Rapide Critique

Hammerwatch II

Bestio
Publié le 19 septembre 2023

Développeur

Crackshell

Éditeur

Modus Games

Date de Sortie

15 août 2023

Prix de lancement

24,99 €

Testé sur

PC

Après un premier épisode sorti en 2013 (oh la vache, déjà 10 ans !), puis un spin off plus orienté roguelite sorti en 2018, l’équipe de Crackshell est de retour avec Hammerwatch II. Et cette fois-ci les développeurs ont vu les choses en grand… peut-être même un peu trop pour le bien du jeu en fait.

Ce second épisode est la suite directe du premier. Vous commencerez donc votre aventure dans le château d’Hammerwatch, juste après avoir terrassé le dragon rouge qui en était le boss final. Vous devrez dans un premier temps fuir la forteresse qui est en train de s’écrouler. Enfin à l’air libre vous pourrez vous rendre au village voisin pour apprendre ce qu’il s’est passé en votre absence. Et malheureusement, l’heure ne sera pas aux réjouissances. L’Abominable Blight a renversé le Roi Roland et sème maintenant la destruction à travers tout le royaume d’Herian. Une seule solution, prendre la mer pour atteindre Aventurine la capitale et rejoindre la résistance qui se terre dans les égouts.

Cinq classes sont disponibles : Paladin, Rôdeur, Roublard, Mage et Sorcier. Chacune possède tout un ensemble de compétences qui se débloqueront au fil de votre progression. À chaque fois que vous monterez de niveau, vous pourrez améliorer vos caractéristiques principales (force, intelligence et dextérité) et vous aurez des points de talent à dépenser pour soit renforcer vos pouvoirs, soit en acquérir de nouveaux. Vous pourrez également obtenir des effets supplémentaires. Le coup d’épée aura plus de portée, les ronces empoisonneront vos adversaires, tant que votre loup sera à vos côtés les dégâts reçus seront réduits, etc. La personnalisation est vraiment bonne et au bout de quelques heures vous aurez de nombreuses compétences à disposition.

Graphiquement le titre est magnifique. Le pixel art est vraiment fin, les animations sont bonnes, les éclairages sont bien gérés, toutes les statistiques des personnages sont listées dans un superbe grimoire… du coup je ne comprends pas pourquoi les cartes sont aussi moches. Et outre leur aspect, elles sont quasi inutiles car il y a très peu d’indications dessus, vous les ouvrirez une fois pour voir où se trouve tel ou tel village et vous n’y toucherez plus jamais.

Le jeu regorge de quêtes réparties en quatre catégories : les principales (tuer Blight la liche, Doombringer le dragon noir, récupérer différentes clés magiques…), les nécessaires pour avancer dans l’histoire (récupérer le grappin par exemple), les secondaires (il y en a énormément, que ce soit pour retrouver telle ou telle personne perdue, aller voir ce qu’il se passe à tel endroit, etc.) et enfin les répétables qui sont souvent des missions de collecte de ressources. Tout cela sera évidemment répertorié dans votre grimoire, mais je vous conseille tout de même de prendre des notes à côté car il y a énormément de quêtes et même si le jeu est très bavard, vous n’aurez parfois que le nom de la personne qui vous l’a donnée. Autant dire que rapidement vous ne saurez plus qui vous a donné quoi ni où (et je le rappelle, la carte est infâme).

Puisque j’ai commencé à râler, je vais continuer. Comme je le disais en introduction, le jeu veut trop en faire. Vous pouvez pêcher, cuisiner, fabriquer des armes et armures, les enchanter, concocter des potions, mais au final vous aurez surtout un inventaire rempli de choses dont vous ne savez pas quoi faire. La première fois que vous rentrerez dans une grotte par exemple, vous serez tout content de trouver des champignons pour faire une petite poêlée. Après quelques heures, vous en aurez 3500 dans votre sac ! L’idée d’un monde « réaliste » semble bonne, sauf que c’est plus contraignant qu’autre chose. Cela se traduira surtout par aller voir 10 marchands différents en ville car chacun n’accepte que certains objets, aller à l’auberge lorsqu’il commence à faire nuit car tous les PNJs vont dormir et que vous ne pourrez plus faire grand chose, le Capitaine qui vous permet de naviguer entre les îles ne sera pas là par exemple. Ça n’apporte rien si ce n’est ralentir le rythme.

Et croyez-moi, le jeu n’a pas besoin de ça pour être lent. Les combats sont sympas, les personnages réagissent bien, les compétences sont variées, aucun problème à ce niveau. Par contre vous passerez la majorité du temps à marcher. Il y a bien un service de voyage rapide, sauf que sa zone d’activité est très restreinte. D’ailleurs à la fin d’un donjon (même si c’est une tour de 7 étages), n’espérez pas repartir rapidement, il faudra faire le chemin du retour à pied, le fun… C’est vraiment dommage car les zones sont variées mais on n’a parfois même pas envie d’explorer de peur que ce soit trop long pour faire demi-tour si c’est juste une énième « caverne mystérieuse » sans aucun but ni récompense à la clé (d’ailleurs ayez toujours des clés de bronze, argent et or sur vous car certaines parties de donjon sont verrouillées et si vous n’avez pas pensé à en acheter en ville vous serez obliger de… de… et oui, faire l’aller-retour pour en récupérer).

Pour moi Hammerwatch II est un gros gâchis. Ils avaient tout pour faire un titre incroyable, mais à trop vouloir en faire un vrai RPG je pense sincèrement qu’ils ont perdu le fun des premiers jeux en chemin. Il plaira sûrement à certains joueurs (le jeu gère d’ailleurs les mods en prévision de tout ce que pourra proposer la communauté), mais pour ma part le rythme est beaucoup trop lent pour me tenir en haleine. C’est vraiment dommage car je l’attendais avec impatience. Je n’ai plus qu’à espérer un Heroes of Hammerwatch II pour pourfendre des monstres dans la joie, la bonne humeur et surtout sans temps morts !

Hexle
Hexle

Sudoku en hexadécimal

Stray Shot
Stray Shot

Tirer plus pour gagner plus

Laisser un commentaire