Final Exam

En plus d’avoir un logo bien cool, les petits gars de chez Mighty Rocket Studio ont un passif de qualité. Ce sont des anciens d’Hydravision, les talents ayant créé deux épisodes d’Obscure, une série de survival-horror plutôt sympathiques. Depuis, le studio a coulé et certains se sont précipités pour continuer l’aventure sous une autre forme. Anciennement nommé Obscure, Final Exam est leur réponse à tous ceux qui aiment les clichés du film d’horreur au lycée, prenant la forme d’un beat’em all aux nombreuses originalités…

Un Left 4 Dead en 2D ?

Brutal Joe le quaterback, Cassy la rockeuse, Nathan le geek et Sean la brute sont des clichés, certes, mais ils sont aussi les héros de cette histoire. Alors qu’ils se rendent à leur ancien lycée, les quatre camarades débarquent dans une petite ville envahie par des monstres en tout genre. N’écoutant que leur courage (et leur folie), ils décident de faire le ménage dans cette bouche de l’enfer fraichement ouverte. C’est ainsi qu’on se retrouve avec un pur beat’em all dans le principe.

Dans le principe seulement, car Final Exam propose quelques originalités très plaisantes. Jouable seul ou jusqu’à quatre joueurs, en local ou en ligne, le jeu ne se contente pas de vous guider dans un niveau ultra linéaire défilant indéfiniment sur la droite de l’écran. Ici, la zone est « ouverte » bien qu’en 2D et va vous demander de vous rendre à plusieurs endroits pour aller sauver quelques enfants, aider des mécanos à vous ouvrir la porte qui mène au niveau suivant, trouver des pièces de rechange pour réparer un véhicule ou que sais-je encore…

Left 4 Dead est passé par là, la référence est évidente. Seul, honnêtement, on s’ennuie méchamment, mais en multijoueur cela prend beaucoup d’intérêt. On vous conseille d’ailleurs d’y jouer en ligne puisqu’ainsi, vous pourrez totalement vous séparer. C’est certes une mauvaise idée dans les films, mais là, c’est plutôt pratique pour gagner du temps. Attention cependant: des hordes sont constamment signalées par une grosse alarme et vous demandent d’exploser du monstre à la chaîne pendant quelques secondes sans que vous puissiez reprendre votre souffle.

Pas si Obscure que cela…

Sur une dizaine de niveaux, Final Exam se comporte de façon plutôt répétitive, mais honnête. Vous finissez un niveau aux plusieurs objectifs (de recherche et/ou de protection) puis devez quelquefois affronter de gros boss bien impressionnants et aux combats franchement trépidants. En fonction de vos résultats, vous gagnez deux types de bonus : ceux qui améliorent vos caractéristiques (Force, Vie, Dexterité…) et qui vous permettent d’acheter des compétences améliorant vos personnages.

C’est ainsi que les combats un peu mous des premiers niveaux se transforment en joli foutoir organisé du plus bel effet. Vous obtenez en effet la possibilité d’envoyer en l’air ou au sol votre ennemi, en enchaînant avec une glissade, esquivant son attaque désespérée pour ensuite charger votre arme et le faire décoller du sol d’un grand coup bien placé. À deux, c’est génial. À trois, c’est très fun. À quatre ? C’est jouissif. Seul par contre, c’est sans aucun intérêt.

Final Exam est typiquement le genre de jeu qu’il est impossible de critiquer avec facilité tant son potentiel de fun est exponentiel au fil des niveaux. Alors oui, vous ne vous ferez pas trois niveaux d’affilés, autant garder de quoi faire de moyennes sessions de jeu pour ne jamais trouver le tout répétitif (car mine de rien, les aller-retour sont assez énervants au bout d’un moment), mais le jeu de Mighty Rocket Studio est une vraie réussite et amusera les amateurs du genre.

Ce n’est clairement pas un grand jeu, mais c’est un bon jeu. De quoi faire taire les mauvaises langues qui criaient à l’arnaque quand le jeu s’appelait encore « Obscure ». Les mêmes langues qui n’ont pas acheté l’ancienne franchise sans doute, mais qui la vénèrent désormais pour être dans le coup ! Les mêmes qui joueront à Final Exam avec plaisir, sans jamais l’avouer sans doute. Désormais, nous suivrons Mighty Rocket Studios avec beaucoup d’intérêt.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire