The Incredible Adventures of Van Helsing II

Un an après s’être opposé au Professeur Fulminati, Van Helsing reprend du service pour défendre une nouvelle fois Borgovia. Les développeurs de Neocore nous promettent une aventure bien plus poussée que la précédente, mais qu’en est-il vraiment ?

[singlepic id=44051 w=320 h=240 float=right]

Corps-à-corps, distance, magie, novice, vétéran…

Le jeu commence comme tout hack’n slash par la création de votre avatar. Une surprise cependant, vous avez la possibilité de commencer directement niveau 30 pour éviter les premières heures de jeu toujours un peu molles et pas très intéressantes de ce type de jeu. Encore mieux, si vous avez joué au précédent volet, vous pourrez carrément importer votre sauvegarde pour continuer avec le même personnage, une excellente idée qui donne réellement la sensation de jouer à une trilogie et non à des opus séparés.

Trois classes sont disponibles (le chasseur, celle de base, ainsi que le thaumaturge et le mécarcaniste qui étaient parus dans les précédents DLCs). Les arbres de talent sont bien plus fournis qu’auparavant et offrent maintenant de nombreuses possibilités pour monter son personnage (Lady Katarina, notre compagne fantôme a également bénéficié de ce traitement de faveur). Cinq niveaux de difficulté sont disponibles dès le départ pour s’adapter à tous les profils de joueurs (novice, normal, difficile, héroïque et sans peur) ainsi que le choix du mode hardcore ou non.

Le système de jeu reste semblable au premier épisode en proposant toujours le système de rage, combos et modification des propriétés des sorts (je vous invite à relire le test du premier opus ou ma preview de celui-là pour en lire l’explication détaillée).

Chaque montée de niveau sera l’occasion de répartir quelques points dans vos caractéristiques principales (corps, dextérité, volonté et chance) ainsi que dans vos arbres de compétences. Autre élément conservé du premier épisode, le système de réputation qui vous permet de gagner des bonus passifs au fil de l’aventure (réapparition de Katarina plus rapide, page d’inventaire supplémentaire, rage augmentée…).

[singlepic id=44058 w=320 h=240 float=left]

Le défenseur de Borgovia

L’histoire est la suite directe du premier épisode. Le Professeur Fulminati a été vaincu, mais la bataille continue avec son ancien allié, le Général Harker. Vous devrez une fois de plus prendre la tête de la résistance pour lutter contre l’armée impériale. Une personne vous aidera au cours de votre aventure, le mystérieux Prisonnier Spet qui a pour but de se venger de son geôlier.

Sans être incroyable, l’histoire est plutôt plaisante à suivre et monte en intensité tout au long du jeu. Il est d’ailleurs assez agréable d’avoir l’impression d’influer un peu sur son déroulement via les discussions à choix multiples avec les PNJs du jeu (même si ce n’est bien évidemment pas très poussé). Autre chose amusante, chaque écran de chargement sera l’occasion de lire les dernières nouvelles au sujet de la résistance et de l’armée via les gros titres de deux journaux. Vous pourrez également repérer de nombreuses références aux jeux, séries, livres et autres films à la mode dans les dialogues et descriptions.

Les phases de tower defense sont à nouveau de la partie mais sont maintenant bien plus développées (nombreuses tourelles et pièges défensifs, possibilité de les améliorer et les spécialiser…). Il faudra gérer au mieux vos pièces de machines disponibles et bien anticiper la trajectoire des assaillants pour terminer tous les niveaux et obtenir des récompenses très intéressantes.

En tant que chef de la résistance, vous aurez également une nouvelle fonction à assumer : la gestion de vos capitaines. Un peu comme dans Assassin’s Creed Brotherhood, vous pourrez les envoyer en mission aux quatre coins du monde. Chacun possède des talents spécifiques et il faudra bien réfléchir pour envoyer à chaque fois la personne la plus adaptée. Chaque succès leur fera gagner de l’expérience pour accomplir des tâches plus difficiles vous rapportant de meilleures récompenses.

Vous posséderez également une dernière « unité » à gérer, la chimère. Vous libérerez cette créature au cours de votre aventure et vous pourrez ensuite l’invoquer à vos côtés au combat pour vous prêter main forte ou l’envoyer chasser dans des zones spécifiques pour vous rapporter des trésors.

En parlant de loot, un système d’artisanat assez complet est présent dans ce second épisode. Détruire les objets vous permettra de récupérer diverses runes pour créer des équipements bien plus intéressants pour votre personnage. Déjà présentes dans le premier Van Helsing, les essences sont toujours utilisables pour améliorer les pièces que vous portez (plus votre équipement sera haut niveau et plus vous pourrez cumuler de bonus).

[singlepic id=44074 w=320 h=240 float=right]

Un vrai second épisode ?

Ce second opus apporte évidemment de nombreuses choses mais il faut bien avouer qu’on a plus la sensation de se trouver face à un gros add-on qu’à un réel second épisode.

Graphiquement le jeu n’a pas vraiment évolué (y compris pour ce qui est de l’interface) et on peut même retrouver de-ci de-là des environnements très similaires à ceux traversés il y a maintenant un an.

Plus stable que la version précédente, certains bugs sont malheureusement toujours présents et certains textes n’ont pas été traduits. J’ai été pour ma part obligé de lancer le jeu en 32 bits pour ne pas avoir de problèmes de frame rate (chose que j’avais déjà dû faire avec l’opus précédent et qui n’a jamais été corrigé malgré l’erreur listée sur le forum du jeu).

Heureusement, l’aventure est assez longue (une grosse dizaine d’heures en ligne droite) et les combats de boss sont intéressants. L’action est d’ailleurs encore plus intense avec des dizaines et des dizaines d’ennemis présents en permanence à l’écran, vous ne risquez pas de vous ennuyer, surtout si vous avez choisi un haut niveau de difficulté !

Au final, avec un prix plutôt attractif de 15€, il devrait satisfaire tous les amateurs de hack’n slash et les fans du premier épisode devraient être une fois de plus conquis en jouant à « la même chose mais en mieux ». Une fausse note cependant, un premier DLC proposant quatre nouvelles cartes est déjà disponible pour la « modique » somme de 5€, un peu dur pour un jeu paru il y a un mois à peine !

Si mon avis sur ce second épisode est plutôt positif, j’espère vraiment que les développeurs de Neocore proposeront de réelles innovations dans le prochain pour clôturer leur trilogie avec panache.

Laisser un commentaire