Party Hard

Party Hard

3h du matin, pas moyen de dormir et la fête organisée par vos voisins bat toujours son plein. Il va falloir leur rendre une petite visite si vous espérez bénéficier de quelques heures de sommeil… ce n’est d’ailleurs pas impossible que ce soit la dernière soirée qu’ils organisent…



Tiens, je me demande où est Roger

Après un tutoriel rapidement expédié, vous arrivez dans la première zone de jeu. Une cinquantaine de personnes y font la fête et pour gagner, vous devez toutes les éliminer sans vous faire repérer. De nombreuses possibilités s’offrent à vous : pousser un invité dans le barbecue, empoisonner le punch, piéger le four, déclencher un incendie dans une pièce, etc. Les premières minutes sont réellement amusantes et les interactions avec le décor donnent envie de mettre des plans retors en place.

Chaque élimination ou presque est suivie d’une petite séance de cache-cache en attendant que la police intervienne, emporte le corps et que le reste des convives reprenne la fête comme si de rien n’était. Vous avez également la possibilité de cacher le corps vous-même, que ce soit dans les buissons, congélateurs, bouches d’égout… Vous vous rendrez d’ailleurs assez rapidement compte que le plus simple reste encore le coup de couteau discret lorsque la cible est à proximité d’une cachette, simple, rapide et efficace. Tellement facile qu’au fil du temps vous n’utiliserez quasiment plus le décor et vous pourchasserez tous les danseurs couteau en main, vraiment dommage pour un jeu basé sur la discrétion.

Mais attention, si vous attirez l’attention sur vous, que vous sortez seul d’une pièce alors qu’un cadavre s’y trouve ou que les convives ont des doutes, ils appelleront la police et si vous vous faites attraper, tout le niveau sera à refaire. Sachant que chaque zone prend une quinzaine de minutes à boucler (le temps de réfléchir aux différentes interactions et de planifier un minimum) le jeu devient parfois frustrant quand un convive vous repère « injustement’ alors qu’il ne restait plus beaucoup de cibles. Leurs réactions sont d’ailleurs assez souvent étranges, pour la même situation, vous aurez des résultats bien différents.

Je ne sais d’ailleurs pas si c’était le temps de prendre le jeu en main, mais j’ai personnellement trouvé le premier niveau bien plus difficile que les deux ou trois suivants.



Ah mais il y a une histoire ?

En décalage avec le ton clairement déjanté du jeu, l’histoire se veut au contraire sérieuse. Nous y suivons un inspecteur lancé sur les traces du tueur en série. Il y aura évidemment différents rebondissements pour introduire les trois autres personnages jouables du jeu, mais je vous laisse le plaisir de la découverte.

Tout au long de la vingtaine de niveaux, nous aurons l’occasion de traverser de grandes villas, un casino, le toit d’un gratte-ciel, une fête sur la plage, une soirée country, un bateau de croisière, etc. Si les situations sont variées, les pièges disponibles le sont beaucoup moins et ceux si amusants à découvrir durant les deux ou trois premiers niveaux deviendront rapidement très répétitifs.

Une bonne idée toutefois, chaque niveau existe en plusieurs variations et si vous les refaites vous vous rendrez compte que les pièces et pièges changent un peu et que certaines issues peuvent être condamnées. Pour vous enfuir (face à la police par exemple), la plupart des zones comportent des passages secrets, mais si vous en abusez, un charpentier viendra les bloquer.

Pour les adeptes de twitch, les développeurs ont ajouté une fonctionnalité dédiée. A intervalles réguliers, le chat est invité à voter pour déclencher un événement (débarquement de personnes costumées, ours en colère, entreprise de dératisation…). Si je salue l’initiative, je trouve surtout que ça ajoute encore plus d’aléatoire et de frustration aux niveaux (sans compter que ça ajoute bien souvent des cibles à éliminer). Il faudra que je réessaie maintenant que je connais beaucoup mieux le jeu, mais lors de mon test j’avais fini par désactiver cette option, dommage.

Par contre, si vous êtes en manque de défis, la communauté a créé de très nombreux niveaux, récupérables via le steam workshop directement intégré en jeu. Vous pouvez sélectionner et télécharger ceux que vous souhaitez d’un simple clic. Si certains sont clairement mauvais, d’autres valent largement le détour et peuvent concurrencer sans problème ceux de la campagne.


Sur le papier Party Hard s’annonçait vraiment délirant et j’en attendais beaucoup. Au final, les premiers instants de la découverte passés, le jeu devient vite répétitif et lassant. C’est dommage car le pixel art est plutôt joli, les interactions sont assez variées et l’opposition action / discrétion paraissait intéressante. La difficulté est malheureusement mal dosée, avec certains niveaux étrangement difficiles par rapport à d’autres et la réaction des invités n’est pas toujours logique, ce qui est vraiment pénalisant pour ce type de jeu, surtout lorsqu’il faut tout recommencer à zéro à chaque échec.


Laisser un commentaire