En tous les cas, l’univers est plus que réussi.
Alors, cela ne vole pas haut (dommage pour un jeu dans l’espace, je sais) mais c’est très fun. Surtout qu’au fil des parties, on récolte de l’argent qui forcément, servira à upgrader son vaisseau. Il attirera plus facilement les pièces, tirera plus vite, plus fort et possédera davantage de chances de se faire toucher sans exploser. Sela The Space Pirate n’est pas un jeu très difficile d’accès. Il décevra évidemment les habitués du genre, tout en étant apprécié des novices qui le trouveront accessible. En clair, c’est globalement un bon investissement.

0 réflexion au sujet de « Sela The Space Pirate »

  1. Merci beaucoup pour la review! Petite anecdote intéressante qui explique bien des mystères cités dans cet article, j’ai fais ce jeu 100% tout seul… musique, programmation, 3D, 2D, Game design, Gameplay… Lorsque le jeu fut finis, j’ai montré mon travail a Game Atelier qui ont adoré puis m’ont aidés pour publier le jeu.
    Difficile de voler haut dans l’espace dans ces conditions… mais avec l’expérience acquise, j’espère bien me rapprocher un peu plus de l’infini et au-delà!

    Répondre

Laisser un commentaire