Critique

Down the Rabbit Hole

Développeur : Cortopia Studios – Éditeur : Beyond Frames Entertainment – Date de Sortie : 26 mars 2020 – Prix : 19,99 €

Plan à 360° très confortable
Accessible à tous les publics / Aucun Jumpscare

C’est l’heure de se coucher pour la petite fille du narrateur qui ne perd pas de temps pour nous raconter une histoire, celle de cette jeune fille inconnue qui se réfugie dans une maison pour se sauver des bois dans lesquels elle semble s’être perdue. En ouvrant une trappe puis en s’y précipitant, elle fait une chute vertigineuse vers ce qui semble être le terrier d’un lapin… qui parle.

Reprenant avec évidence les bases d’Alice aux Pays des Merveilles de Lewis Carroll, se voulant même un prologue à cette épopée littéraire très connue de tous désormais, Down the Rabbit Hole nous propose de plonger dans ce monde dans un diorama gigantesque à 360°. Ainsi devant vous, la jeune fille va progresser de salle en salle. Un bouton vous permettra de fixer la caméra sur l’héroïne, un stick vous donnera la possibilité de la faire se mouvoir et quelques actions seront proposées. Mais la principale, est votre liberté de placement du diorama. Ainsi, à l’aide de différentes poignées, vous pourrez jouer les réalisateur et spectateur voyeur en regardant sous toutes ces ficelles ce monde fait de plein de cachoteries.

A commencer par les invitations de la reine qui, pour son banquet, avait chargé le lapin de trouver des convives. Mais dans votre chute, vous avez fait se disperser toutes les enveloppes. Il vous faudra en trouve un maximum pour avoir le droit à la meilleure des nombreuses fins de l’histoire disponibles. Et ces enveloppes sont souvent bien cachées, vous demandant la plupart du temps de fouiller vous-mêmes et toucher/frapper des endroit pour libérer ce précieux trésor de sa cachette.

Environ 2h30 de jeu sont proposées. Deux heures de découverte, de dialogues (en anglais sous-titré en français) et d’énigmes simples mais très efficace qui mixent quelques simples aller-retours façon point & click à une utilisation du joueur pour des raccourcis pratique et prise en main (au sens concret du terme) très efficace sur les différentes situations. Le but étant clairement de passer un bon moment, autant visuellement qu’en terme d’expérience et cela, Down the Rabbit Hole le fait très bien.

Il faut voir ce niveau sans dessus-dessous ou ces énigmes entre deux mondes reliés par de simples reflets dans l’eau pour se rendre compte des instants magiques que parvient à proposer ce titre qui parvient au final à proposer un joli conte interactif. Surtout, nous n’y jouons pas seulement cette jeune fille mais aussi un autre personnage bien plus original, au récit sympathique à défaut de captiver jusqu’à émouvoir. Tout juste est il un bon personnage secondaire pour ce récit simple mais efficace.  Reste que son utilisation alternée avec notre héroïne, au bon vouloir du joueur la plupart du temps, mettra en avant le meilleur niveau à énigmes du jeu. Énigmes par ailleurs assez simple pour un jeu d’aventure quelconque, mais qui prennent davantage d’ampleur en VR.

En fonction du nombre d’enveloppes trouvés, ersatz de quêtes annexe unique mais se résolvant en parallèle de toute l’aventure, vous aurez le droit à un final plus intéressant. Aussi, plusieurs choix vous seront proposés à certains niveaux, vous demandant de compléter l’histoire en y ajoutant un protagoniste de votre choix ou une information précise. Ainsi, une certaine rejouabilité est disponible ce qui reste très étonnant. Néanmoins, pas sûr que tout le monde aura la volonté de revivre toutes les situations identiques entre deux petites différences à découvrir.

Niveau confort, Down the Rabbit Hole est donc très agréable à jouer même si évidemment, bouger les poignées pour changer les axes de caméra ne doit pas se faire trop brusquement pour ceux qui seraient sujet à la cinétose. C’est aussi un jeu à vivre bien installé sur sa chaise (qui tourne, de préférence, pour plus de liberté) ou debout au milieu d’une bonne aire de jeu.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Conte prologue au véritable Alice, destiné aux petits comme aux grands, Down the Rabbit Hole est frais, emprunt d’une certaine magie de la découverte qui sied très bien à la réalité virtuelle. Ce diorama en 360°, théâtre d’un jeu d’aventure classique et linéaire mais pas dénué de qualités, propose un tracé simple et des énigmes tout aussi facile d’accès pour deux heures de dépaysement réel. C’est exactement le genre d’aventure que l’on veut découvrir avec un casque VR.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire