Preview

Stronghold : Warlords

DĂ©veloppeur/Éditeur : FireFly Studios – Date de Sortie : 26 janvier 2021

Lire la vidéo

Franchise connue des stratèges des années 2000, Stronghold proposait des batailles entre seigneurs faisant au moins autant attention à leurs fortifications qu’à leur unités armées. Armes de siège et châteaux-forts étaient donc de la partie et c’est sans se douter un seul instant que les fans seront au rendez-vous que Firefly Studios se relance dans l’aventure.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Le STR des temps anciens...

On a donc pu jouer à Stronghold Warlords, reprenant le concept de la série mais en se plaçant dans le monde des Shogun et des Huns. Visuellement sympathique bien que brouillon, le jeu à dès les premières minutes un petit soucis d’interface. Bien trop énorme, gachant la moitié de la visibilité à l’écran, elle n’est pas des plus pratique et semble datée.

Enfin, daté, cela pourrait bien être précisé pour pas mal d’éléments de cette version de démonstration. Passons sur le fait que le zoom vers les unités n’est pas très puissant et que la caméra n’a pas d’axe très modernes à proposer… Parlons plutôt du Pathfinding.

Le Pathfinding c’est difficile à prononcer, mais ça précise cette façon qu’on les unités d’êtres codées pour comprendre comment se rendre d’un point A à un point B de façon logique. Et Stronghold Warlords n’a pas du tout un bon Pathfiding pour l’instant.

Cette petite rivière est votre seul passage vers le camp ennemi ? Vous allez devoir cliquer de nombreuses fois sur la berge pour que vos unitĂ©s comprennent qu’elles peuvent s’y rendre. Vous voulez utiliser ces catapultes le plus loin possible pour Ă©viter les coups ? Le jeu ne vous prĂ©cisera pas leur zone d’impact et surtout, leur avancĂ©e sera jonchĂ©e de bugs. Le lancement des boulets est aussi très mal timĂ© et semble ne pas trop comprendre ou la catapulte se trouve vraiment.

Notons par contre de bonnes idĂ©es : comme ces boulets de catapultes qui peuvent rater leur cible (et frapper d’autres endroits) ou manquer de puissance et taper des structures plus en avant de la cible. C’est rĂ©aliste et amusant.

Un principe très simplifiĂ© de diplomatie est proposĂ© avec des points gagnĂ©s au fil du jeu qui peuvent ĂŞtre dĂ©pensĂ©s pour « annexer Â» les autres territoires. Ainsi, vous pourrez leur demander (toujours contre ces quelques points) de vous rendre un service : vous donner une ressource prĂ©cise, envoyer des troupes frapper votre ennemi ou vous envoyer de l’aide. Dans cette version preview, c’était outrageusement trop fort et l’aide apportĂ©e rendait l’objectif bien trop simple. Surtout, les points de diplomatie se gagnent pratiquement sans rien faire, ce qui donne juste envie d’attendre d’avoir assez pour laisser les copains se battre Ă  notre place.

Stronghold Warlords a, en l’état, beaucoup de chemin à faire pour être convaincant. On espère sincèrement qu’il corrigera ses problèmes d’unités et d’interface. Pour le reste, en ce qui concerne la simplification à l’extrême de la recette, je pense qu’il ne faut rien attendre de mieux : Stronghold Warlords est un jeu extrêmement simpliste dans ses idées qui ne devrait plaire qu’à un public de tout nouveaux venus effrayés par la concurrence. Mais du coup, pour combien de temps ? Espérons que ce Stronghold sera davantage qu’un simple tuto du genre et surtout, que son mode multijoueur, principal attrait du jeu finalement, sera de qualité.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire