Rapide Critique

Pendula Swing : The Complete Journey

Développeur : Valiant Game Studio AB – Éditeur : Valiant Game Studio AB
Date de Sortie : 08 Mars 2020 – Prix : 16.99 €

Brialynne se réveille un beau matin et se rend compte qu’on lui a volé sa hache légendaire qui lui avait permis de tuer le champion Gobelin et de rétablir ainsi la paix dans le monde ! Ça va barder swinger !

Bien que que vous soyez la plus grande des guerrières (naines), il ne sera jamais ici question de violence. Du coup nous sommes bien face à un monde d’heroic fantasy, avec son lot d’orcs, d’elfes, de nains, de gobelins et évidemment d’humains, qui aurait évolué comme le nôtre et se situerait dans les années folles aux alentours de 1920.

Pour retrouver sa hache, Brialynne devra aller porter plainte au commissariat et mener son enquête (merde c’est une aventurière) à l’aide d’un détective privé. Car ne nous le cachons pas, si la quête principale reste de retrouver le bien volé de notre chère aventurière, l’intérêt du jeu se trouve dans ses quêtes secondaires.

Car sous ses airs d’heroic fantasy, le monde de Pendula est à l’image du nôtre : avec son lot d’acceptance, mais surtout de racisme et de préjugés. Remplacez les gobelins et les orcs (dans une moindre mesure) par les femmes ou autres peuples étrangers (africains, arabes, asiatiques) et les humains par des hommes blancs cis-hétero et on obtient une belle (dégueulasse) photo de notre société. Et si Brialynne part enquêter sur sa hache, c’est bien parce que la police n’en à rien à faire d’elle étant donnée qu’elle n’est pas humaine.

Si tout le contexte politico-social est super bien retranscrit avec les divers quartiers de la ville (les quartiers pauvres et de travail physique sont remplis d’orcs/gobelins/nains là où les beaux quartiers de vie / commerce / culture sont quant à eux fréquentés par les humains et les elfes) l’écriture est parfois un peu lourde à n’avoir quasiment que des choix de discussion à coups de questions.

Heureusement, le titre n’est pas là que pour montrer tous les mauvais côtés de la société, mais aussi une grande inclusion avec beaucoup de personnages LGBT+ (dont Brialynne). Ainsi on découvre que les elfes sont identifiés par 3 genres (homme, femme et Omni qui correspond à non binaire), les femmes naines portent la barbe (là où habituellement on ne les voit jamais ou presque), les personnes handicapées sont traitées comme tout le monde (comprendre par là que certaines sont trop choupi alors que d’autres sont de vraies enflures).

À défaut d’être un plaisir pour les rétines, Pendula Swing est un jeu qui nous gagne par son ambiance. Mais soyez prévenu qu’il est aussi pas très stable (je n’ai rarement fait plus d’une heure de jeu sans crash) et qu’il a un pathfinding catastrophique, surtout si on se fait accompagner d’un chat, d’un hérisson, de deux poules, d’un rat et d’un crabe avec un chapeau. Et rien que pour le chapeau, on est prêt à pardonner.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire