Smash Cops

Premier jeu de Hutch Games, un studio créé il y a à peine un an part d’anciens développeurs de grosses franchises sur console, Smash Cops percute l’AppStore. Le carambolage vaut-il ses 2,39 € ?

Le gendarme et le voleur…

L’idée est vieille comme le monde et est universelle dans les cours de récréation. Seulement ici, elle prend une dimension plus rurale et motorisée. Vous êtes une voiture de police devant enchaîner différentes missions. Les poursuites tout d’abord : vous devez frapper une (ou plusieurs) voiture(s) ennemie(s) s’échappant du lieu du crime. Pour cela vous avez bien entendu vos talents de conducteur (dont nous reparlerons plus bas) mais aussi un petit boost. Celui-ci se recharge automatiquement toutes les 30 secondes environ et permet soit de prendre un peu d’avance, soit de frapper violemment la voiture qui se trouve en face de vous. Une fois sa jauge de “vie” vidée, l’ennemi est arrêté. Brutal, sans aucune logique, mais complètement fun.

Il y a aussi des courses avec des collègues, des checkpoints à atteindre ou encore quelques variantes avec une piste d’entrainement à traverser sans toucher un seul des cônes positionnés sur le tracé. C’est tout au long d’un peu plus d’une trentaine de missions que Smash Cops montre ce qu’il propose : du fun immédiat, qui fonctionne parfaitement et surtout, qui se montre particulièrement enchanteur graphiquement pour tout amateur du genre. En vue aérienne, comme à la télévision, vous aurez le droit à des effets de lumières saisissants, de très bonnes modélisations et au final un jeu franchement sympathiquement visuellement. Des effets de “chocs” entre les véhicules sont aussi au rendez-vous puisque si vous frapper une voiture ennemie sur un de ces “cotés”, vous aurez le droit de la voir enchaîner les tonneaux en l’air, au ralenti, de la plus belle de façons : l’ambiance sonore en profite pour prouver son excellence dans ces quelques moments jouissifs.

Deux gameplays, une patinoire…

Il n’y a pas de ville libre, mais bien un menu classique avec plusieurs épreuves qu’il est possible de lancer dans l’ordre que l’on veut. C’est un jeu iOS avant tout, c’est pourquoi on retrouve les codes du genre : des étoiles de réussites, des bonus à collecter dans chaque épreuve (trois morceaux de Donuts géants) et depuis peu grâce à une mise à jour importante, des scores à battre pour voir l’épreuve estampillée d’une petite médaille faisant toute la différence sur votre performance et celle de vos amis.

Là où le bât blesse, c’est clairement dans le gameplay. Deux types de contrôles sont proposés : tout d’abord avec un tactile “derrière” le véhicule qui vous demande de bouger avec lui. Pas du tout convaincant (surtout sur un iPod ou un iPhone), ce mode de gameplay est largement oubliable. À la place, on peut placer un stick analogique tout à gauche de l’écran et contrôler notre engin comme dans tout bon jeu tactile du genre : avec peu de précision, une voiture qui patine énormément, mais au moins avec une certaine efficacité. Au bout d’un moment, dix minutes de jeu non-stop, on s’y fait et on commence à réussir quelques précisions dans nos mouvements. Heureusement.

Parce qu’à côté, il y a un gros truc qui énerve rapidement : les coéquipiers. Contrôlés par l’intelligence artificielle, ils jouent très bien c’est une certitude… Mais ils vous bouchent toujours le passage ! Ils sont trop bien positionnés, n’hésitent pas quelquefois à vous pousser pour prendre votre place, c’est insupportable (et c’est finalement, le seul gros défaut du jeu). On reprochera aussi au jeu une évolution de la difficulté un peu bizarre : vous débloquer de nouveaux (et plus forts) véhicules tout au long de votre périple (et de votre obtention d’étoiles), mais arrivé autour du trentième niveau c’est un peu démesuré, vos ennemis vont très vite et forcément, le jeu vous force à obtenir les quelques étoiles que vous avez ratées précédemment. L’aspect “addictif” du jeu est là sublimé, par forcément pour le meilleur. Néanmoins, il vaut bien son prix et vous transformera magnifiquement vos moments d’ennuis en cop-show télévisé spectaculaire.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.