Critique

Trials of Mana

Développeur : Xeen – Éditeur : Square Enix – Date de Sortie : 24 avril 2020 – Prix : 50 €

Toutes les captures de cette page ont été réalisée sur la version Switch du jeu.

Environ 25 ans après sa sortie au Japon, Seiken Densetsu 3 se voit exporté en occident sous le nom de Trials of Mana dans un remake sans grande prétention. La démo sortie quelques semaines plus tôt m’avait un peu refroidie, craignant que le charme de l’époque soit totalement rompu. J’ai quand même attendu la sortie définitive avec impatience et je suis bien contente de ne pas m’être arrêtée à ma première impression.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

25 ans après...

Dans le fond, très peu de choses ont changé dans ce remake par rapport au jeu original. Trials of Mana propose de jouer avec 6 personnages différents. Ce choix aura une influence évidemment sur les compétences en combat, mais aussi sur l’histoire du jeu. Même si l’histoire principale reste inchangée, il y a 3 ramifications qui seront différentes en fonction du choix du personnage principal. Sur les 6 personnages principaux, on distinguera donc 3 “couples” : Angela et Duran, Riesz et Hawkeye, Charlotte et Kevin. Chaque paire partage le même antagoniste et possède donc une finalité similaire. Et bien entendu, chaque personnage a son origine propre et ses motivations personnelles pour se lancer dans l’aventure. Autant dire que pour la rejouabilité, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

La progression des personnages était à l’époque l’un des plus gros point fort du jeu. On retrouve ce même principe dans Trials of Mana, mais le système a été un peu plus approfondi. Les personnages gagnent des points d’évolution en fonction de leurs niveaux, qu’il est possible de dépenser des différentes caractéristiques. En augmentant ces caractéristiques, il est possible de gagner des compétences passives ou de nouveaux pouvoirs utilisables en combat. Certaines de ces compétences sont même partagées avec le reste de l’équipe. À certains moments du jeu, il est possible de changer de classe. Chacune de ces classes, spécifiques aux différents personnages, changera leurs pouvoirs, leurs coups spéciaux, mais aussi leurs apparences. Toutes les classes ne sont pas exactement équivalentes, certaines sont plus puissantes que d’autres, l’élément cosmétique n’est pas le seul à prendre en compte (là, j’essaie de me convaincre). Ceci étant dit, le jeu est assez facile et accessible et ne nécessite pas de comparer les caractéristiques des personnages de façon poussée. Seuls les boss peuvent demander parfois un peu plus de stratégie, sans pour autant être insurmontables pour les plus bourrins.

Le système de combat n’est pas révolutionnaire. Il reste fidèle à l’original pour son côté action et les mécaniques de base liées aux compétences des personnages, mais il a été modernisé pour davantage de fluidité et de simplicité. Des raccourcis ont été ajoutés pour l’utilisation d’objets et de magies / compétences. Ces raccourcis peuvent même être remplacés en plein combat pour s’adapter à la situation. Il est possible de changer de personnage jouable juste en appuyant sur une touche, ce qui permet encore plus de fluidité et d’optimiser l’utilisation des compétences. L’attitude des équipiers en combat peut être changée dans les options. Globalement, l’IA n’est pas trop stupide, même si elle manque cruellement de logique à certains moments et n’hésite pas à utiliser une grosse magie sur un ennemi à qui il reste 3 PV, ou de ne pas esquiver quand on lui demande d’être uniquement présent en soutien et de ne pas attaquer. Malgré ses défauts, le système de combat est avant tout divertissant.

Fraîcheur et nostalgie

Dans Trials of Mana, il n’existe pas de quêtes annexes. Les seules dérives de parcours sont liées à l’évolution des personnages, et surtout à l’exploration. La carte gâche un peu le côté “fouilles” et certains endroits labyrinthiques du jeu original, mais l’ajout d’un petit personnage secondaire à chercher un peu partout dans le monde donne un peu plus d’intérêt à l’exploration globale. Ceci et les coffres mis à part, il n’y a pas de grands secrets à trouver dans chaque zone. Sans être une ligne droite, Trials of Mana ne s’encombre pas de fioriture secondaires pour remplir le jeu. D’autre part, comme si tout ça ne suffisait pas, une sorte d’extension du jeu a été ajoutée après la fin offrant quelques heures de jeu en plus.

Autre bonne chose ayant été ajouté au jeu original, ces quelques lignes de dialogues qui permettent aux personnages de l’équipe d’interagir davantage entre eux. Ça reste léger, il n’y a pas forcément de mise en scène, mais ça donne un peu plus de profondeur à l’équipe. En parlant de mise en scène, c’est un point qui fait un peu tache dans ce remake. En effet, la transposition des scènes entre la 2D et la 3D n’est pas forcément bien adaptée, et on se retrouve avec des moments un peu mous, la faute également à des animations un peu bâclées.

L’OST de base est vraiment de bonne. Dans Trials of Mana, les musiques ont été remixées juste ce qu’il faut pour ne rien perdre de leur qualité, tout en s’adaptant à notre époque. Il est aussi possible de choisir dans les options de mettre les musiques originales pour les plus nostalgiques.

Trials of Mana est plutôt frais est détendu. Malgré une histoire parfois un peu déprimante, on se sent bien en y jouant grâce à sa simplicité attachante. Rien n’est très compliqué, on se laisse porter tranquillement par son univers, son gameplay facile, son histoire classique, ses musiques magnifiques et son visuel coloré. Le passage de la 2D originale à la 3D de son remake a peut-être fait perdre un peu de charme en cours de route, mais le plaisir à jouer est toujours là.

Il ne faut pas se leurrer, même si Seiken Densetsu 3 n'est pas si dépassé, il ne réussira plus à attirer les nouveaux joueurs en l'état. Trials of Mana est donc un remake parfait pour permettre à ceux-ci d'apprécier ce RPG jamais sorti dans nos contrées. Et pour les fans de l'original ayant eu la chance d'y jouer d'une manière ou d'une autre, le remake est si fidèle qu'il est impossible de ne pas s'y accrocher. Seiken Densetsu 3 est avant tout un jeu de son époque. Si l'ambition de Square Enix avait été de faire un remake révolutionnant le JRPG moderne, ils auraient foncé droit dans le mur. Au lieu de ça, Trials of Mana se veut en premier lieu fidèle au jeu original et au final, on n'avait pas besoin de plus.

LeenUyth

LeenUyth

Gentille, douce et délicate dans une autre vie. Née avec une manette de Master System II dans les mains. Je n'écris pas beaucoup mais j'ai de bonnes excuses (non)

D'autres Critiques

Laisser un commentaire