Rapide Critique

Tales of the Neon Sea

Développeur : Palm Pioneer 

Éditeur : Zodiac Interactive

Date de Sortie : 30 Avril 2019 – Prix : 13,99 €

Il y a quelque chose de singulier dans Tales of the Neon Sea qui vous attire instantanément. Son charmant pixel art rehaussé par des tons de couleurs riches, plus de nombreuses sources lumineuses nous rappelant effectivement la mer de néons lui ayant donné son titre et ce qui pourrait compter parmi les meilleures animations du genre, font de ce jeu un prétendant à la perfection visuelle. La musique est aussi d’un bon calibre mais ne comptez sur aucun doublage des dialogues, bien que ce dernier détail n’eut aucune incidence sur sa qualité finale.

J’ai eu à faire cependant à quelques rares anomalies comme des textes sans traduction appropriée (le jeu est disponible en français), en apparaissant dans leur langue chinoise d’origine puisque le studio derrière ce titre nous vient de là-bas. Nous ne sommes guère habitués à voir un jeu de ce genre venir de Chine sans que cela soit un mmo ou un jeu de tir en ligne, montrant que ce pays à d’autres cordes à son arc du côté de sa scène plus indépendante. Et c’est une bonne chose. Tales of the Neon Sea est notamment un jeu d’aventure particulièrement porté sur les puzzles de type casse-tête.

Bien que nous venant d’Asie, Tales of the Neon Sea est aussi un mélange d’influences. Il plonge tête baissée dans les clichés du cyberpunk et du néo noir avec son personnage principal, ancien flic devenu détective privé ayant du mal à joindre les deux bouts. La seule différence majeure dans son cas étant la présence de son chat, qui deviendra jouable selon les nécessités du scénario, nous amenant même à rencontrer une pseudo-mafia de félins. Son histoire démarre sur une prémisse inquiétant où notre protagoniste est aux mains avec une personne non identifiable revêtant un costume imitant la grande faucheuse, avant de se retrouver quelques jours plutôt après cet événement de triste augure.

On retrouve alors notre détective essayant avec difficulté et sans moyens de réparer son robot de maison. Dans ce monde, les robots sont une présence commune de tous les instants, ces derniers luttant même pour être reconnu les mêmes droits que les humains. Il s’agit là pour autant d’un point qui ne sera que rarement abordé en profondeur si ce n’est quelques allusions disséminées au cours de cette aventure. L’intrigue principale poursuit pour sa part une série de meurtres en apparence sans rien pour les relier alors que peu à peu un fil conducteur va se dessiner. Cependant, le scénario reste mince en ne restant qu’en surface des choses sans jamais trop aller en profondeur. Les dialogues représentent par eux-mêmes ce sentiment de superficialité de l’intrigue.

Or les dialogues sont une composantes importantes d’un jeu d’aventure, non seulement pour aider à en construire l’histoire, mais aussi et surtout pour donner plus de poids à son monde, mais également construire sa personnalité. Tales of the Neon Sea est resté un peu trop neutre dans le portrait de ses personnages principaux comme secondaires. Il ne s’agit pour autant pas d’un mauvais jeu en soi, bien qu’il puisse sembler parfois un peu trop aseptisé à mon goût, loin de ce que ses charmants graphismes auraient pu me laisser penser.

On retrouve aussi bon nombre de puzzles à résoudre, jeu d’aventure oblige, et les amoureux du genre devraient apprécier ces apéritifs de l’esprit. Une bonne partie d’entre eux reste cependant loin d’être intégrés de manière réaliste dans la logique de ce monde et ressemblent pour la plupart à des casse-têtes chinois de circonstance, dépendant de fait uniquement de notre logique et capacité à résoudre des problèmes, raison pour laquelle ces puzzles peuvent paraître parfois déconnectés de la réalité de leur monde, ce qui ne plaira pas forcément à tous.

Ces puzzles se sont pourtant souvent révélés ardus et stimulants, bien que certains d’entre eux se sont avérés difficile à comprendre dans leur fonctionnement. Tales of the Neon Sea peut s’avérer pingre par moment en terme d’accompagnement du joueur, nous laissant seul comprendre comment certains si ce n’est la majorité de ses puzzles fonctionnent, encore en trouver la solution. Il sera aussi possible pour certains joueurs de rejeter l’habituel inventaire chargé d’objets en tout genre dans la plus pure des traditions de jeu d’aventure. Personnellement, cela ne m’a jamais dérangé, donc à chacun de se faire sa propre idée sur ce choix de game design aux saveurs d’un autre temps.

Quelques puzzles se sont aussi révélés, il faut l’avouer, frustrants et limite incompréhensibles, tant leur conception m’est apparu absconse. Il s’agit de quelque chose que j’espère que ses développeurs fixeront dans une suite, la fin de Tales of the Neon Sea se terminant sur un cliffhanger sans véritablement répondre à la moindre question qu’on aurait pu se poser sur l’intrigue. Une suite est d’ailleurs prévue mais on ne sait trop comment, ni quand. Il faudra alors en profiter pour apporter plus de piment, de personnalité à des dialogues qui en auraient bien besoin, et ce afin de perfectionner le fond de façon à ce qu’il soit l’égal de sa superbe forme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Vasquaal

Vasquaal

D'autres Critiques

Laisser un commentaire