Critique

Legend of heroes : Trails of cold steel 3

Développeur : Niheon Falcom – Éditeur : XSEED, Marvelous – Date de Sortie : 22 Octobre 2019 – Prix : 50 €

La dernière fois dont je vous ai parlé de Legend of Heroes : Trail of Cold Steel remonte à 2016 et sur PS Vita (toujours dans nos cœurs), où je vous parlais d’un RPG plutôt chouette. À l’époque, j’en étais à prêt de 100H de jeu pour vous donner mon avis, étant persuadé que le jeu n’allait plus rien avoir à m’offrir, à part la conclusion narrative du titre. Eh bien figurez-vous que je m’étais trompé car le jeu s’était gardé une dernière botte secrète modifiant le gameplay. Comme j’essaie d’être un garçon un peu intelligent, je ne refais pas la même erreur pour le troisième volet de la série : j’écris mon verdict après plus de 45H de jeu (pour presque la moitié du titre parcouru), parce que quitte à se faire avoir, autant que ça arrive plus tôt.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Facepalm simulator

Trail of Cold Steel 3 se passe 1 an et demi après les événements majeurs de la fin du 2 (et six mois après le prologue un peu WTF de ce second opus). Pour faire rapide : la coalition de la bourgeoisie est tombée, Ouroboros a échoué dans sa quête, vous avez sauvé la famille royale et découvert que le chancelier Osborn, qui en plus de ne pas être mort, est le père de Rean, l’acteur principal de la série. Sur l’ellipse de l’année et demie passé, certain membre de la classe 7 ont dû terminer leur scolarité plus tôt, mais ils ont tous eu leur diplôme. Même Rean, qui en guise de stage de fin d’étude, a été à la botte de l’empire et a même joué un rôle important quant à l’annexion de la région nord par l’empire, ce qui dérange pas mal notre jeune chevalier aux cheveux cendrés. Une fois tout ce blabla terminé, le jeu débute enfin, avec Rean qui commence sa nouvelle vie, en tant qu’instructeur dans la toute nouvelle école secondaire de Thors, où il sera le professeur principal de la toute nouvelle classe 7, classe dédiée aux opérations spéciales.

Plus restreinte que la précédente, avec seulement trois élèves, dont une ancienne ennemie du second volet (et sœur de Millium, ancienne de la classe 7 originale), deux autres élèves des classes 8 et 9 se joindront à l’aventure plus tard. Il faut bien avoir conscience que Trails of Cold Steel 3 est le même jeu que Trails of Cold Steel (qui était le même jeu que Trails of Cold Steel 2), notamment sur le déroulé des événements. Ainsi, l’introduction du jeu se fait avec des événements qui se déroulent en début de seconde partie du jeu, avant de commencer par l’arrivée de Rean à son nouveau poste de travail.

Chaque mois sera découpé de la même manière, avec une première journée dans l’enceinte scolaire, où vous pourrez réaliser des événements sociaux pour vous rapprocher des divers protagonistes du jeu, des petites quêtes FEDEX et surtout l’exploration d’un donjon au sein même de l’école. Ensuite, vous partirez en ville faire vos opérations spéciales, qui consistent à aider les gens de la ville le premier jour. Puis le second jour vous devrez contrecarrer les plans d’Ouroboros qui est de retour, avec l’aide de membre de l’ancienne classe 7 ou d’anciens alliers.

Schéma qui était déjà présent 5 à 7 sur les deux premiers titres, et que vous retrouverez encore sur le troisième volet. Il sera encore une fois question de conflit politique, qui sera réparti comme toujours sur deux jeux (le quatrième volet ne devrait pas tarder à sortir au japon). Si le rythme du jeu est ultra répétitif, il est pourtant parfaitement maitrisé avec très peu de temps mort. Grande nouveauté du titre, il est pour la première fois traduit en français, sachant que la série est très bavarde c’est plutôt bienvenue. On se rend ainsi compte à quel point le jeu est mal écrit, avec un Rean encore plus insupportable que jamais, grand chevalier au cœur pur prêt à sauver toute princesse en détresse, même venant d’un livre. Pourtant, il y a un je ne sais quoi qui fait qu’on s’attache au personnage, qui même si l’écriture n’est pas géniale, il y a une certaine profondeur et richesse pour rendre le tout crédible. Évidemment on salue l’effort de traduction qui est rarement prise à défaut.

ARCUS level 2

Si Trails of Cold steel arrive à faire tenir sur la longueur, c’est notamment grâce à son système de combat. Encore enrichi dans ce troisième opus, le système Arcus 2 apporte deux grosses nouveautés. La première est que vous n’aurez plus une seule orbe maitre, mais deux. Afin d’en profiter un maximum, il est possible d’utiliser les orbes maitres des autres protagonistes, sachant qu’un même orbe ne peut être utilisé que par deux personnes maximum. 

Au vu des bonus passifs que ces dernières apportent, vous aurez la possibilité d’avoir des puits à PC pour lancer  des attaques super Craft bien trop souvent ou bien transformer un magicien en machine de sort offensif / défensif. Quant à la seconde grosse nouveauté, il s’agit d’ordres, consommant des points de bravoure (que l’on gagne en faisant un coup critique sur un ennemi), qui permettent de donner des buffs offensifs ou défensif pendant un certain nombre de tours.

Ainsi, il faudra choisir lors des combats entre privilégier les ordres ou les attaques combinées qui consomment toutes les deux les points de bravoure. Si le système de combat été déjà bien riche, entre ses attaques normales / magiques / techniques, la gestion du placement sur la zone de combat et les attaques à effet de zone ainsi que les bonus (critiques, soin, etc.) liées au positionnement dans la liste d’action et non au personnage eux même, le voici encore plus riche et plus intéressant. 

Unique partie quasiment non touché, les combats avec les méchas, qui continuent d’être bien trop longs et peut intéressantsdès lors qu’on a compris comment dérouler un combat sans trop peine.

Trails of cold steel 3 ne fait pas que s’améliorer, il régresse aussi sur une partie du jeu, vis-à-vis du second opus. Tout comme dans le premier, l’histoire sera linéaire et vous n’aurez pas la possibilité de visiter l’Erebonie à votre guise, ce qui est bien dommage.  

Legend of Heroes : Trails of Cold Steel 3 est le même jeu que Legend of Heroes : Trails of Cold Steel 2 qui est le même jeu que Legend of Heroes : Trails of Cold Steel et pourtant, la recette fonctionne. Avec son univers très étendu et ses personnages bien développés, et ce malgré une écriture faiblarde, on se prend d'attachement pour le panel de personnage que l'on suit, et ce même si certains sont insupportables au possible (coucou Rean), c'est encore plus flagrant avec pour la première fois dans la série, une traduction française (de qualité au passage). Si on arrive à faire fi des quelques niaiseries-princesques et autre obsession japonaise, nous sommes face à un grand jeu de rôle ayant l'un des meilleurs systèmes de combats, encore une fois enrichi pour le porter encore un peu plus loin dans les choix tactiques qu'il propose. Et rien que pour ça, j'attends avec impatience le quatrième opus qui devrait conclure la saga.

Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire