Rapide Critique

Nonograms Prophecy

Développeur / Éditeur : No Gravity Games
Date de Sortie : 22 novembre 2019 – Prix : 3,99 €

Le Picross est à la mode sur Nintendo Switch depuis la folie des Picross de Jupiter et la sortie d’autres challengers de qualité. Ce n’est pas pour rien, évidemment, que nombre de petits studios se lancent dans l’aventure. Avec Nonograms Prophecy, on s’attendait à se voir proposé un univers différent à base de mythologie grecque et c’est déjà la première douche froide : tout cela ne fait qu’office de décoration.

Pour le reste, c’est du Picross très basique avec plusieurs tailles de tableaux à débloquer et deux modes de jeux supplémentaires (dont un reprenant le Picross Couleur déjà vu encore une fois chez le développeur Jupiter). Niveau contenu, ça a l’air intéressant… Mais le bat blesse quand on commence à jouer.

Rien ne va malheureusement bien : les commandes sont flottantes et ne répondent pas très bien mais surtout, les chiffres apparaissant sur l’écran du jeu, sur les abords des lignes de Picross, sont totalement buguées. Elles font rapidement n’importe quoi et indiquent très mal la marche à suivre, nous dirigeant droit vers l’erreur quand on se fie à elle. Il y a donc très souvent l’énoncé qui part en vadrouille et ça, c’est assez impardonnable.

Mais le second souci, c’est le résultat obtenu : les images que l’on débloque sont certes faites de pixels, mais sont absolument sans génie et souvent vraiment moches. Fait un H de station de décollage d’un hélicoptère sans la barre du milieu qui soit centré, réaliser un T-shirt qui ressemble davantage à un slip, ce n’est pas ce qu’on appellera une bonne récompense à des puzzles déjà cassés. Bref, Nonograms Prophecy est assez raté.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire