Rapide Critique

Tactics Ogre Reborn

Crim
Publié le 15 décembre 2022
Tactics Ogre Reborn

Développeur

Square Enix

Éditeur

Square Enix

Date de Sortie

11 novembre 2022

Prix de lancement

50 €

Testé sur

Nintendo Switch

Tactics Ogre, portant l’appellation Reborn pour sa mouture de 2022, rivalise très facilement avec les jeux Sony dans le game du remaster. Paru dans un premier temps en 1995 sur Super Nintendo, puis adapté sur Playstation 1 et Saturn, il est ensuite arrivé sur la console virtuelle de la Wii et sur PSP en 2010. Douze ans plus tard, fort d’une sacrée réputation, il débarque sur l’ensemble de nos machines en cette fin d’année 2022, avec quelques options de confort supplémentaires.

Tactics Ogre est un grand jeu au point de faire partie de ce groupe de jeux référence, sans lui il n’y aurait pas eu de Final Fantasy Tactics dont il est le parent direct (Square Soft à l’époque ayant acheté le studio Quest, développeur d’origine du jeu, pour en faire une version dans l’univers d’Ivalice de Final Fantasty). Et il faut dire que le jeu n’a pas pris une ride dans ses mécaniques plus de 25 ans après sa sortie originale. On y retrouve toute une pléthore de mécaniques, avec de la gestion d’éléments, où chaque soldat a une affinité avec l’un des 8 éléments, des buffs positifs, négatifs, de la synergie de placement en fonction des compétences des personnages, plus de 20 classes différentes, et surtout, une gestion des lignes de visée. Ainsi, un archer au pied d’une maison ne pourra pas attaquer quelqu’un de l’autre côté de celle-ci, ou un magicien lancer une boule de feu si un de ses compagnons est juste devant lui, sous peine de lui infliger des dégâts, car oui, il y a du Friendly fire dans Tactics Ogre, vous poussant à vraiment anticiper vos déplacements.

Le tout est accompagné d’une très longue campagne, où vos choix, qui influenceront votre alignement et du coup sur votre relation avec vos soldats, vous feront vivre une aventure unique, vous offrant une forte re-jouabilité. Déjà présent à l’époque, afin de ne pas trop frustrer le joueur par un mauvais choix lors des combats, il est possible de revenir jusqu’à 20 tours dans le passé, afin de changer sa stratégie pour éviter de voir son armée tomber. Surtout que le jeu s’offre des pics de difficulté bien vénères. Et pourtant dans ce remaster le jeu a été revu. La gestion du level up et des compétences de vos héros est maintenant automatique, avec un level max imposé par groupe de missions, évitant ainsi des ennemis beaucoup trop forts, ou au contraire, faire de vos soldats des gros Bill en abusant des escarmouches libres disponibles entre chaque mission.

Choix très curieux du titre, la taille de ses maps. Un peu trop grandes, provoquant une mise en place un peu longue avant de commencer les affrontements (comptez bien deux tours), mais trop petites pour réussir à provoquer plusieurs fronts, notamment par l’absence de goulot d’étranglement sur la quasi-totalité des cartes. Sachant que les objectifs seront quasiment toujours les mêmes (tuer le chef ennemi), on se retrouve à avancer plus ou moins de la même manière, en adaptant un peu notre équipe en fonction du besoin de faire des dégâts à distance ou non.

Dernier gros ajout de ce remaster : la traduction du jeu en français qui est de qualité. Par contre, on aurait aimé un peu plus de travail sur la lisibilité. Si la 3D isométrique est parfaitement adaptée pour ce genre de titre, avec des cartes très verticales et sans gestion de transparence, la lisibilité en prend un sacré coup. Tout comme le fait de reconnaitre ses unités, et pour deux raisons. La première est que certains personnages ne ressemblent absolument pas à leur portrait, la couleur des cheveux des personnages ne correspond pas à celle de leur portrait, alors que c’est l’unique trait différenciant deux personnages de même sexe et de même classe. Et surtout, et ça, le jeu ne l’apprend pas au joueur : si vous n’appuyez pas sur R3 (désolé, aucune idée de la touche sur le combo clavier/souris) pour mettre en surbrillance colorée vos alliés et vos ennemis, vous n’arriverez pas à faire la différence entre les deux. Enfin, on voit que le soin n’a pas été apporté jusqu’au bout étant donné qu’il est possible de reconfigurer les touches de votre clavier, même sur Switch.

Au final, Tactics Ogre Reborn est un très grand jeu, dans lequel il peut être très compliqué d’entrer dedans si vous n’êtes pas habitué au tactical RPG tellement ses mécaniques sont riches. Mais si c’est le cas, les pics de difficulté et les quelques problèmes de lisibilité ne devraient pas vous freiner. 

how to say goodbye
How to say goodbye

Comment faire son deuil lorsque la personne qui est morte, c’est nous ?

Grunnd

Le jeu qu’on a fini, mais dont on n’a rien compris.

Laisser un commentaire