Rapide Critique

My Friend Pedro

Développeur : DeadToast Entertainment 

Éditeur : Devolver Digital

Date de Sortie : 20 Juin 2019 – Prix : 16,79 €

My Friend Pedro est typique du catalogue Devolver ; un jeu d’arcade qui ne s’effarouche pas d’être un peu dingue. Son histoire ne se prend pas non plus très au sérieux, celle d’un mec masqué dont le meilleur ami est une banane flottante et bavarde qui le poussera à tuer plein de gens. Le reste de l’intrigue est un brin floue et fait peu sens ou n’intéressera pas suffisamment pour marquer les esprits. Pour être plus précis, c’est aussi confus qu’un lendemain de cuite.

Sa partie la plus importante reste donc son gameplay et de côté-là, ça tient plutôt la route. My Friend Pedro est certes imparfait mais sait être jouissif par la même occasion. C’est en quelque sorte comme si Matrix s’était acoquiné avec Max Payne en mettant des bananes au milieu. Notre anti-héros silencieux peut alors tracer sa route à coup de ralentis (slow-motion) dans des niveaux infestés d’ennemis tout en pouvant éviter les balles d’un mouvement tourbillonnaire digne d’un danseur de ballet.

Les plateformes ne sont pas là pour faire joli non plus et maîtriser l’art du parkour se révèlera essentiel. Elles sont une part intégrante du gameplay autant que de tirer à tout va. On parle ici d’un mélange de plateformes et d’action unis par la volonté de faire les choses avec style. Comme il est également un jeu à scores en vous donnant une note sur votre prestation à chaque fin de niveau à la Devil May Cry, flinguer avec classe dans un style très cinématographique est ce qui vous rapportera le plus de points.

Ce système de points est aussi ce qui participe à sa rejouabilité. Si vous n’êtes pas du genre à vouloir refaire ce qui a déjà été fait dans le seul but de vous perfectionner, alors sa durée de vie se situera dans les quatre à cinq heures selon la difficulté choisie et votre talent de cascadeur. Tout repose sur l’utilisation de l’environnement et des armes à disposition pour se la jouer ”gun-fu”, par exemple faire voltiger une poêle à frire et tirer de dessus pour mieux tuer vos ennemis par l’effet ricochet.

Il s’agit d’un jeu très dynamique dans lequel vous aurez à enchaîner les saltos arrières contre des murs pour atteindre de plus hautes latitudes, filer dans les airs à l’aide d’une tyrolienne ou sauter à travers une vitre tel un héros de film d’action. Mais tout ne sera pas que flagornerie sachant que viser avec précision se révèlera tout aussi important. Immobile, votre visée sera précise mais vous exposera aux dangers dans un jeu où la mobilité est clé. Bouger tel un acrobate de cirque deviendra vite primordial pour éviter les balles ennemies tout en rendant votre visée incertaine, presque imprévisible.

Il est de même quand on utilise la capacité d’esquive qui certes vous rendra quasiment invincible mais vous fera tirer un peu de travers. À cause de cela, le jeu se trouve parfois un brin bordélique rendant son action certes intense mais aussi peut-être frustrante par moment à cause de cette perte de contrôle sur notre visée qui semble entièrement voulue. On n’y a pourtant une plus grande fenêtre d’opportunités, Pedro étant plus laxiste par exemple qu’un Katana Zero qui demandait plus de rigueur dans le maniement du pad. Notre banane est en effet plus permissive si on accepte son côté brouillon allant de pair avec son délire plus général.

De plus, il dispose de cette très généreuse fonction de ralenti se régénérant très rapidement au point de nous faire sentir comme un Keanu Reeves sous stéroïdes. De nouvelles armes et de nouvelles variations dans le gameplay et les plateformes ajoutées au fur et à mesure de notre progression font qu’en plus My Friend Pedro reste assez frais sans trop sentir la répétition à outrance ; sans compter ses quelques niveaux un peu à part comme une course à moto ou une précipitation dans le vide du haut d’un gratte-ciel tout en dézinguant du méchant. Un de ses niveaux aux tendances surréalistes s’est cependant révélé un peu trop lourd dans sa conception et le ventre mou au milieu d’un jeu pourtant plein de vigueur.

Malgré une allure un peu foutraque dans son action, My Friend Pedro reste un défouloir sinon original, au moins divertissant. Il est imparfait mais ne vous retiendra que quelques heures, donc pas suffisamment pour en sentir une quelconque fatigue. Il ne chamboulera pas grand chose et restera donc une curiosité à l’humour plus ou moins réussi que l’on pourra apprécier pour son action virevoltante.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Vasquaal

Vasquaal

D'autres Critiques

ICEY

Laisser un commentaire