Ittle Dew 2

Ittle Dew 2

Après un premier épisode remarqué, voici qu’Ittle Dew se paye le luxe d’une suite que veut tout faire en mieux. Passer d’un petit monde à une grande île, de quelques donjons à une quinzaine complexe, tout en reprenant les mêmes concepts de gameplay et de puzzle : voilà le programme proposé par un Ludosity inventif qui tente de nouveau de plaire aux joueurs du premier opus tout en n’oubliant pas les nouveaux venus.



En terrain connu…

Cette nouvelle aventure d’Ittle Dew commence là où la première s’est arrêtée. Vous vous retrouvez sur une île pas du tout déserte où il vous est demandé de fouiller le monde à la recherche de donjons à compléter, d’énigmes à résoudre, de boss à affronter façon The Legend of Zelda. La réalisation est boostée et un univers tout en trois dimensions vient donner davantage de volume à tout ce beau monde. Les personnages ont plus de formes, les effets sont lumineux comme il se doit en 2017 et on sent que l’équipe de développement s’est amusée à peaufiner au mieux son bébé. Dès le lancement, Ittle Dew 2 est adorable.

Que propose donc cette nouvelle aventure ? On retrouve le principe de l’épée de feu, du bâton magique permettant de repousser / téléporter des objets et de la baguette des glaces créant des blocs qu’il sera possible de faire glisser pour résoudre des énigmes. Tout cet équipement devra être de nouveau récupéré au fil de votre progression, chaque donjon vous offrant évidemment une nouvelle arme / un nouvel équipement, puis un affrontement contre un Boss.



Les « petites » nouveautés.

La grande, que dis-je l’énorme, différence avec le premier épisode, c’est le monde qui nous est offert : peuplée d’ennemis et de personnages non-joueurs, l’île qui vous est proposée en libre exploration vous permettra aussi de déceler une multitude de trésors, de passages secrets ainsi que de grottes cachées débloquant plusieurs types de lieux. Vous avez ces endroits « blagues » avec de grosses références etquelques petits mots bien sentis sortant de la bouche de PNJ rigolards. Il y a aussi ces quelques lieux bonus vous permettant de récupérer quelques artefacts, débloquant une fin « secrète » qui vous demandera un travail de fouille de longue haleine. Ces endroits, indiqués évidemment par une croix sur votre grande carte des lieux, vous permettront aussi et surtout de vous améliorer, par exemple en débloquant des fragments de cœur pour combattre avec davantage de vie.

On retrouve les principes de puzzle du premier opus, la plupart du temps à base d’interrupteurs à activer dans l’ordre et/ou à temps, mais aussi les nombreux blocs à pousser et les petites astuces à trouver pour faire ce que l’on désire de l’environnement. Les Boss, eux, pâtissent d’une difficulté très élevée face au reste du jeu, plus calme. Par conséquent ils auront rapidement ce tort de faire capituler le joueur avide d’une exploration, davantage que de véritables affrontements complexes.

Il y a un réel fossé entre l’exploration du monde, de ces donjons et les affrontements de Boss qui durent, recommencent, encore et encore… Jusqu’à parvenir à trouver la faille, le cheminement parfait qui le terrassera. Dans Ittle Dew premier du nom, ce genre de proposition était surtout présent pour les boss cachés, le donjon annexe et autres fioritures. Là, on n’a pas le choix : il faut se battre et apprendre à jouer avec l’invincibilité le temps d’une roulade, avec le renvoi des projectiles ennemis grâce à la baguette magique et autres astuces. Ittle Dew 2 veut que l’on prenne davantage son temps pour le comprendre et le maîtriser.



Un second opus “différent” 

L’autre force/faiblesse d’Ittle Dew 2 c’est sa volonté de laisser le joueur progresser comme il le veut dans l’ordre des donjons dont est constituée la narration principale. Malheureusement, on y trouve pas mal de petits défauts, comme des moments de difficulté relevés sans raison (mais finalement dus à une progression trop rapide, à une zone parcourue trop vite ou à tout autre hasard lié à cette liberté voulu par les développeurs). C’est assez rare mais lorsque ce problème survient, c’est complètement énervant.

Reste cet esprit Zelda « adulte » assumé, qui fonctionne toujours aussi bien. Le jeu est très coloré, ce qui change de pas mal de titres de la production actuelle dans le genre, mais surtout il ne se prend jamais au sérieux. Il s’amuse avec le joueur, rigole des blagues de l’ère d’Internet, se moque lui-même du premier épisode et les références pleuvent de toute part sans jamais être lourdes. Et rien que ça, c’est une belle réussite.


Difficile de ne pas apprécier cet Ittle Dew 2 plutôt beau et passionnant, qui pêche surtout pas un surplus de liberté pas forcément agréable à supporter lors des sauts extrêmes de difficulté d’un donjon à un autre. Rien qui ne viendra gâcher l’expérience, certes, mais nombreux seront les joueurs à être surpris de tels moments de difficulté, surtout devant des Boss bien relevés depuis le premier épisode. Si vous aimez Zelda, l’humour un peu débile et les énigmes de qualité, Ittle Dew 2 est pour vous. Mais seulement si vous avez fait le premier épisode auparavant !

Laisser un commentaire