Wooden Floor

Wooden Floor est un jeu d’épouvante développé et édité par Pheenix93, en vue à la première personne, sensé nous donner la chair de poule et des sueurs froides. Qu’en est- il réellement? Ce jeu m’a fait peur, alors que je découvrais un menu principal minimaliste, exempt de tous réglages graphiques qui eux aussi ont dû fuir précipitamment suite à une frayeur terrible, je me retrouvais sans préambule ni même l’ombre d’un scénario, allongé dans un lit et me levais d’un coup pour découvrir une chambre aux fenêtres ouvertes et aux rideaux aux allures de serpillière qui tanguaient timidement au gré du vent.

Le jeu qui fait peur…

C’est alors que mes cheveux se dressèrent sur ma tête, elle était là! Trônant au milieu de la pièce, la plus horrible des modélisations 3D d’une table en bois qui m’ait été donnée de voir ! Je retiens un haut le cœur et tente de maîtriser ma souris tremblante d’effroi, mais ce lieu démoniaque était loin d’en avoir fini avec moi : à côté de la table se tenait une chaise ainsi que quelques pièces de mobilier, tous d’hideux cousins de l’horrible table. Je ne puis me retenir plus longtemps et je tombais à genoux et vomissais le contenu de mon estomac.

Je parvins à me ressaisir et me relevais au prix d’un effort immense tout en essuyant la commissure de mes lèvres d’un revers de la manche. Je sentais mon cœur battre à un rythme effréné et je dus me concentrer à l’extrême afin de distinguer cette brique rouge au milieu de la table…

“Ah mon dieu!” m’écriais-je.
“Ce n’est pas une brique! C’est un livre!”.

Wooden Floor est en fait une succession de pièces fades au mobilier cloné d’une zone à l’autre dans lequel vous devrez trouver une clé afin d’ouvrir la porte menant à la pièce suivante. Les zones en question sans aucune originalité tenteront de vous faire peur avec des clichés tels que: les tableaux qui bougent ; la pièce qui se remplit d’eau ; des livres qui se collent au plafond ; des couloirs qui s’étirent et des yeux qui brillent dans le noir… Bref, toute l’artillerie possible et imaginable d’un mauvais film d’horreur.

Argent perdu

Chacun de vos pas déclenchera un son de grincement qui au bout de quinze minutes vous énervera et c’est à demi fou, l’œil injecté de sang et l’écume aux lèvres que vous parviendrez au bout d’une petite poignée d’heures devant un boss ridicule et une fin de jeu qui ne vous expliquera strictement rien.

C’est donc avec les meilleures intentions que je vous déconseille de dépenser 5,99 € pour ce tas d’immondices visuel qui vous fera mal aux yeux tant les lumières du jeu sont faibles. L’extrême pauvreté graphique mêlés à une bande son pourtant correcte montrent que quelqu’un chez Pheenix n’a pas fait son boulot car si le thème musical est agréable et immersif, le côté visuel repoussant gâche tout ainsi que le manque d’originalité et la rareté des actions que le joueur peut effectuer. Vous vous ferez donc royalement chier à chercher des clés tout en subissant des effets de style aussi terrifiants qu’une pâquerette. Amateurs de sensations fortes passez votre chemin…

MarcheMort

Rock ’n’Rôliste sadique d’alignement loyal mauvais, il aime la littérature anglaise et faire rouler les dés et les têtes. Il déteste les arcs en ciel, les poneys et les escaliers en colimaçon. Joueur de jeux vidéo compulsif depuis le règne de Justinien, il a joué en LAN avec Abdul Al Hazred. Il pratique la nécromancie au quotidien et voue un culte à Cthulhu lorsqu’il est en robe de chambre. Pour lui le jeu de rôle est un style de vie et il parle de lui à la troisième personne pour faire croire à ses lecteurs qu’il n’a pas écrit sa bio’ lui-même à quatre heures du matin. Twitter : @Marchemort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.