Rapide Critique

Rain of Reflections
Chapter One : Set Free

Développeur : Lionbite – Éditeur : Lionbite

Date de Sortie : 04 Octobre 2019 – Prix : 18,99 €

Mixer les genres, ça, peut donner des trucs horribles ou intéressants. Les suédois de Lionbite se sont dit : “Hey, si on mélangeait du point and click avec un tactical en tour par tour ?”

Bonne idée ?

Dans un futur humide, l’humanité est infertile mais sait toujours designer des armures de soldats fascistes à néons super cools. Nous contrôlons Wilona, une scientifique qui travaille dans un laboratoire super secret où ils font des expériences secrètes avec des résultats secrets, sur des enfants, et elle a décidé d’aller libérer le dernier enfant né naturellement, car les expériences qui sont faites dessus sont au delà de ce qui peut être considéré comme éthique.

Ce faisant, elle sera aidée par un groupe de résistants (les infrarouges) dont les intentions et les moyens sont mystérieux et aussi il y a sa mère qui veut qu’elle quitte la ville et… et… Il y a un peu trop de bouteilles à la mer jetées dans ce jeu…

Parlons système maintenant. Le jeu est divisé en deux grandes phases principales, une phase point and click où Wilona peut se déplacer dans des décors plutôt jolis et papoter avec des gens pour obtenir des bonus ou des informations et une phase de “combat” en tour par tour. L’ingéniosité du système c’est qu’il ne fonctionne pas avec des points de vie, mais des points de motivation, et même si on peut tirer sur les ennemis, on ne pourra les abattre que si leur motivation est au plus bas. Les tirs servent alors surtout à détruire les couvertures et faire sortir les ennemis de leurs cachettes. Il est aussi possible de ne tuer personne et de passer les cartes sans se faire repérer car les personnages doivent surtout avancer et s’infiltrer, et pas tenir des endroits stratégiques. Chaque personnage a deux points d’actions qu’il peut utiliser pour se déplacer ou agir, sachant qu’on peut parler pour motiver ses alliés ou démotiver les ennemis. Certaines actions nécessitent aussi de hacker des ordinateurs dans une sorte de mini jeu un peu nunul, sachant qu’on peut le faire durant les phases de combat ou de point and click, pour pirater une porte ou des générateurs.

Le système est très alléchant, mais attention, voilà le gros point noir de ce “chapitre 1” , il ne s’agit que d’une introduction. Pour ainsi dire, on n’a que très peu l’occasion de s’essayer aux différents systèmes du jeu car en trois heures, on voit la fin arriver alors qu’on n’a qu’effleuré la surface du jeu. Une frustration terrible s’empare alors du joueur qui n’aura pour ainsi dire visité que trois endroits distinct et participé à quatre combats et autant de phases d’enquête/dialogue.

De plus le premier épisode est vendu au prix assez délirant de 20 € et les développeurs n’ont aucune ligne claire sur la tarification globale de leur jeu, ou s’ils vont proposer les autres épisodes à la suite. Cependant, il est à noter que bien qu’il soit court, le premier épisode permet une certaine rejouabilité car chaque choix (et certains sont cachés, comme ne pas répondre au téléphone par exemple) a des conséquences. Mais comme on n’a aucune possibilité de sauvegarder et de revenir en arrière sur ses choix ni savoir lesquels sont importants c’est un peu dommage. Et puis on ne sait pas non plus si les choix et les conséquences du premier acte seront répercutés dans les suivants.

En gros, attendez que les trois épisodes soient sortis avec un tarif clair pour craquer, en tout cas, c’est prometteur mais bien trop court pour satisfaire qui que ce soit en l’état.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire