Interview – L'équipe de Akatapu (Nova Play 2014)

Interview – L'équipe de Akatapu (Nova Play 2014)

Nouvelle interview Nova Play et cette fois, on repart en Belgique à la Haute Ecole Albert Jacquard de Namur ou se trouve les étudiants de ce petit projet fort sympathique qu’on vous laisse découvrir ici. Le Nova Play a cette particularité de s’étendre sur une plus large zone en termes d’école représentée et honnétement, c’est tant mieux ! Pour le suivre ensuite sur leur blog, c’est par là

Photo de groupeBonjour à toute l’équipe. Commençons très simplement : pouvez-vous vous présenter à notre public, histoire de mieux vous connaître ?

Pierre-Emmanuel Soumois : Je suis développeur et Bachelier en informatique de gestion, donc rien à voir avec les jeux vidéo. C’est via une activité journalistique (Les players du dimanche) que j’ai découvert la 4éme spécialisation en jeux vidéo à Albert Jacquard et que celle-ci acceptait les gens possédant mon diplôme. Alors ni une, ni deux j’ai foncé, car j’ai toujours voulu travailler dans ce secteur, mais les études de développeur n’existaient pas encore à Albert Jacquard au moment où j’ai commencé mes études et je n’avais pas trouvé d’autre école orientée jeux vidéo à cette époque.
Martin Hanrez : Je suis Environment artist, Level Builder, animateur et accésoirement Chara Designer sur le projet, j’ai fais mes études à la Haute Ecole Albert Jacquard de Namur (Belgique) et y suis actuellement une spécialisation en jeu vidéo toujours dans la même école.
Corentin Ambroise : Bonjour, je suis Environment artist, Level Designer, Level Builder, et Lighting Artist sur le projet Atakapu . Je suis en 4 ème section jeu video à la Haute Ecole Albert Jacquard et j’ai vraiment trouvé mon bonheur dans ces études et j’ai hâte de rentrer dans la cour des grands même si je sais que ce n’est pas un milieu facile .
Elisabeth Dailliet : Bonjour, je suis quant à moi concept artist et chara designer ainsi que 3D artist à mes heures. J’ai suivi une formation accélérée en Jeux Vidéos à Albert Jacquard dont je suis aussi diplômée en graphisme-pub.
Coraline Gauthier : Moi je suis artiste 2D à la base, diplômée d’Albert Jacquard en Illustration et Animation 2D. J’ai décidé de suivre cette spécialisation jeu vidéo surtout pour améliorer mes compétences, en particulier au niveau de la 3D, et participer à un projet de groupe. Sur le projet, je m’occupe surtout de l’interface graphique et du sound design, et accessoirement de l’animation et de petits objets 3D.

Avez-vous déjà participé à de la création de jeu vidéo en groupe, dans le cadre d’un concours, ou est-ce la première fois ?

Pierre : Euh, est ce qu’un jeu de dame amélioré compte ? Sinon, c’est bien ma première expérience ^^.
Martin : L’année passé, une partie des membres de l’équipe (Corentin et moi-même) avait participé à la création d’un prototype de jeu dans le cadre de notre travail de fin d’étude mais nous n’avions pas eu la chance de participer en parallèle à un concours comme c’est le cas avec Nova Play.
Corentin : Ctrl+c Ctrl+v *Réponse de Martin*
Elisabeth : First Time 🙂
Coraline : Première fois aussi.

Comment a démarré l’aventure ? C’est vous qui avez contacté les organisateurs ou le contraire ?

Nous étions à la recherche d’un concours qui nous permettrait ainsi de créer une communauté autour de notre jeu pour recevoir un maximum d’avis des gens. C’est donc bien nous qui avons contacté NOVA pour le concours, encouragé par nos professeurs.

Parlez-nous de votre projet… Quel est-il et quelles sont ses originalités ?

Le jeu s’appelle Atakapu, qui est le nom des petits êtres de la planète sur laquelle notre aventure se déroule et que l’ont retrouvera tout au long du jeu. Avec Atakapu nous cherchons à faire un jeu facile à prendre en main, instantanément fun et sur lequel les joueurs les plus aguerris pourront se surpasser. Nous sommes donc parti sur la création d’un jeu de plateforme avec comme originalité un switch de capacités, passant de l’état d’agilité à celui d’attaque.
Dès le départ le jeu est pensé pour pouvoir être speedrunné ainsi que parcouru par des joueurs plus casual de telle façon qu’il trouve un écho auprès des deux publics.

Si vous deviez ne choisir qu’une inspiration parmi tous les jeux que vous aimez ?

Rayman Legends

Le milieu du jeu indépendant vous est-il familier ?

Pierre : En tant que joueur et journaliste uniquement.
Martin : Comme Pierre, pour l’instant uniquement en tant que joueur.
Corentin : Uniquement en tant que joueur.
Elisabeth Dailliet: Nope. Étrangement, je ne suis pas une grande joueuse (c’est pourquoi j’évite la partie game design du processus) mais le côté création visuelle est aussi énormément important et définit en grande partie l’âme d’un jeu avec le game design bien sûr!
Coraline : Familier, pas vraiment. Mais j’ai commencé à vraiment m’y intéresser il y a peu de temps après avoir testé Super Meat Boy, Limbo et Binding of Isaac.

Que pensez-vous de ces quatre dernières années ayant franchement bousculé le milieu AAA du jeu vidéo avec la scène indé ?

La scène indé apportent depuis ses débuts la fraîcheur et l’audace que les jeux AAA ne peuvent plus se permettre faute à des budget de production de plus en plus élevés. La scène indé permet de redonner un souffle nouveau au milieu du jeu vidéo en contrastant avec les suites de jeux AAA qui ont tendances à devenir légions (surtout dans cette fin de vie de la génération PS3-360).
L’avantage d’un jeu indépendant et qu’il devra justement faire preuve d’originalité pour se démarquer et compenser ses maigres moyens financier, ce que les jeux AAA n’aura pas besoin de faire, préférant miser sur des valeurs sures mais qui commencent à s’essouffler. Mais qui sait, peut être qu’un jour les jeux AAA s’inspireront de la méthode des jeux indé ^^.

Qu’attendez-vous de ce concours, précisément ? L’apprentissage ? La mise en avant ? Le contact avec les autres équipes ?

Avec ce concours on espère pousser le développement de notre jeu plus loin avec des deadlines serrées, une communauté qui suit l’actualité du jeu et nous donne des retours ainsi qu’acquérir l’expérience de partager son projet avec les gens. Le concours donne également un éclairage plus important au projet au delà de notre cercle de connaissances, nous forçant à communiquer de façon efficace autour de celui-ci.

Vous êtes élèves dans une école de jeu vidéo. Pouvez-vous davantage nous décrire votre rythme d’étudiant, pour les plus jeunes qui voudraient suivre votre exemple ?

Pierre : C’est sur que créer un jeu vidéo demande énormément de temps, surtout quand chacun doit se diversifier dans différent domaine parcequ’on a tout simplement pas assez de personne pour chaque fonction. Ajouté à cela que j’ai une petite activé journalistique sur le coté et que je m’occupe de la communication du projet, en gros je n’ai jamais le temps de m’ennuyer et tant mieux ! Étant réellement dans le jeu vidéo que depuis cette année, j’en apprends tous les jours pour mon plus grand bonheur.
Martin : Me concernant, j’ai suivis les 3 années à la Haute Ecole Albert Jacquard de Namur (Belgique), ce qui m’a fait avoir un rythme de vie assez spécial. Généralement, je vais en cours la journée, travaille le soir et une bonne partie de la nuit. Le développement d’un jeu demande énormément de temps, de ressources, et accessoirement de café. Etre étudiant en jeu vidéo est avant tout une histoire de passion, si vous êtes motivés et que vous savez que ce qui vous attend est loin d’être de tout repos, alors foncé.
Corentin : J’ai également fait toute mes années d’études à la Haute Ecole Albert Jacquard. Et tout comme martin j’ai un train de vie assez spécial. Au vu du travail que demande de réaliser un jeu video, il m’arrive de faire des nuits blanche de travail et donc dormir parfois la journée. Comme l’a dit Martin, pour travailler dans le jeu vidéo il faut être avant tout passionné, et essayer de s’intéresser au maximum a toute sorte de news dans le domaine du jeu vidéo et tout ce qui s’y raccorde.
Elisabeth : Ce qui m’intéressait au départ c’est la création visuelle, le dessin. Je n’étais pas du tout familière avec le milieu du jeu vidéo, mes parents étant “un peu” réfractaires à ce genre de “distraction” (sniff). J’ai donc entamé des études en publicité qui m’ont ouverte au monde du jeu vidéo et surtout du cinéma! Après mon bac en graphisme, il était clair pour moi que je voulais pousser plus loin mon apprentissage et le rediriger vers quelques choses de plus “fantastique”, le jeu vidéo m’a paru un excellent choix! Et comme le reste de la team je travaille essentiellement la nuit ou en fin de journée, heures auxquelles je suis la plus productive! Et à chaque moment propice à la détente c’est film et recherches diverses sur tout l’univers fantastique et sf!
Coraline : Comme Martin l’a dit plus haut, les études que nous faisons sont avant tout faites pour les passionnés et les acharnés. Elles demandent parfois énormément de temps (de nuits blanches) et de patience. C’est un milieu en pleine expansion qui plus est, on en apprend tous les jours et c’est tant mieux. Mais contrairement aux autres boulots qui ne prennent que quelques années d’apprentissages, le métier d’infographiste/concepteur jeu vidéo s’apprend tout au long de sa vie. Le tout, c’est de n’être jamais pleinement satisfait, être toujours à la recherche de nouvelles connaissances et d’expérimenter. Notre regard évolue parfois plus vite que nos capacités. C’est pour ça que très souvent, un travail que l’on trouvait bon à un moment nous parait subitement risible quelques temps plus tard. Ce qui m’intéresse surtout dans ces études, c’est le challenge. On rencontre aussi pas mal d’obstacles : le stress, l’affirmation de soi, le souci de performance, la dynamique d’une équipe. On a tous notre rythme et notre manière de travailler à nous mais on s’adapte très vite au fonctionnement d’un groupe de travail. Le plus important, c’est de ne jamais baisser les bras.

Quel moteur et outils utilisez-vous, exactement ?

Concernant le moteur de jeu, nous utilisons Unity. Pour la partie outils nous travaillons essentiellement sur Maya (pour tout ce qui est créations de contenu 3D et animations), Zbrush (pour ce qui est modèles haute définition) et Photoshop (pour la partie 2D, interface et texturing).

Et à quoi vous jouez pour vous détendre entre deux séances de travail acharné ?

Pierre : je suis actuellement à fond sur South Park : le Baton de la Vérité que je conseille à tous les fans de la série, sinon je joue d’habitude à des Rogue like comme Rogue Legacy, Don’t Starve, Faster Than Light et je survole quelques free to play comme Mighty Quest et DOTA 2.
Martin : Je ne suis pas un gros joueur de jeu vidéo aussi bizarre cela puisse paraître, je teste énormément de démos mais termine très peu de jeux. Le dernier jeu en date qui m’a scotché à mon écran fut “The Last of Us” que j’ai dévoré d’une traite. Et en ce moment je joue à Sly: Voleur à travers le temps sur Vita.
Corentin : Actuellement je joue a South park ( étant fan de la série, je me régal) et mighty quest for epic loot tout comme Pierre. Je suis également un joueur de League of legends (un Moba pas très connu du grand public) depuis la saison 1. A coté de ça je joue à un maximum de jeu indépendant ( Humble bundle).
Elisabeth : Comme je l’ai dis pas beaucoup de jeu, surtout des films (et des séries!) pour développer une bonne base d’univers et d’inspiration! Sinon il m’arrive de craquer et de jouer à Rayman avec Mart!
Coraline : Pareil qu’Elisabeth. A la base, je suis plus branchée cinéma et musique. D’ailleurs, je joue au moins deux heures par jour à Guitar Hero. Sinon, je reste une très grande fan des jeux d’aventure “Point & Click”. J’ai commencé il y a pas longtemps Machinarium qui est vraiment sympa en plus graphiquement. Monkey Island reste mon jeu favori de tous les temps, particulièrement le 1 & 2 en pixel art (technique graphique que j’idolâtre beaucoup). J’y joue encore très souvent même si à force, je le connais par coeur !

[youtube Pn_NCqt4rlQ 640 390]

Petite session de doublage. On ne rigole pas !

0 réflexion au sujet de “Interview – L'équipe de Akatapu (Nova Play 2014)”

Laisser un commentaire