Rapide Critique

Crime O’Clock

Crim
Publié le 27 juillet 2023

Développeur

Bad Seed

Éditeur

Just For Game

Date de Sortie

30 juin 2023

Prix de lancement

20 €

Testé sur

Nintendo Switch

Disponible depuis fin juin sur Switch et depuis le 21 juillet sur PC, Crime O’Clock est probablement le premier titre remarqué de Bad Seed, studio italien officiant depuis 2014. Il faut dire que leur titre tape tout de suite à l’œil : un énorme « Où est Charlie ? » mais à base d’enquêtes policières avec un énorme twist : chacun des tableaux aura une dizaine de variantes temporelles se situant quelques instants plus tôt les unes des autres. 

On incarne un jeune détective fraîchement recruté par une agence dont le but est de préserver la ligne temporelle : vous allez devoir résoudre des crimes (allant du vol au meurtre) qui n’auraient jamais dû arriver. Pour ce faire, vous allez être accompagné par une intelligence artificielle qui vous guidera pas à pas dans chacune de vos enquêtes. Dans un premier temps, vous devrez trouver la scène du crime (le blabla de l’IA vous donnera des indices) et à partir de là, le temps remontra peu à peu à chaque nouvel élément trouvé, il faudra très souvent retracer les actions d’une personne en particulier.

Pour ne pas uniquement se contenter de trouver des gens dans les tableaux, des mini-jeux déclenchés par l’IA arriveront régulièrement, pour analyser des textes, des empreintes, des fréquences, etc. Si ces derniers permettent de casser la routine, ils sont hélas rarement intéressants et surtout très mal expliqués, en plus d’être une horreur à jouer au stick (on suppose que pour certains, ils passeront beaucoup mieux à la souris).

Mais le principal défaut de Crime O’Clock est sa narration. Le jeu est incroyablement bavard, et ce qu’il raconte est faussement complexe. On imagine clairement faire le jeu avec des gosses, sauf que je ne vois pas comment ils arriveront à suivre l’histoire avec les tartines de jargon technique employé. Et si vous ratez un peu de texte, il est possible de passer à côté d’éléments essentiels, notamment certaines routines qui vous demanderont de trouver des symboles et dont l’objectif (affiché en haut à gauche de votre écran) ne vous donnera pas la zone à chercher alors que l’IA vous l’aura donnée. En plus d’un système d’indices textuels présent, il y a aussi une autre mécanique qui permet de mettre des éléments de décor en surbrillance et qui vous donne une indication (chaud/froid) afin de localiser la zone de recherche (très utile quand on vous demande de chercher un objet et que vous ne savez pas à quoi il ressemble).

Heureusement, les cinq univers présents sont réalisés de manière incroyable, avec énormément de références (vous pourrez par exemple suivre une aventure de Rick et Morty dans l’une des zones temporelles, ainsi qu’Aladdin, Indiana Jones, La Petite Sirène et bien d’autres) et le jeu arrive à ne pas être redonnant ni ennuyant alors que le nombre d’enquêtes est important (une trentaine). Un titre à picorer pour faire passer la pilule du surplus de texte inutile.

Terra Memoria

Quand le J-RPG s’invite dans nos mémoires.

Wizard with a gun

Lorsque Don’t Starve rencontre un twin stick shooter

Dicefolk

Des dés pour contrôler des créatures, telle est votre destinée.

Waven
Waven

Quand Wakfu s’attaque à votre porte-monnaie

Laisser un commentaire