Critique

Yooka-Laylee and the Impossible Lair

Développeur : Playtonic – Éditeur : Team17 – Date de Sortie : 08 octobre 2019 – Prix : 30 €

Sorti quelques temps après sa découverte à la Gamescom 2019, Yooka-Laylee and the impossible lair est arrivé dans une période chargée en sorties de jeux indépendants. On a pris le temps de le décortiquer et de vérifier si ce repaire impossible l’était vraiment. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter

L'abeille coule (parce que ouais je recycle mes contrepeteries de previews)

Après un premier jeu très très très inspiré de Banjo-Kazooie, le lézard et la chauve-souris reviennent dans un second titre au style un peu différent. Le plateformer 3D, et ses nombreux problèmes de caméra, laisse place à un plateformer en 2D à l’ancienne. Vue de côté, progression de gauche à droite parsemée de trous mortels, d’ennemis sur lesquels sauter et d’objets à ramasser pour les balancer à la tronche des adversaires. La formule est classique, mais du classique qui fonctionne et surtout qu’on n’a plus trop l’habitude de voir à une époque où les metroïdvanias ont le vent en poupe. 

La progression entre chaque niveau se fait via une map en vue du dessus faisant office de HUB mais aussi de monde à part entière. Celui-ci regorge en effet de petites énigmes et d’objets cachés permettant de débloquer des tonics (mais j’y reviendrai tout à l’heure). Chaque niveau se termine par la libération d’une abeille, pour un total d’une cinquantaine à récolter (entre les niveaux et le monde général). Chacune de ces abeille sera un élément de protection supplémentaire, faisant office de point de vie, lors de la traversée de l’impossible repaire. Les complétistes auront tendance à vouloir s’équiper au maximum avant d’attaquer ce niveau final, tandis que les speedrunners et autres non-humains tenteront d’affronter celui-ci armé de leur bi… euh… de leur bière et d’un couteau. L’impossible repaire est en effet accessible dès le début du jeu, permettant à chaque joueur de se préparer pour un affrontement à sa hauteur, du moins en théorie. Si la globalité du jeu est assez abordable en termes de difficulté, le repaire est quant à lui diablement punitif, au level design très différent du reste du jeu. Même après avoir ramassé les 200 collectibles des niveaux et la quasi totalité des abeilles, je ne parviens pas à passer les 64% de progression, mais je n’ai pas trop insisté pour être honnête. Si le titre est assez bien équilibré et dépaysant, l’impossible repaire est à l’inverse punitif à outrance. Les collisions approximatives se font sentir, le par-coeur devient obligatoire et l’on est plus proche d’un niveau de mario maker fait par un sadique que d’une construction progressive en difficulté. Après une belle balade d’une 20e d’heure joyeuses et colorées je n’ai pas eu le courage de terminer ce niveau que je laisse à ceux qui aime souffrir. 

Rien n'est trop beau dès qu'il s'agit de grandeur

Si le style de jeu est quelque peu différent du précédent opus, la direction artistique reste quant à elle fidèle à ses origines. On y retrouve les personnages secondaires déjà rencontrés comme Trowser, cet escroc de serpent qui fait genre de porter un pantalon, ou encore le Dr Puzz dont on apprend même quelques infos sur les origines de sa transformation incomplète. La partie scénaristique est bien moins développée que dans le précédent titre, le jeu se focalisant essentiellement sur son gameplay. L’ambiance est toujours aussi fraiche et colorée et les musiques sont absolument fantastiques (je vous dis ça et pourtant je suis loin d’être très sensible à la musique habituellement). Si vous avez aimé le précédent Yooka-Laylee par son univers vous ne serez pas dépaysé.

Chaque niveau, accessible via un grand livre sur le monde général, est disponible en 2 versions. Une première présentant le niveau classique, et une seconde dont la situation dépendra d’une action à effectuer sur le livre. Jetez une baie de glace sur l’ouvrage pour le transformer en niveau glacé ; inversez la plateforme sous le livre pour le retourner et le niveau sera alors sens dessus dessous, etc. On a toujours la curiosité de ré-explorer chaque livre une fois celui-ci modifié. Et pour rendre l’aventure encore plus originale vous pouvez équiper quelques tonics. Ces petites fioles, à collecter dans le monde principal, puis à débloquer avec des plumes récoltées à travers les niveaux, permettront de booster un peu les capacités de vos héros ou de modifier l’affichage. De l’utile pour des héros qui volent plus longtemps au totalement inutile pour des graphismes Gameboy, le choix est varié allant des effets les plus classes aux plus gerbants. 

Lumineuse, malgré un petit aliasing et des chargements plus longs que sur consoles de salon, la version Nintendo Switch de Yooka-Laylee and the Impossible Lair force le respect. Le découpage des niveaux est parfait pour un rythme "nomade" et seuls les sticks des Joycons viendront manquer de réactivité et de fluidité. Si vous avez la possibilité d'y jouer à la manette classique, bien posé au fond de votre canapé, ce sera parfait !

Partant d'une formule bien connue mais avec des petits plus originaux, Yooka-laylee and the impossible Lair est un jeux de plateforme dépaysant et rafraichissant. La possibilité d'affronter le niveau final à tout moment est une idée originale et bien venue tandis que l'univers du jeu, et tous ses petits détails, donnera envie de l'explorer encore plus. Un ou 2 petits boss n'auraient cependant pas été de refus, ainsi qu'un repaire impossible un peu moins difficile, mais qui sait, cela aurait peut-être cassé le charme de tout cet ensemble.

Chezmoa

Chezmoa

Tous mes articles pour GSS sont sous licence Beerware.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire