Critique

Neon Abyss

Développeur : Veewo Games – Éditeur : Team 17 Digital Ltd – Date de Sortie : 14 juillet 2020 – Prix : 19,99 €

Avec son joli pixel art et ses couleurs flashy Neon Abyss m’avait tapé dans l’oeil dès son annonce. Présenté comme un mix de The Binding of Isaac et Enter the Gungeon en vue de côté, j’en attendais vraiment beaucoup. Sorti le 14 juillet (sûrement un signe qu’il y aurait des explosions de partout) il est maintenant l’heure de faire le point.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Engagez-vous dans la Grim Squad

Vous faites partie de la Grim Squad, une unité d’intervention fondée par Hades en personne, chargée d’infiltrer l’Abyss pour vaincre les nouveaux dieux qui y sont apparus. Au départ vous n’aurez le choix qu’entre deux personnages basiques (4 si vous avez acheté le jeu peu de temps après la sortie ou si vous avez pris le DLC Lovable Rogues Pack à 1,99 €) d’autres seront disponibles par la suite, chacun possédant un pouvoir et donc un style de jeu spécifique (roulade, pose de mines…).

Le jeu commence tranquillement. L’arme de base a une faible cadence de tir, le personnage ne possède qu’un seul saut et les ennemis sont peu nombreux et pas trop belliqueux. Le principe est simple et maintenant bien connu : vous entrez dans une pièce, vous éliminez toutes les menaces, les portes s’ouvrent et vous pouvez continuer votre chemin.

Au fil de votre exploration vous récupérerez différentes choses : des clés, des grenades, des orbes violets, des pièces d’or, des armes et des objets. Clairement le point fort du jeu, chaque nouvel équipement améliorera votre personnage en augmentant ses dégâts, en lui permettant de voler, en modifiant les tirs qui pourront par exemple se diviser, empoisonner les ennemis au toucher, les possibilités sont très nombreuses et ce qui est génial c’est que Neon Abyss regorge de synergies cachées.

Plus vous avancerez dans la partie et plus vous aurez un sentiment de puissance avec parfois des tirs qui recouvrent l’écran entier. Bon, ils masquent tellement l’écran que ça peut parfois devenir un problème et les développeurs travaillent actuellement à modifier ça pour que les attaques ennemies soient toujours au premier plan et pouvoir les esquiver.

Pour passer au monde suivant, vous devrez éliminer le boss de la zone. Tiré au hasard parmi une liste assez importante, ils sont tous assez intéressants et vous demanderont un peu de pratique pour les éliminer sans subir de dégâts.

Toujours plus de puissance

Comme dit en introduction, le jeu s’inspire très fortement d’Isaac et on y retrouve de nombreux éléments similaires : rochers marqués à détruire pour révéler des bonus, l’équivalent des angelic / demonic rooms qui peuvent apparaître suivant votre style de jeu, etc.

Un point par contre beaucoup plus original est la collecte d’oeufs. Tel Yoshi vous vous baladerez souvent avec une longue traine d’oeufs derrière vous. Ceux-ci écloront au fur et à mesure de votre progression, donnant naissance à divers familiers qui vous assisteront (certains tirent sur les ennemis, d’autres bloquent les balles, mangent les pièces pour offrir des cadeaux à la place…). Si vous les gardez en vie assez longtemps, ils pourront même monter de niveau et leurs capacités seront renforcées. Pour être franc lorsque j’avais vu les premières vidéos du jeu j’avais très peur que cette traine nuise fortement à la lisibilité mais finalement non, en jeu on n’y fait pas vraiment attention.

A votre mort, ou une fois le dieu éliminé, vous aurez des points à dépenser dans une sorte d’arbre de “talents”. Nouveaux personnages, nouvelles salles, nouvelles capacités, nouveaux objets, il y a énormément de choses à débloquer. Les développeurs ont d’ailleurs eu une excellente idée, lorsque vous déverrouillez de nouveaux objets vous débutez l’essai suivant avec, de quoi se dire “allez encore une petite partie juste pour tester et j’arrête !”. Le coût de chaque nouveauté est par contre trop élevé actuellement et il devrait baisser très rapidement, des tests sont en cours sur une branche expérimentale du jeu.

Pour s’adapter à tous les joueurs trois niveaux de difficulté sont disponibles (plus un 4ème à débloquer pour les furieux de la manette).

Niveau rejouabilité c’est du tout bon car outre les très nombreux armes et objets donnant un rythme réellement différent à chacune de vos parties, à chaque fois que vous éliminerez un dieu de nouveaux mondes apparaitront et vous aurez également une nouvelle cible à abattre, bien plus puissante que la précédente. Certains combats sont d’ailleurs assez fous et vous demanderont une bonne compréhension des patterns d’attaque pour espérer survivre.

Neon Abyss est une réussite totale. Beau, dynamique, regorgeant de contenu, c'est un véritable plaisir d'enchaîner les parties et découvrir de nouvelles synergies totalement délirantes. Avec l'amélioration de la lisibilité et la baisse du coût des améliorations qui ne devraient plus tarder, il se hissera sans problème parmi les meilleurs rogue-lites sortis à ce jour et c'est pourquoi je lui attribue avec grand plaisir une sélection GSS. Si vous aimez ce type de jeu ne passez pas à côté et si vous avez toujours été curieux mais que vous hésitiez jusqu'à présent à vous lancer de peur que la difficulté vous bloque, Neon Abyss est très abordable en facile et constitue une excellente porte d'entrée pour tester ensuite d'autres titres plus vicieux.

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire