Journal

Toujours ce mythe de raconter quelque chose avec du jeu vidéo. Toujours cet essai transformé à plus ou moins grande échelle. Toujours cette même conclusion : ce n’est pas un mythe, c’est une réalité. Les développeurs vivent, le jeu vidéo raconte…

L’histoire d’une chipie

Richard Perrin, déjà auteur de Kairo, nous plonge dans une histoire écrite par une Melissa Royall plus que concerné. Mais cela, vous le saurez en jouant à ce titre au demeurant fort quelconque. Dans un bloc note qui s’anime, aux dessins plus que rudimentaires, vous découvrez la vie d’une jeune collégienne qui n’en fait qu’à sa tête. Elle vole, elle n’hésite pas à trahir ces amis et pose tout cela dans un journal aux pages vierges mais que vous complèterez tout au long des cinq jours de jeu. Et vous découvrirez rapidement qu’il y a une bonne raison à tout cela. Votre héroïne vous cache quelque chose…

Vous passez d’un endroit à l’autre en allant à la gauche ou à la droite du bloc-note, sur un plan en 2D très simple. Vos seules interactions sont la faculté de sauter et d’utiliser la barre Espace pour interagir avec les personnages et l’environnement. Le reste, c’est du dialogues et des choix de réponse. Classique ? Mais efficace ! L’écriture est plus que soignée et fait même la part belle a tout le reste. Techniquement, le jeu est très quelconque, un peu cassé lorsque vous allez trop vite et que vous voyez votre personnage sortir du décor, mais le tout fonctionne quand même très correctement.

Tiré d’une histoire vraie

Certaines fois doublés, surtout dans les passages les plus importants, les dialogues du jeu sont entièrement en anglais et sont fort peu pratiques pour ceux y recherchant une aventure accessible. Mine de rien, tout est dans les dialogues, l’intérêt visuel est très pauvre. Les musiques sont toutefois de qualité et nous transportent lentement dans un monde pas franchement si naïf et « collégial » qu’on peut le penser en début de partie. De belles pièces de théâtre, réalisée chichement mais narrées encore une fois avec talent, nous en disent plus sur le contexte de l’histoire principal. Tout est fait pour ne rien vous expliquer, pour que vous deviniez tout de vous même, histoire que le choc scénaristique soit des plus efficace.

Ce serait honteux de vous spoiler, tant tout l’intérêt du jeu est dans son scénario. Mais sachez que sa fin m’a retourné et que mine de rien, cela a eu son petit effet sur ma personne. Un jeu qui est capable de vous faire verser quelques larmes en moins de deux heures, on ne peut pas dire que c’est un échec, bien au contraire. Reste qu’il ne propose quasiment aucune rejouabilité (si ce n’est une fin cachée) et qu’une fois terminé, vous n’y reviendrez pas. Pour 8,99 €, c’est surtout à conseiller aux amateurs de belles histoires réalistes. Les autres attendront que le prix baisse pour se laisser transporter !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

Laisser un commentaire