Caliber

Preview Jouable : Oui – Vu chez : Wargaming.net – Date de Sortie : Non communiquée

Wargaming avait beaucoup à annoncer durant cette gamescom. Un mode battleroyal dans Worlds of Tanks, l’apparition des sous-marins dans Worlds of Warships, et la sortie en fin de mois d’aout de leur nouveau hack’n’slash, Pagan Online, premier jeu payant de la firme. Mais ces points auront été brefs et c’est sur leur nouvelle licence, Caliber, du studio 1C Game Studios, que l’entretien s’est déroulé.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

La guerre, toujours la guerre

Jeu à la troisième personne, Caliber nous proposera d’incarner l’un des quatre membres d’une équipe de force spécial qui devra réussir de courtes missions. Si certaines seront coopératives contre des adversaires non humains, on peut déjà deviner que le jeu se destine principalement à l’affrontement de deux équipes de quatre joueurs. Et même si mes interlocuteurs semblaient vouloir marquer une différence, Caliber suis une certaine expérience acquise par la série des Worlds of.

Chaque équipe sera constituée de quatre rôles : l’assaut pour l’attaque directe, le médecin qui pourra soigner et réanimer ses compagnons, le support qui aura une puissance de feu conséquente pour couvrir ses alliés, et le tireur pour les tirs à longue portée. Aucun ne pourra être dédoublé, ils devront donc tous être présents lors des missions. Ce qui porte déjà une interrogation sur la longueur de recherche des parties. On ignore encore comment sera réglée l’attractivité des différents rôles pour garantir l’entrée rapide en partie. D’expérience, les joueurs ont une tendance vers les classes causant des dégâts et boudent pour beaucoup celles qui sont plus en retrait, et pourtant tout aussi utiles pour la victoire. Une première piste est de croire les développeurs qui m’ont assuré que la coopération sera primordiale, menant au succès, et qu’il y aura peu d’éléments pour mettre en valeur les « réussites » individuelles telles que les mises à mort d’ennemis.

Mais la ressemblance avec la série à succès se fait plus frappante avec la présence des forces spéciales nationales. Le GROM de Pologne, le FSB de Russie, le KSK d’Allemagne et les SEAL des États-Unis, seront les premières lors du lancement, les autres s’intègreront au fil des mises à jours. La progression d’une classe sera donc limitée au pays auxquelles elle appartient. Vous pourrez bien avoir votre médecin du FSB à haut niveau, celui des SEAL restera au niveau minimum tant que vous ne jouerez pas avec. On peut alors facilement imaginer que les niveaux permettront de débloquer de nouveaux équipements et de nouvelles compétences. Enfin, rassurons-nous, il est bien évident que votre équipe ne devra pas être composée exclusivement des membres du KSK, si tel est votre choix, mais pourra réunir des classes issues de différentes nationalités.

Coté jouabilité, Caliber demandera au joueur d’avancer lentement et toujours en groupe. La coopération est l’élément principal. Foncer droit devant, sans réfléchir et pensant pouvoir réussir seul la mission risque de ne pas aboutir au résultat escompté. Il faudra se mettre à couvert derrière tous les obstacles de la carte et demander de l’aide aux alliés via des commandes simples (Apex est passé par là). La couverture n’est cependant pas garantie puisque la majorité des éléments sont destructibles et n’assureront, logiquement, qu’une grande probabilité de blessure ou de décès. Une astuce pour forcer le joueur a toujours être en mouvement et à établir des stratégies en un temps réduit. Le réalisme est poussé jusque dans les rechargements des armes, qui comprends les chargeurs et non les balles. Les chargeurs ne seront pas perdus, mais ne seront pas au maximum de leurs capacités lorsque vous devrez les réutiliser.

J’ai beaucoup envie d’aimer Caliber. Le titre s’axe sur une approche coopérative, loin de la course au kill et se veut plus « réaliste » que d’autres sur le marché. J’ai en revanche beaucoup plus de doute sur Internet et ses joueurs. Proposé en free-to-play, le jeu pourrait attirer une population totalement différente de celle initialement espérée. Devrons-nous attendre des dizaines de minutes avant de pouvoir jouer ? Un rôle nous sera-t-il imposé de force, pour jouer plus rapidement ? Les joueurs comprendront-ils l’aspect coopératif ? Le tchat écrit, ou vocal, sera-t-il modéré loin de la toxicité habituelle ? Tant de questions qui restent encore sans réponses. On pourrait espérer que l’expérience de Wargaming suffise pour appliquer et faire durer les belles idées que proposent Caliber. Mais vient alors une dernière interrogation : quel sera le modèle économique proposé ?

Gawam

Gawam

Rédacteur occasionnel perdu dans ses jeux de stratégie interminables, ses découvertes de jeux de gestion, ou la longue liste de RPG qu’il doit encore terminer (et parfois simplement commencer).

D'autres Previews

Laisser un commentaire