Football Manager 2015

J’ai probablement passé plus d’heures sur les derniers Football Manager que toute autre franchise, c’est en tout cas ce que me rappelle Steam et ses impitoyables statistiques qui me rappellent que je suis un indécrottable oisif. Commençons par un rappel de ce qu’est Football manager. Est- il un jeu de sport ? Non. Un jeu de gestion ? Réducteur…

Une interface plus ergonomique

À mon avis, c’est un jeu de stratégie bac à sable, vous incarnez un manager et vous vous fixez un but, tel que remporter des compétitions, rendre un club riche, faire le tour du monde ou sauver un club de la tourmente. Pour accomplir ce but, vous avez la main sur absolument toutes les affaires du club que vous entraînez, du terrain aux transferts, à part les paramètres purement financiers qui sont aux mains des présidents IA. Vous êtes à égalité avec tous les autres managers, et vous êtes soumis aux effets papillon du monde du football : un transfert à l’autre bout du monde peut tout à fait avoir une influence sur votre partie, vous n’êtes pas seul contre tous mais tous contre tous.

À raison d’un rythme de sortie annuel, les nouveautés d’un titre à l’autre ne sont pas toujours évidentes, et les développeurs procèdent plutôt par liftings successifs que des refontes plus risquées. Cette année, sur les traditionnels milliers de changements annoncés (dont 99 % sont tout à fait mineurs), trois sont réellement importants, si l’on fait évidemment abstraction de la mise à jour de la Base de données qui est un motif d’achat à lui tout seul.

Qui es-tu manager ?

Ce qui saute aux yeux tout d’abord. L’interface passe d’une barre principale horizontale à une barre verticale et quand cela a été annoncé, j’ai d’abord été sceptique, mais une fois qu’on l’essaye il faut admettre que tout est plus pratique,. Cela permet d’afficher 15 onglets et leur icône et d’être plus rapide. Un élément fondamental dans un jeu où l’on passe 90 % du temps à surfer entre les onglets. Peut-être que la plus grande prouesse de FM est de nous faire aimer ça, a l’heure où les interfaces sont constamment simplifiées.

La seconde nouveauté est que VOUS avez des stats, avant, en fonction de vos choix et éventuellement vos relations avec vos joueurs, vos consignes et actions ont une portée différente. Donc à chaque nouvelle partie, vous devez choisir si vous êtes plutôt un “manager en survêtement” ou un “manager costard cravate”, les deux ont des avantages, et de toute façon vous pouvez vous améliorer. C’est probablement un moyen d’introduire une dimension RPG et nous rendre (encore plus) accro au jeu, cela introduit surtout plus de difficulté et c’est bon à prendre.

Moteur à explosion

La dernière modification majeure, mais qui est de toute façon annoncée comme telle chaque année, concerne le moteur 3D de rendu des matchs. Est-il meilleur ou non ? Dans le rendu visuel, c’est indéniable, la physique de balle et les nouvelles animations rendent le jeu plus joli sur le terrain. Est-ce plus réaliste ? C’est bien difficile de répondre à cette question, le football est un sport très difficile à reproduire en modèle statistique au vu le nombre de facteurs a prendre en compte.

Ce que l’on peut noter, c’est qu’il y a comme chaque année un gros noyau de râleurs qui se lamentent sur les forums officiels, à tort où a raison. Généralement il faut attendre l’après Noël pour avoir un consensus, puisque les développeurs corrigent la plupart des bugs dans les 3 mois suivant la sortie. Je ne note pas d’aberrations particulières par rapport à d’autres années en tout cas.

Une frappe non cadrée

Il faut dénoncer un problème, cette fois-ci sur la Base de données. Le studio SI games fait appel à des sous traitants bénévoles pour réaliser sa célèbre base de données mais sur tous les pays, un manque à l’appel. La France n’est pas à jour dans ses contrats, les capacités, les jeunes prometteurs … Il faudra se tourner vers les moddeurs qui comblent peu à peu le fossé. On aimerait d’ailleurs qu’ils aient plus de pouvoirs, comme celui de toucher au moteur de match, mais SI n’a pas l’air très client de la proposition.

En conclusion, le crû 2015 est très bon et il n’y a pas de vraies raisons de le bouder, FM reste un jeu où vous pouvez vous impliquer à la mesure de votre intérêt. J’entends par là qu’une pelletée de mécaniques peuvent faire le boulot à votre place, plus ou moins efficacement.

tompalmer

Historien, joueur invétéré de simulation de meurtres de masses qu'on appelle jeux de stratégie pour se donner un genre respectable.

tompalmer

tompalmer

Historien, joueur invétéré de simulation de meurtres de masses qu'on appelle jeux de stratégie pour se donner un genre respectable.

Une pensée sur “Football Manager 2015

  • 26/12/2014 à 15:12
    Permalink

    Merci pour ce petit guide, ca à l’air sympa, je pense je vais le test après mes parties d’Heroes of the Storm

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.