Roving Rogue

Petit jeu en pixels, Roving Rogue ne paye pas de mine jusqu’à ce qu’on lance une partie et qu’on nous tranche en deux le Boss de fin juste en le touchant. Les crédits du jeu apparaissent et on comprend que cette histoire commence par la fin. Vous avez terrassé le Boss qui venait de mettre à mal votre foyer. C’est bien ! Et maintenant, on fait quoi ?

Après le boss, on fait quoi ?

C’est ce que propose Roving Rogue avec son twist du début qui vaut bien la peine qu’on tente d’en découvrir le gameplay. Commençant par le chapitre final pour remonter jusqu’au premier, chaque monde propose une demi-douzaine de niveaux. Chaque niveau comporte une idée de base : de la lave qui ne cesse de monter dans un niveau vertical, un éboulement de pierre partant de la gauche de l’écran dans un niveau horizontal, etc…

Chaque niveau est assez court et cache en son sein trois idoles vertes qu’il vous faudra récupérer pour décoder le grand livre d’Histoire (qui vous raconte ce qui s’est passé avant que vous ne terrassiez le Boss, évidemment). Car le jeu n’est pas du tout à l’envers : votre mission est seulement de revenir dans votre village en repassant par tous les niveaux apparemment terminés. Seul problème : vous êtes amnésique. Ce n’est qu’à travers quelques messages de réseaux sociaux (oui…) que le scénario se dévoilera avec un twist final assez sympathique.

Téléportation inadéquate

Parlons tout de même du gameplay ; vous pouvez sauter, il vous suffit de toucher les ennemis pour les battre (mais il faut éviter leurs projectiles) et vous évoluez dans un monde de gros pixels façon 8 bits. La grande particularité du gameplay, c’est qu’il propose de se téléporter dans huits direction, à une courte ou longue distance. Vous devrez alors passer les larges précipices et grimper les hauteurs sans plateformes via cette astuce. Pour vous aider, les briques dorées permettent d’être “traversées” et ne font pas obstacles avec ce pouvoir.

Roving Rogue vous parait d’un coup intéressant ? Si je vous dis qu’en plus on peut jouer jusqu’à quatre joueurs pour aider/compliquer la vie du héros ? Laissez votre enthousiasme où il est, car malheureusement tout n’est pas rose… Les bugs sont légion ! Que ce soit des téléportations qui ne vous amènent pas ou vous voulez, des plateformes que vous traversez et autres problèmes de collision, vous en aurez pour votre argent si vous aimez rager à cause d’un jeu mal terminé.

Petit mais pas assez costaud…

Quel dommage tout de même de gâcher tant de bonnes idées dans un jeu qui manque de mois de développement ! Les bugs, la répétitivité du tout et les derniers niveaux infernaux et hardcore qui n’ont rien à voir avec le reste du jeu finissent de tuer tout intérêt. C’est sympathique, c’est amusant à plusieurs, mais on rage plus qu’on ne s’amuse au final.

Avec un peu plus de temps, des bugs en moins et une difficulté plus logique et progressive, nul doute qu’on aurait accroché à Roving Rogue. Quand on sait que la durée de vie ne dépasse pas les trois heures…

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.