Rapide Critique

Infliction

D√©veloppeur / √Čditeur : Caustic Reality¬†
Date de Sortie : 18 octobre 2018 – Prix : 17,99 ‚ā¨

Infliction est le premier jeu du studio australien Caustic Reality, studio d’un seul homme, Clinton McCleary. Il s’agit d’un jeu d’horreur √† la premi√®re personne dans lequel vous incarnez un homme qui retourne chez soi afin de retrouver des billets d’avion que sa femme a oubli√©s, ce qui la contraint √† √™tre bloqu√©e √† l’a√©roport.

Infliction s’ouvre sur une citation du n√©cronomicon, ouvrage fictif pr√©sent dans l’oeuvre litt√©raire du romancier d’√©pouvante Howard Phillips Lovecraft ; citation qui se ponctue par “Les esprits vengeurs sont n√©s d’un meurtre violent.” Le ton est donn√©.

Dans un premier temps, vous allez d√©couvrir la grande maison de notre couple, maison qui serait parfaitement accueillante en temps normal sauf que vous la parcourez de nuit et un malaise est omnipr√©sent. Par-del√† les chambres pleines de vie, la grande cuisine et les salles home-cin√©ma tout √† fait mondaines, des touches d’horreur et d’onirisme pointent leur bout de nez ; comme en t√©moignent ces livres sur la spiritualit√©, certaines pi√®ces d√©cor√©es avec des masques qui suscitent l’effroi et les innombrables films d’horreur pr√©sents sur les √©tag√®res.

En parcourant la maison, vous allez en apprendre plus sur cette famille, ses petites joies, ses craintes et son quotidien. L’arriv√©e r√©cente d’un b√©b√© au sein de la famille rend votre √©pouse tr√®s heureuse, et tous les ingr√©dients d’une famille √©panouie sont pr√©sentes. La narration du jeu passe principalement par des notes √©crites et doubl√©es par votre femme et quelques objets comme des journaux audio ainsi qu’un narrateur qui se manifeste ponctuellement par t√©l√©phone.

Les m√©caniques de jeu sont simples, vous explorez les niveaux avec les touches directionnelles, une touche vous permet de vous accroupir et une autre permet de zoomer. Vous allez √©galement r√©cup√©rer un appareil photo polaroid qui, en prenant une photo, vous permettra d’obtenir des indices pour la suite de votre progression.

Le principal int√©r√™t du jeu est sa narration. Comme dit pr√©c√©demment, la d√©couverte de la maison, en apparence tranquille dans un premier temps, n’est que la premi√®re couche narrative de l’histoire de notre couple et de leurs enfants. En effet, sous ses airs de famille √©panouie se cache un malaise plus profond. Les diff√©rentes pi√®ces de la maison ne pr√©sentent aucune grande surprise, si ce n’est les quelques √©l√©ments horrifiques pr√©c√©demment cit√©s, et la d√©couverte de la derni√®re chambre situ√©e √† l’√©tage sera celle qui enclenchera v√©ritablement la narration. Vous y trouverez un tableau que votre √©pouse a peint repr√©sentant un visage hurlant, et le basculement vers l’envers du d√©cor aura lieu. D√®s lors que vous concentrerez votre attention sur ce tableau, le jeu prendra une dimension surnaturelle dans laquelle un esprit vengeur viendra s’en prendre √† vous‚ÄĮ; esprit qui n’est autre que celui de votre √©pouse que vous avez assassin√©e.

La suite de l’aventure est alors une plong√©e dans la psych√© de notre protagoniste, dans laquelle vous allez revisiter tous les moments et lieux cl√©s depuis le meurtre de votre √©pouse, repr√©sentant une v√©ritable descente aux enfers. L’histoire est au final assez classique dans sa forme ainsi que dans son traitement, son level design dirigiste et son gameplay simpliste ne suscitent gu√®re d’enthousiasme. La peur suscit√©e par le jeu est √©galement faiblarde, car seulement ponctu√©e par les apparitions du spectre de votre √©pouse ainsi que d’un boucher qu’il vous faudra √©viter par la discr√©tion. Les quelques d√©cors sont joliment rendus avec le moteur Unreal Engine et le sound design fait son effet.

Avec sa dur√©e de vie de deux heures, Infliction vous occupera le temps d’une soir√©e, dont les traces s’√©vaporeront d√®s le jeu √©teint.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Browarr

Browarr

N√© dans un entrep√īt rempli de PC, il a depuis d√©velopp√© une attirance pour les sagas Fallout, STALKER, Quake et Alexandra Ledermann. Vous le trouverez rarement dehors, trop occup√© √† faire du rocket jump tout en sirotant un Dr Pepper. "Jamais sans mon Canard PC".

D'autres Critiques

Laisser un commentaire