Hardware

Roccat Magma

Howler
Publié le 14 janvier 2023

Constructeur

Roccat

Date de Sortie

30 Mai 2021

Prix Conseillé

59,99€

Avec la sortie du Vulcan AIMO 100 en 2018, Roccat a continué sur sa lancée avec une série de déclinaisons pour parfaire au maximum la formule de son élégante (mais plutôt coûteuse) gamme de claviers. Avec cette nouvelle ligne éditoriale, les petits porte-monnaie étaient un peu oubliés mais le problème est maintenant corrigé avec le Magma.

Le clavier Gaming à petit prix

Qui dit « petit budget » dit forcément « économie ». On oublie les matériaux solides comme l’aluminium pour repartir sur du bon plastique rugueux à l’ancienne et surtout, on oublie les switch Titan pour repasser sur des membranes. Rien de réducteur là-dedans, pour 50€, vous aurez tout de même un clavier solide, réactif et même équipé d’un repose poignet amovible, un fait suffisamment rare pour être souligné. Cependant, en comparaison avec mon Vulcan 122 et sa plaque d’aluminium, on oublie rapidement que sa légèreté va le rendre plus sensible aux mouvements. Mais, ce qui tape à l’œil dès le déballage du clavier, c’est évidemment cette grosse plaque blanche opaque. Éteint, c’est un peu étrange, mais une fois le circuit électrique alimenté, c’est pas moins de dix LED qui s’allumeront pour mettre un peu de couleur dans vos vies.

Forcément, si vous êtes réfractaire à tout ce qui fait de la lumière sous vos doigts, oubliez tout de suite ce clavier, mais pour les autres, Swarm, le logiciel de Roccat, saura satisfaire votre soif de couleur. On est, évidemment, très loin du potentiel que propose les doubles LED du Vulcan II MAX, mais à part ça, on reste sur les mêmes fonctionnalités. Aussi, la customisation de vos touches avec un mode Shift est disponible sur ce clavier. Cette fonctionnalité permet de pouvoir customiser l’entrée des touches lorsque le easy-shift est activé. C’est assez spécifique et on est conscient que très peu de gens se perdront dans ces options, mais elles ont le mérite d’être là et pas seulement accordées aux clavier haut de gamme.

Je suis sur clavier mécanique depuis presque 10 ans (si je mets à part mon vieux Logitech du boulot), je n’étais pas retourné sur un membrane de bonne facture depuis, je tiens donc à souligner que je suis plutôt impressionné. Les touches, très silencieuses, nécessitent une force de frappe plus grande pour être activées que sur des switch, mais celles-ci sont réactives et même en écriture rapide, où on a tendance à effleurer certaines touches. Dès que la pression est faite, vous êtes sûr que c’est validé ! D’ailleurs les touches sont certifiées anti-ghosting, une fonction bienvenue pour appuyer sur plusieurs touches en même temps, tout sera pris en compte.

Comme pour tous les Roccat, les touches sont surélevées sur la surface plane du clavier. Outre l’élégance de cette disposition, c’est aussi pratique pour le nettoyage. Poussière, miette, poils et autres saletés se coinçant entre les touches pourront être rapidement dégagées à l’aide d’une soufflette ou d’un pinceau. C’est évidemment quelque chose qu’on voit de plus en plus sur les clavier « gaming », mais rarement pour les membranes, préférant souvent implémenter les touches dans la structure (et favorisant l’effet « réservoir »). En revanche, ce n’est pas le cas du repose poignet, dont les rainures fines cisailleront votre paume de la main et garderont votre transpiration. Il ne faudra pas hésiter à l’attaquer au coton tige alcoolisé régulièrement.

Si vous n’êtes pas allergique à tout ce qui est RGB et que vous ne souhaitez pas mettre un prix à trois chiffres dans un clavier, il se pourrait que ce Magma soit votre nouveau chouchou. Ce clavier sait rester modeste en proposant le strict minimum sans pour autant se priver des points forts de la marque. Cependant, sur le bureau, il est loin d’être discret, et son repose poignet rigide sera votre plus gros calvaire à nettoyer. Mais à ce prix-là, il devient difficile de bouder son plaisir.

Scathe

Doom sous xanax

Ixion

Exploration galactique à bord d’une station spatiale

Card Shark

Oui je triche, mais j’ai le droit !

Laisser un commentaire