Cornerstone : The Song Of Tyrim

Deux ans et demi après un kickstarter réussi de justesse, Cornerstone : The Song Of Tyrim vient d’arriver en version finale sur Steam. Les ambitions des développeurs étaient énormes à l’époque, faire un croisement entre Zelda The Wind Waker pour l’aspect balade / aventure et Dark Souls pour les combats intenses et techniques. Le résultat est-il à la hauteur ?

20160519211025_1En route pour l’aventure

L’histoire commence sur l’île de Borja. On y incarne Tyrim, un jeune Viking n’ayant jamais eu l’occasion de découvrir le monde. Les premières tâches qui nous sont confiées font office de tutorial et permettent d’apprendre à se battre, crafter et rencontrer tous les habitants du village.

Au fil des missions, on apprend que les hommes ont disparu et, poussé par un élan héroïque, on décide de partir à leur rescousse. Le nouvel objectif est donc de construire un radeau, puis de trouver un armateur capable de construire un véritable navire capable de voguer vers le nord.

Sans trop spoiler, on devra par la suite récupérer des plans, une boîte à outils, diverses choses pour désactiver une barrière magique, tout autant de prétextes pour visiter les huit îles du jeu. Assez diversifiées, elles proposent toutes un ensemble de quêtes et puzzles, qui, sans être incroyables, sont assez plaisants à accomplir. Par contre le libellé « monde ouvert » est un peu mensonger car la plupart des îles ne seront accessibles qu’en possession d’un objet spécifique souvent trouvable sur la précédente.

20160519225738_1Ou pas…

Si graphiquement le titre est assez moyen, c’est surtout le moteur physique qui m’a posé problème. Le personnage passe parfois à travers le décor, reste bloqué dans une animation, etc. Les déplacements sont lents et au final, ce qui devait être une grande aventure se transforme assez rapidement en chemin de croix où la moindre action est poussive.

Tant qu’à parler des déceptions autant le faire à fond, les combats sont tout simplement ratés. Tous (et je dis bien tous) les affrontements peuvent être remportés de la même façon : vous vous placez à 2m de votre cible, vous attendez qu’elle attaque dans le vide puis vous avancez pour la frapper avant qu’elle ne se cache à nouveau derrière son bouclier. Pour être franc, je me suis rarement autant ennuyé dans ce type de jeu.

Le craft devait prendre une place importante dans l’univers du jeu… c’est effectivement le cas et je dirais même plus que c’est même trop le cas ! Au fil de votre aventure, vous collecterez différentes ressources (bois, pierre…) ainsi que des plans pour construire des caisses, des armes, des armures et autres choses intéressantes. Le problème, parce qu’il y en a évidement un, est que tous ces crafts ont une durée de vie trop réduite. Là où la plupart des jeux permettent d’utiliser à l’infini un objet une fois que vous l’avez débloqué (comme les bottes fusée pour aller plus vite ou le parachute pour descendre rapidement d’un point en hauteur), dans Cornerstone vous devrez les recrafter en permanence, cassant totalement le dynamisme du jeu qui n’était déjà pas bien folichon.

20160522111731_1C’est d’autant plus incompréhensible que les ressources sont trouvables sans problème, il n’y a donc pas vraiment de gestion spécifique de celles-ci, juste de la perte de temps. Un exemple parmi tant d’autres, votre personnage est incapable de s’accrocher à un rebord. Si vous souhaitez grimper, vous devrez donc crafter (puis empiler) des caisses jusqu’à atteindre la hauteur souhaitée… amusement garanti ! Ah et si par malheur vous vous éloignez un peu de la zone tout disparaîtra et il ne vous restera plus qu’à recommencer l’opération pour monter à nouveau.

Un gros gâchis

Lors de l’annonce du kickstarter, j’avais hésité à backer. La démo n’était pas géniale mais l’idée me plaisait et je pensais que les développeurs réussiraient à proposer un jeu intéressant. En fait, s’ils n’avaient pas annoncé un mix entre Zelda The Wind Waker et Dark Souls j’aurais probablement sauté le pas. Avoir des influences c’est bien, mais balancer des noms prestigieux un peu au hasard l’est moins.

Cornerstone est au final une grosse déception. Je m’attendais à partir à l’aventure, bravant les flots à la proue de mon navire et je me suis finalement ennuyé ferme, la faute à des déplacements trop lents, pas mal de bugs physiques, des combats inintéressants et un craft bien trop présent sans aucune raison. C’est dommage, car la perspective de visiter huit îles exotiques me tentait bien.

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

2 pensées sur “Cornerstone : The Song Of Tyrim

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.