Disney Afternoon Collection

Disney Afternoon Collection

Joie sur la fibre nostalgique des vieux joueurs que nous sommes est une habitude chez les éditeurs. Capcom renoue, comme à la belle époque du Xbox Live Arcade, avec les créateurs.trices de chez Digital Eclipse pour proposer une compilation de six jeux Disney sortis sur Nintendo Nes. Une bonne idée ?



Leur tactique, c’est l’attaque

Les six jeux choisis sont donc les titres capcom inspirés des cartoons de nos samedi matin dans les années 90. Ainsi, on a le droit aux deux Ducktales (La bande à Picsou), aux deux Chip & Dale (Tic et Tac : les Rangers du Risques), à Darkwing Duck (Mystermask) et TaleSpin (Super Baloo).  Les deux premiers sont clairement les plus connus, Ducktales premier du nom ayant même eu le droit à son remake chez WayForward. Il s’agit pour tous les jeux, sauf TaleSpin, de jeux de plateformes aux inspirations différentes.

Ducktales 1 & 2 proposent de jouer Picsou qui, aidé de sa canne, peut rebondir sur toutes les plateformes et ennemis autre que les pics et les ronces. Le but est de traverser des niveaux semés d’embuches et d’affronter des Boss plutôt simples. L’idée originale de Ducktales c’est qu’il est possible d’enchaîner les niveaux dans l’ordre que l’on veut.

Les deux Chip & Dale sont d’amusants jeux de plateformes jouable à deux, proposant un gameplay basé sur deux bouton : sauter et porter/lancer des objets. Les boss y un peu plus retors, mais c’est surtout l’injustice du level design qui fera rager les plus courageux.

Darkwind Duck est une sorte de Mega-Man allégé, avec les mêmes idées de projectiles, d’armes différentes et de niveaux au scrolling particulier. Plus simple qu’un Mega-Man, il propose lui aussi de choisir l’ordre des niveaux. C’est un très bon jeu, agréable à parcourir même si excessivement répétitif en termes d’idées de level-design.

Enfin, TaleSpin est un shoot’em up. Le problème, c’est qu’il a très mal vieilli. Avec la possibilité de se retourner (tête en bas) pour tirer sur les ennemis situés derrière notre avion, TaleSpin a de bonnes idées mais une exécution assez frustrante à maîtriser. C’est sans aucun doute le moins bon jeu de cette compilation.



Cette compilation craint un mask ?

Pour son prix, c’est correct. On a le droit à un musée d’images assez chiche en informations, faisant le strict minimum. Où sont les spots télévisés d’époque, par exemple, histoire de se plonger à fond dans cette nostalgie ? Un mode « Contre la Montre » est proposé, avec une interface de temps parfaite pour les Speedrunners, ainsi qu’un mode « Boss Rush » très réussi et ce, pour chacun des jeux de cette compil’.

Les autres bonnes idées s’inspirent de l’émulation : la possibilité de sauvegarder/charger à volonté (sur un seul slot, attention aux bourdes) et la présence d’un bouton Rembobiner, permettant de revenir très loin dans la partie jusqu’à permettre au joueur de terminer un jeu d’une traite sans se faire toucher si il le désire, est vraiment appréciable. On redécouvre les jeux avec moins de frustration et d’énervement.

Reste que techniquement, les jeux (surtout Darkwing Duck) parviennent à ramer excessivement sur certaines zones et ce, sans aucune raison. C’est énervant, surtout quand on voit tourner ces graphismes sur une PlayStation 4 (la version testée pour cette critique). Alors oui, à l’époque aussi on avait le droit à ce genre de ralentissements, mais pas sûr que les joueurs d’aujourd’hui apprécieront cette fidélité au titre d’origine.


Une vraie bouffée de nostalgie, d’enfance heureuse devant des dessin animé d’une qualité encore aimé aujourd’hui : voilà ce que vous propose cette compilation des jeux Disney sortis sur Nintendo Nes qui restent encore pour certains des références (Ducktales). Néanmoins, la compilation s’en sort surtout pour son prix toujours correct, même si elle ose ralentir parfois lorsque trop de sprites apparaissent à l’écran. Aussi, elle est très chiche en contenu supplémentaire. Les modes « speedrun » et le rembobinage à volonté sauvent le tout.

Laisser un commentaire