Rapide Critique

The Princess Guide

Développeur : Nippon Ichi Software – Éditeur : NIS America

Date de Sortie : 29/03/2019 – Prix : 39,99 €

Quand on regarde pour la première fois le trailer de The Princess Guide, la nouvelle production de Nippon Ichi Software, on ne peut que se facepalmer dès que l’on voit les gros plans sur les entre-jambes ou les décolletés des demoiselles. Et puis arrive un élément quelque peu perturbateur : l’une des quatre princesses se bat avec un gatling-gun, qui est un peu la représentation de la grosse épée (qui est-elle même la représentation de l’organe de reproduction masculin) des armes à distance. Là on se dit que le jeu va peut-être aller à contrecourant de ce petit côté pervers qu’il mettait pour l’instant en avant.

On le lance et d’un coup on est surpris de se voir demandé de créer un·e soldat, personnage que l’on va incarner, en plus des quatre princesses. En fait, notre soldat prendra sa retraite après un tuto bien mérité et viendra former et entraîner les quatre héritières. Il nous faudra d’abord choisir l’une des quatre princesses, même si nous seront amenés à jouer le premier chapitre de chacune d’entre elle. Pour chaque chapitre, nous démarrons sur une map du royaume, ou plusieurs villages sont reliés les uns aux autres par des routes. Il suffit de déployer sa princesse ou son soldat puis le ou la faire rejoindre la case où se trouve une mission pour réaliser une quête.

A chaque combat, un mini donjon s’ouvre où il faudra savater du monstre dans un format hack and slash très japonais (comprendre par-là, un Diablo très simplifié) où notre princesse pourra attaquer, faire attaquer les trois troupes qui l’accompagne (et qu’il sera possible de diversifier et recruter au fil de l’aventure) et évidemment déclencher des supers attaques. La plupart des missions et des donjons se ressemblent (il faudra principalement tuer tous les ennemis présents sur la map, parfois en les empêchant d’atteindre un endroit ou de tuer quelqu’un que vous devez escorter). Petit point sympathique, les donjons seront truffés de pièges que vous pouvez capturer afin de les utiliser à votre avantage. Hélas, le rayon d’activation des pièges est tellement grand que vous les activerez (une fois que vous les aurez capturés) sans le vouloir étant donné que le bouton d’activation est le même que celui qui permet de lancer une attaque avec vos troupes.

Une fois que vous aurez fait le premier chapitre de chacune des princesses, vous devrez choisir la princesse que vous guiderez pour le reste du jeu. A ce moment-là, malgré une écriture qui tourne hélas autour de la ceinture, le jeu deviendra sympathique.

Et sans y attendre, pouf, vous avez les crédits de fin au bout de seulement trois missions, après vous êtes farci la phase de tuto de chaque princesse (ce qui représente la moitié du jeu). On est dégouté et on éteint la console, parce que mine de rien, difficile d’avoir la foi de faire un new game + avec une autre princesse, tellement la recherche d’optimisation de loot et de synergie de votre personnage (l’habituelle grosse carotte des Hack & Slash) est minime.

Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.
Partager sur facebook
Partager sur twitter

D'autres Critiques

Laisser un commentaire