Rapide Critique

Papetura

BassKass
Publié le 8 juin 2021

Développeur

Petums

Éditeur

Petums

Date de Sortie

7 mai 2021

Prix de lancement

10 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Oui, Papetura est un jeu très court. Voilà, c’est dit et entendu, c’est une expérience qui vous tiendra un petit après-midi ou une soirée. Papetura est un jeu très court parce que son ambition plastique est folle. Tomasz Ostafin, son unique créateur – musique et effets sonores mis à part – l’a fabriqué de ses propres mains, littéralement. Tomasz a pris du papier, des ciseaux, de la colle, des petites lumières chaudes et il a fabriqué un monde de fibres et de carton. Ce qu’on assimile d’habitude à des loisirs créatifs de mercredi après-midi au centre aéré, des constructions enfantines dont la durée de vie n’excède pas 2 jours sous les assauts du petit frère ou de la petite sœur, Tomasz en a fait un jeu vidéo.

Le petit monde de papier de Tomasz, c’est le décor de Papetura. Les petits êtres de cellulose pliés et collés, ce sont les personnages de Papetura. Et cela suffit à en faire une des expériences visuelles les plus charmantes et magnétiques de ce début d’année. La langue de papier boudeuse que le joueur manipule dans un point’n click directement inspiré des productions Amanita, voit son microcosme d’origamis menacé par une vilaine ombre à tendances pyromanes. Et c’est tout. Pour emmener le joueur plus loin Papetura n’a pas besoin de beaucoup plus de narration : le jeu est muet, à l’exception d’adorables petits cris ou bougonnements de personnages, et ne s’autorise que quelques éléments dessinés pour communiquer. La surprise du prochain tableau, l’émerveillement lorsque la moindre loupiotte illumine le petit théâtre de papier prenant vie sous les clics sont les moteurs de la persévérance du joueur, qui se trouve embarqué par l’ingéniosité minutieuse des lieux. Le rythme des pas du héros est lent, certaines énigmes volontairement traînardes, mais on se prend à tout pardonner face au bruissement du décor, au tintement organique de la musique du compositeur Floex et à la grandeur de l’architecture faite main.

Parfait jeu cocon, qui se montre accessible avec un système d’indices malin – le jeu est en cela perché sur l’épaule des adorables créations Amanita – Papetura absorbe le regard, stimule l’écoute, et n’a rien à envier aux plus jolies créations en stop motion du monde de l’animation. Prenez votre temps dans Papetura, son ambiance est une récompense permanente qui saura réconforter votre petit cœur en papier tout froissé.

 

Laisser un commentaire