Critique

We Were Here Forever

CactusSinger
Publié le 2 juin 2022

Développeur

Total Mayhem Games

Éditeur

Total Mayhem Games

Date de Sortie

10 mai 2022

Prix de lancement

17,99€

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Après trois itérations de plus en plus ambitieuses de leur concept d’Escape Game coopératif, Total Mayhem Games revient avec un 4ème opus de leur série We Were Here pour le plus grand plaisir des amateurs d’aventure et de casses têtes asymétriques à résoudre entre amis. Le plus ambitieux de la série jusqu’à maintenant, Forever arrive-t-il à capitaliser sur les réussites de ses prédécesseurs pour nous offrir le grand jeu d’aventure tant attendu ?

Prison break

Sans introduction ou presque, à peine une obscure cinématique stylisée donnant un vague contexte cryptique, vous et votre compagnon d’infortune vous réveillez seuls, dans une cellule de ce qui de prime abord ressemble clairement plus à celle d’un donjon qu’à une cellule de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Séparé physiquement de votre partenaire, vous êtes tout de même en possession d’un Talkie-Walkie permettant de garder le contact entre vous et ainsi de vous partager des informations cruciales. Et c’est bien là que réside le cœur principal du game design de We Were Here Forever, il vous faudra constamment collaborer et communiquer pour venir à bout des puzzles et énigmes vous barrant la route et parvenir à vous échapper. A tout de suite noter ici, il est important de bien se servir du canal vocal inclus dans le jeu et non pas d’un autre canal alternatif. En effet, l’un des éléments de l’immersion de ce jeu (même si cela peut vous amener à vous arracher les cheveux) est le même principe que pour ses prédécesseurs : si vous êtes 2 à essayer de parler, personne n’entend rien. Il faudra donc être attentifs et à l’écoute !

Vous l’aurez donc compris, We Were Here Forever est un jeu d’aventure en co-op jouable à 2 principalement basé sur des puzzles et énigmes asymétriques. Comprenez par-là que dans cet Escape Game interactif, chaque protagoniste aura un point de vue différent (vous serez d’ailleurs souvent physiquement séparé au cours de l’aventure) et possédera seulement une partie des informations et des interactions nécessaires pour résoudre l’énigme vous faisant face. La collaboration sera donc obligatoire pour avancer. La première étape étant souvent de comprendre ce qui vous est demandé, et ça passera très souvent par l’observation et la description de votre environnement à votre partenaire, qui en fera de même et essayera de recoller les morceaux avec ce que lui voit, et ce avec quoi il peut interagir de son côté.

Renouvellement perpétuel

4ème jeu de la formule We Were Here, dont le premier opus est d’ailleurs toujours jouable gratuitement sur Steam, Forever vient proposer ici une suite reprenant les bases de ses prédécesseurs mais en plus grand, plus beau, et plus diversifié. Il parvient même, que ce soit dans le jeu lui-même ou dans la série entière, à faire varier les plaisirs. Peu, voir aucune redite au niveau des énigmes et puzzles (même si on retrouve certains concepts vu dans les épisodes précédents) et il parvient toujours à garder une fraicheur intacte de la découverte d’une nouvelle zone et donc de nouvelles énigmes tout au long de son aventure, ce qui est très fortement impressionnant. Et j’insiste bien sur ce point : certaines situations sont vraiment atypiques et très bien pensées (mention spéciale à l’énigme du Kraken où il faut reproduire à votre coéquipier les sons émis par la créature). Le jeu fait en sorte de nous pousser dans nos derniers retranchements afin de fournir certaines explications à notre partenaire, parfois jusqu’à en être incompréhensibles pour nous-mêmes si on ne prend pas le sujet dans le bon sens. Ceci dit, quel plaisir de laisser à notre compagnon un jovial « eh ben débrouille toi avec ça je ne peux pas faire mieux … ».

On y trouvera donc des énigmes parfois complétement asymétriques, où un joueur a les infos et doit diriger l’autre, et à l’inverse, des énigmes où les 2 partenaires seront sur un pied d’égalité et devront agir chacun de leur côté. Il arrive également, contrairement aux jeux précédents, de pouvoir se retrouver au même endroit et donc de pouvoir choisir qui se chargera de quelle tâche dans la résolution de l’énigme. On notera aussi que la série a appris de ses erreurs du passé, en évitant de proposer des énigmes impossibles à résoudre pour les personnes atteintes de daltonisme (ce qui était le cas pour mon binôme lors de ce test d’ailleurs). Chaque fois qu’une couleur est présente, elle est constamment associée à une forme géométrique afin que tout le monde puisse s’y retrouver. Finis les moments de solitude après un « mais si, il faut aligner les couleurs pour avoir vert, bleu, rouge, vert… ».  La difficulté est également bien plus progressive ici, avec des puzzles très simples proposés au début pour bien comprendre le principe de ce qui va vous être demandé par la suite.

Emerveillement et questionnement éternels

Au niveau des environnements, Forever propose une 3D stylisée vraiment satisfaisante et un beau step up par rapport aux précédents, avec notamment pas mal de variété dans les jeux de couleurs, donnant lieu à des passages vraiment très beaux. On visitera ici plusieurs environnements tels les prisons de Castle Rock, les alentours enneigés ou encore une petite visite en plongée sous-marine, le tout dans une ambiance assez oppressante, et franchement bien fichue, même si elle reste assez bon enfant au final et qu’on n’est clairement pas dans un jeu d’horreur/angoisse, mais plus dans un conte qui aurait mal tourné. C’est dans tous les cas une ambiance saisissante, supportée par une superbe bande son qui sait aussi se faire discrète quand il le faut. Et rien de plus gratifiant que d’entendre le petit son de résolution d’énigme de la série après chaque moment « Eureka ! ».

Petit regret cependant, même si le jeu ne nous a jamais promis qu’il le ferait : l’histoire globale qui sert à lier tous les puzzles entre eux est certes agréable niveau ambiance mais est complètement décousue et incompréhensible si vous appréciez un jeu structuré et logique. On ne sait pas ce qu’on fait là, on ne sait pas à quoi sert ce que l’on fait, et les finalités de nos actions sont… étranges. Bref, rien de rédhibitoire en soit, on n’est pas là pour ça mais c’est quand même un peu dommage. Si Portal a réussi à le faire, certes dans un style bien différent, pourquoi pas lui ?

We Were Here Forever remplit haut la main son contrat, à savoir nous proposer une aventure coopérative remplie à craquer d’énigmes, de puzzles ou autres casses tête qui vous feront suffisamment chauffer les méninges à vous et votre partenaire pendant une bonne douzaine d’heures. Rien d’insurmontable toutefois, et la difficulté reste bien dosée tout au long du jeu. Avec ses différents environnements, sa variété dans les situations, et son ambiance unique aidée par une belle palette de couleurs et de très bonnes musiques, Forever est un moyen idéal de passer quelques bonnes soirées coopératives. 

Laisser un commentaire