Rapide Critique

Lie In My Heart

Développeur : Expressive Gamestudio – Éditeur : Cogaming Rising

Date de Sortie : 04 Octobre 2019 – Prix : 5,99 €

Le jeu vidéo est un moyen incroyable et nouveau de communiquer des émotions, des sentiments. On l’a déjà vu avec That Dragon, Cancer dans le plus pur esprit narratif, on le voit avec Celeste qui cache un beau discours derrière un jeu de plateforme inclusif. Les exemples pleuvent et le medium “jeu vidéo” ne cesse de nous étonner sur ce point. Que ce soit dans la création ou l’analyse, le simple échange d’expériences permet de discuter de ses propres pensées, d’exorciser ses démons, de conforter ou modeler ses idées. Lie in My Heart s’inscrit dans cette droite lignée, tout en titubant de maladresse sur le chemin du discours.

Dur de raconter ce qu’est Lie In My Heart sans plonger dans la vie intime de son créateur. Sébastien Genvo, chercheur spécialiste des enjeux artistiques et culturels des jeux vidéo, utilise son expérience personnelle et nous raconte un moment très intime, très dur, très violent de sa vie et de celle du jeune Théo. Mais surtout, il va nous raconter le drame d’une jeune femme, Marie, qui se donne la mort aux premières minutes de ce “jeu”. Ce cri, au bout de quelques minutes de récit, vous glacera le sang et vous mettra mal à l’aise. Mais vous vous sentirez obligé de terminer cette aventure d’une heure ou deux. La prise d’otage émotionnelle est réussie, maintenant, que vaut le contenu ?

Point & click évidemment assez bavard, Lie In My Heart vous proposera plusieurs choix de dialogues et plusieurs fins. Est-ce que vous ferez les mêmes choix que le créateur du jeu, celui qui a vraiment vécu cette situation ? C’est là qu’est le génie et en même temps, la gène exceptionnelle que pose Lie In my Heart : impossible, du coup, de ne pas juger de façon peu objective les réactions proposées et les choix de l’auteur (qui peuvent être décelés, comme expliqué à la fin d’une partie).

On en vient à jouer à Lie In My Heart autant pour en savoir davantage sur l’histoire que pour assouvir notre soif de voyeurisme, comme si un fait divers nous était entièrement conté du début à la fin. Extrêmement gênant, diaboliquement pensé pour nous faire réfléchir à ce que nous ferions à la place du personnage principal, Lie In My Heart est une œuvre violente et sans filtre d’un auteur qui jette en pâture toute vie privée, tout ressenti personnel, toute décision réfléchie ou non, dans le seul but de faire réagir le joueur et de le voir passer d’un simple constat et jugement à une vraie réflexion personnelle. Le célèbre : “Qu’aurions-nous fait si nous étions dans cette situation ?”.

Impossible “d’aimer” jouer à Lie In My Heart. Impossible de décrocher de la première partie pour autant. Porté par un filtre graphique grossier et gâchant bien trop souvent les traits de visages des personnages, emmené par une musique simple et bien à sa place, l’expérience est unique. Fallait-il la proposer ? Fallait-il la vivre ? Le seul point qui mettra tout le monde d’accord concerne Marie, la jeune femme du récit, dont la flamme est ravivée via ce titre qui existe, qui met un nom sur ces drames de faits divers qui ne sont “divers” que pour les gens non-concernés. C’est quoi un “fait divers” quand le joueur est impliqué au cœur de l’histoire et qu’on lui propose un angle de vue unique mais précis ? À défaut d’être un bon jeu, Lie In My Heart est porteur d’idées de narration intéressantes. 

Reste à vous prévenir : le propos est dur, les réactions et l’écriture globale du jeu risque de vous blesser, de vous choquer, de vous heurter. Si vous n’êtes pas très en forme ces temps-ci, évitez de vous lancer dans cette expérience. Prenez soin de vous… et de vos proches.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

PODE

Laisser un commentaire