Rapide Critique

Skul: The Hero Slayer

Bestio
Publié le 27 février 2021

Développeur

NEOWIZ

Éditeur

SouthPAW Games

Date de Sortie

21 janvier 2021

Prix de lancement

16,79 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Si le nom Skul: The hero Slayer vous parle, c’est tout à fait normal car j’avais écrit une preview l’année passée, un peu avant son arrivée en accès anticipé. J’avais beaucoup apprécié le jeu, j’espérais juste que les développeurs travaillent sur la variété et les interactions entre les objets pour permettre aux joueurs de créer des builds différents et avoir une nouvelle expérience de jeu à chaque partie. Voyons ensemble s’ils y sont arrivés.

Pour rappel, vous dirigez un petit squelette bien décidé à libérer son Roi qui a été capturé après un assaut des forces du bien sur le monde démoniaque. Skul attaque avec un os, peut jeter sa tête pour se téléporter dessus et possède de base un double saut et un dash pour évoluer dans les différents environnements.

La particularité du jeu vient du fait que vous pouvez ramasser d’autres crânes offrant de nouvelles compétences. Le loup-garou bondit sur l’ennemi et se déplace rapidement, le clown lance des couteaux, la goule possède un crochet pour attraper les adversaires, etc. Vous pouvez en garder deux et passer à tout instant de l’un à l’autre (avec tout de même un temps de rechargement) pour vous adapter aux situations rencontrées et déclencher des pouvoirs spéciaux.

Pour gagner en puissance, vous pouvez également ramasser et équiper 9 objets qui augmenteront vos points de vie, vos dégâts physiques, vous offriront un bouclier, un éclair frappera vos ennemis tous les x secondes, etc. Les effets sont assez variés et surtout chaque équipement augmentera deux caractéristiques (duel, avarice, sprint, cœur…) permettant peu à peu de se spécialiser et créer un build réellement unique. Ajoutez à cela une quintessence donnant accès à de puissants pouvoirs et vous aurez déjà de quoi vous amuser.

Le jeu reprend le fonctionnement classique du roguelite, vous devez éliminer tous les adversaires pour accéder à la zone suivante et de temps en temps des midboss et boss viendront vous mettre des bâtons dans les roues. Plutôt impressionnants, il vous faudra probablement de nombreux essais avant d’en venir à bout.

En cas de mort vous repartirez du début, mais vous pourrez utiliser certaines ressources récoltées pour améliorer votre personnage. Plus de points de vie, dégâts critiques augmentés, temps de rechargement plus courts, etc. Au fur et à mesure de votre progression, de nouveaux PNJ rejoindront votre château de départ pour vous faire bénéficier de bonus. Vous pourrez également utiliser les os récupérés en recyclant ce que vous trouverez pour améliorer les crânes et les faire monter peu à peu en rareté. Le loup-garou chétif du départ pourra devenir une véritable machine à tuer… après de très nombreuses heures. La progression est là, mais elle est vraiment lente et j’espère vraiment que les développeurs modifieront les gains car actuellement on a la désagréable sensation de jouer avec un personnage bridé les premiers temps.

Mais pour ma part c’est bien le seul point négatif du jeu, le reste est excellent. Le pixel art est magnifique, l’action est dynamique et les développeurs ont travaillé, comme je l’espérais, sur la diversité. Chaque essai est maintenant vraiment différent du précédent en fonction des crânes et objets trouvés. Si vous aimez les platerformer roguelite, ne passez pas à côté de Skul: The Hero Slayer !

Laisser un commentaire