Rapide Critique

L'Âge de Glace :
La folle aventure de Scrat

Développeur : Outright Games Ltd – Éditeur : Just Add Water
Date de Sortie : 18 Octobre 2019 – Prix : 39,99 €

J’adore les jeux à licence. J’adore les jeux de plateforme en 3D ou il est nécessaire de récolter tout un tas de choses différentes pour débloquer des artworks inutiles et des costumes ridicules. Évidemment, cela fait longtemps que je n’ai pas eu de quoi m’amuser tant les jeux basés sur une œuvre cinéma ou vue à la télévision sont désormais une denrée rare. La faute à des années d’exploitation misérable et de mauvais jeux trop rapidement réalisés.

En voyage cet Âge de Glace, dont je ne suis pourtant pas très friand au cinéma, j’étais vraiment motivé à la découverte. Les premières animations sont jolies, Scrat bouge très bien et ses petits cris sont fidèles, les images annoncent un jeu dynamique et très clair. Allez, j’y crois, ça va être une bonne expérience, non ?

Non. Difficile de dire que je me suis ennuyé pendant les deux premières heures de jeu, j’ai effectivement eu le droit à tout ce que je désirais dans un jeu de plateforme à licence, mais cet Âge de Glace reprend absolument toutes les mauvaises idées et la précipitation de l’époque en se donnant même le luxe d’ajouter de très mauvaises choses.

La folle aventure de Scrat c’est celle que notre écureuil volant va découvrir à travers un monde libre découpé en plusieurs zones. Cette demi-dizaine de zones seront-elles-mêmes découpées en une demi-dizaine de niveaux différents qui ont tous des secrets bien cachés. Et quelques boss, ridicules, au système d’affrontement toujours vu ailleurs et aux scripts bien trop visibles.

Visuellement potable, parfois très joli, souvent mal découpé avec des textures s’arrêtant net sur une autre et des cassures visibles entre les blocs de construction des niveaux qui sont pourtant censés nous être invisibles, le jeu propose aussi et surtout de collecter tout un tas de rubis qui permettent de débloquer (oh surprise !) des artworks mais aussi d’augmenter sa jauge de vie. Seul problème : au bout de quelques minutes de jeu, si on est comme moi un collecteur dans l’âme, on se retrouve avec la vie à fond, toutes les images bonus débloquées et tous les rubis du jeu se transforment en une monnaie qui ne sert strictement plus à rien. C’est ridicule et surtout, cela prouve que le jeu a été bien trop vite développé. Ajoutez à cela des affrontements aux animations et collisions infâmes. Cibler des ennemis et leur lancer des noisettes ? On oublie toujours de s’en servir. Reste alors l’exploration globale.

La folle aventure de Scrat propose un level-design très ample et sans carte, il est difficile de s’y retrouver. Néanmoins, cela a son charme et certaines scènes sont visibles uniquement en fouillant. Un troupeau de mammouth par ici, d’autres créatures préhistoriques par là-bas, il y a une vie dans ce monde pourtant très vide si on le poursuit en ligne droite sans prendre le temps de regarder autour de soi. Et c’est dommage que ces moments de vie soient si peu mis en avant ! Par exemple : en demandant au joueur de collecter ces “points de vue” quitte à lui donner un bonus en échange ? Ce ne sont pas les idées du genre qui manque dans le jeu vidéo de nos jours et pour une fois, on aurait aimé que ce titre là suive la tendance actuelle.

Conclusion ? Ce jeu l’Âge de Glace est comme un mauvais plateforme à licence des années 2000 : il n’est pas moche et propose son lot de choses amusantes pour les très jeunes, mais on s’en lasse très vite et surtout, sous prétexte de cibler un public d’enfants, il précipite son développement et ne termine ni son système d’affrontement, ni ses idées d’exploration et surtout pas ses hitboxes et ses animations aux nombreux bugs. Voir que chaque plateforme de début de jeu est à quelques millimètres de l’ampleur de saut qu’il est possible d’effectuer, histoire de rendre trois sauts sur quatre complètement bugués et ratés, c’est se dire qu’il n’y a vraiment pas eu de parties de tests avant la commercialisation. Quel dommage, je voulais tant l’aimer…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire