Rapide Critique

Shakedown: Hawaii

Développeur : Vblank Entertainment, Inc. 

Date de Sortie : 07 Mai 2019 – Prix : 19,99 €

Shakedown: Hawaii est une suite à Retro City Rampage, un petit jeu indépendant qui avait fait sensation à l’époque pour son mélange de parodie et d’hommage à la série des Grand Theft Auto, cette dernière étant déjà une parodie en soi de la société américaine sous couvert d’un ton hautement sarcastique. Finalement, son humour était apparu manquant de piquant et d’originalité dans un gameplay parfois répétitif et sans beaucoup de profondeur, une fois que l’on était passé outre le sentiment nostalgique qu’il savait provoquer.

Il s’agissait d’un jeu manquant de substance que ce Shakedown est censé corrigé. Shakedown: Hawaii est aux 16-bits ce que RCR fut aux 8-bits. Ses graphismes sont dignes d’une Super Nintendo sur-vitaminée, son pixel art est particulièrement compétent et coloré, ses animations sont fluides et amusantes, avec un paquet d’éléments destructibles pour notre plus grand bonheur. Shakedown verse clairement dans le style d’un GTA en n’ayant aucune honte à se complaire dans une violence cartoon.

On y retrouve le même personnage que dans RCR mais bien plus âgé et complètement largué face aux modernités de cette nouvelle époque dans laquelle Shakedown: Hawaii prend place. Ses anciens commerces de fond ne font plus recette et le voilà contraint de chercher à la force de ses poings de nouvelles sources d’argent frais dans des business plus tendances et surtout plus lucratifs. Shakedown aime se moquer gentiment de son protagoniste principal en le décrivant comme un vieux gars hors du temps. Il sera également possible d’incarner son fiston pourri gâté qui deviendra aussi un délinquant et à quelques occasions un mercenaire dans des missions à l’étranger.

L’humour dans Shakedown n’est pas toujours meilleur que dans Retro City Rampage. Les blagues ne sont guère subtiles, et à part une attitude exagérée, notre protagoniste n’a pas une personnalité marquante. Dans les grandes lignes, il s’agit d’un jeu mélangeant de l’action arcade avec du tir en vue du dessus, pas mal de conduite en excès de vitesse et globalement il faudra tirer sur tout ce qui bouge, en causant d’importants dommages collatéraux.

Ce n’est pas vraiment un jeu très subtil et à cause de cela, le gameplay en devient répétitif en finissant par s’essouffler assez vite faute de renouvellement dans le design des missions proposées. À terme, elles finissent par toutes se ressembler. Le jeu est pourtant beau, notamment sur l’écran de la Switch, version testée ici ou même sur la télévision. Et quelque part, il est amusant avec son action tonitruante faite de destructions dans un jeu au rythme soutenu ne prenant quasiment aucune pause pour vous laisser reprendre votre souffle.

Il n’offre pas vraiment de ballade champêtre tandis qu’il vous rappellera sans cesse toutes les activités qui n’attendent que vous pour être complétées dans la plus pure des traditions des jeux en monde ouvert. Shakedown: Hawaii fait de son mieux pour nous tenir occupé en espérant qu’on ne remarque sans doute pas ses imperfections de game design. Il n’est pas un mauvais jeu, loin de là, mais il n’est pas non plus extraordinaire. Il sera très certainement capable de vous faire passer le temps de quelques parties de destruction massive dans un pixel art très réussi, en oubliant pas qu’il pourrait très bien vous lasser tout aussi vite, surtout après une énième cinématique peu inspirée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Vasquaal

Vasquaal

D'autres Critiques

Laisser un commentaire