Critique

Synth Riders

Développeur / Éditeur : Kluge Interactive – Date de Sortie : 31 octobre 2019 – Prix : 19,99 €

Aucune cinétose - Attentions aux obstacles autour de vous !
Accessible à tous les publics / Aucun Jumpscare

Tout le monde veut faire son Beat Saber depuis la réussite de ce dernier et c’est Kluge Interactive qui se propose dpeuis peu sur Oculus Quest (et d’autres plateformes) avec un titre beaucoup plus porté sur de la gymnastique que du découpage de cibles. Le jeu se propose de transformer vos mains en deux grosses boules : la gauche est bleue, la droite est violette. Il va falloir passer vos mains (ou les faire frapper dans le vent pour plus de points) sur les orbes de la même couleur qui s’amènent vers vous et cela, evidemment en rythme avec la musique.

Plus d’une trentaine de titres sont proposés dans trois playlists très différentes. C’est correct pour 20 €, même si beaucoup de musiques semblent se ressembler. Nous ne sommes pas devant la qualité d’un Pistol Whip en termes de choix des musiques et de la création des niveaux liés à celles-ci. Ici, certains titres vont vraiment vous surprendre dans leur configuration d’orbes alors que d’autres seront un peu ennuyants. A noter qu’il n’y a, pour l’instant, aucun DLC de prévu concernant la playlist, mais ce serait un vrai plus !

Plusieures idées de gameplay viennent diversifier l’action : des zones de murs qu’il faut éviter, evidemment, vous demandant toujours plus de place dans votre aire de jeu (attention aux obstacles !) mais aussi des orbes vertes qui vous obligent à n’utiliser qu’une seule de vos mains pendant toute une série de notes à frapper/valider. Enfin, les orbes oranges se valident en liant vos deux mains ensemble et en les faisant parcourir le même tracé et frapper les mêmes orbes. On l’apprécie parfois pour ses solos de rythme faisant penser à de la batterie, s’imaginant claquer des grosses caisses et des claires, en rythme. Il faut l’avouer, ça fonctionne bien.

Proposant plusieurs options de confort de jeu et de difficulté qui rendent le jeu extrèmement grand public, c’est sans aucun doute un de ces points forts, Synth Riders pèche par un gros soucis visuel. Globalement, n’y allons pas par quatre chemins… C’est moche. Les couleurs sont criardes, les environnement pas franchement epoustouflants et les grosses orbes en guise de main font un peu ridicules face à ce qui est proposé chez la concurrence. C’est vraiment l’un des points les plus repoussant au lancement du jeu.

Reste un gameplay très dynamique et sportif, plus sportif (mais moins violent) qu’un Beat Saber, entre la gymnastique, la Zumba et même la Fitness parfois. Compatible avec la montre de fitness “virtuelle” YUR.Watch (dont on reparlera un jour dans un article), Synth Riders est moche mais reste un très bon partenaire de sport à la maison et mine de rien, en ces temps de confinement, on l’aime un peu pour ça. 

Maintenant, on s’inquiète aussi pour lui : sur le secteur, la concurrence est rude, chaque jour un nouveau jeu sort et propose la même chose. Il y a même des alternatives gratuites comme Moon Rider qui permettent d’utiliser des musiques connues. Bref, c’est un secteur très vogue, mais le jeu “sportif/musical” en VR est une bulle qui va sans aucun doute bientôt éclater. Pour l’instant, seul le mode multijoueur permet à Synth Riders de sortir du lot.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plus gymnastique que bourrin, ce jeu musical VR "de plus" fait faire de l'exercice de façon plus efficace et consciencieuse que la concurrence la plus populaire sans pour autant faire dans l'excellence. Compatible avec YUR, proposant un tas d'options d'accessibilité bienvenues, Synth Riders a finalement comme principal défaut d'être visuellement très en deçà des attentes et même souvent bien malheureusement un peu moche. Pour autant il fait le job et surtout, il est jouable à plusieurs !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Bound

Laisser un commentaire