Rapide Critique

Rebel Cops

Développeur : Weappy Studio– Éditeur : THQ

Date de Sortie : 17 Septembre 2019 – Prix : 9,99 €

Spin off tactique de This is The Police, des mêmes développeurs, Rebel cops nous permet de diriger une équipe d’agents ayant refusé de se soumettre à un baron du crime ayant fait main basse sur leur petite ville. Et tel James Stewart face à Henri Fonda dans Firecreek, à un moment donné faut faire parler la poudre.

Nous voilà donc à la tête d’un petit groupe d’une dizaine de bonhommes, prêts à accomplir des missions de guérilla urbaine afin de débarrasser les points stratégiques de la ville des malandrins qui l’asphyxient, ou à aller défendre un studio photo braqué, ou encore investir la propriété d’un gros rancher pas très net. Les objectifs des missions sont plutôt bien amenés et intéressants, et graphiquement le parti pris low poly, ambiance Midwest automne et pluie est déprimant à souhait. Malheureusement quelques gros défauts viennent entacher ce cahier des charges plutôt sympathique au premier abord.

Premier point qui fâche : la limitation de sauvegardes. Alors oui, ça permet de rallonger la sauce et d’éviter que les joueurs ne fassent du die and retry et calculent au mieux les risques entrepris avant chaque action. Et honnêtement, c’est louable, sauf que le jeu est extrêmement difficile. La moindre balle paralyse les agents et les tue très vite, et chaque fusillade est potentiellement un game over annoncé. De plus les ennemis semblent avoir des ressources illimitées alors que nos gentils policiers rebelles n’ont que des pétoires rouillées et trois bastos chacun. Ce qui oblige à se la jouer discret. Et là vient le deuxième point.

Il est impossible d’annuler une action, le moindre misclick et c’est fini ! Pas de checkpoints durant les missions, pas de renforts et impossible de récupérer des ressources durant les niveaux (à part quelques trousses de soin éparses), impossible de fouiller les ennemis capturés ou abattus. Si arrivé au bout il te manque l’objet qui t’aurais sauvé comme une matraque ou une balle supplémentaire dans ton fusil, tu es bon pour te retaper toute la mission en entier.

Et troisième point, concomitant aux deux autres, les missions sont trop, bien trop longues. Rien que la deuxième vraie mission prend facilement deux heures à être accomplie, sans compter les recharges en cas de mort prématurée sur coup de bol, IA qui triche, ou bug bloquant (ah ben oui, un malheur n’arrive jamais seul).

Reste à jouer en mode “facile” où cette fois les sauvegardes sont illimitées, et franchement, c’est pas la peine d’essayer les modes de difficulté au dessus à moins d’aimer les coups de cravache sur les fesses.

Après, si vous avez fait les deux premiers TITP, ça peut vous intéresser, mais vraiment si vous êtes fan de tactique hardcore et incohérente.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire